RSA : Pourquoi diable suis-je allé travailler ?

samedi 21 mars 2009
popularité : 1%

Par Email diamant qui a perdu son joli sourire.

Pour 11 euros et pas la moindre reconnaissance de mon boulot...

Le RSA est une mesure présentée uniquement sous l’aspect du complément de revenu et qui cache pourtant bon nombre de nouvelles obligations pour les précaires :

- Inscription obligatoires à l’ANPE et suppression du volet social présent dans le RMI (que vous n’ayez pas de logement , des problèmes de santé ou autres, vous devez dorénavant être employable sous peine de suspension ou de radiation).
- Engagement formel de faire en sorte, une fois en emploi, de mettre tous les efforts en œuvre pour travailler plus d’heures avec pour juge de vos efforts vos référents sociaux ET votre employeur. Donc un contrôle social même lorsque vous vous trouvez en emploi avec son lot de punitions si vous n’avez pas été un employé modèle (baisse du complément ou suppression pour une période d’un droit connexe comme par exemple la gratuité des transports).

Sans compter les disparités de droits et d’accès à ces droits d’un département à l’autre et les contrôles CAF qui continueront à vous tomber dessus.

Tout ceci devrait s’effacer devant ce fameux complément de revenu qui rehausserait de façon notoire le niveau de vie des RSAstes en emploi. Au-delà du (faux ?) débat sur le financement du RSA, qu’en est il vraiment des premier résultats de ce complément ?

°°°°°°°°°

Témoignage d’une Rmiste qui a repris une activité en temps partiel

J’ai 30 ans, célibataire (je le précise car une partie du calcul du RSA prend en compte la composition familiale), je suis par ailleurs diplômée Bac+5, chargée de communication.

J’habite une petite commune, située au nord de Montpellier dans l’Hérault (34), Languedoc Roussillon, lieu d’expérimentation du RSA depuis début 2008.

A la fin de mon premier CDD après mon diplôme ( remplacement d’un cadre dans la communication en congé maternité, durée de 5 mois), au chômage non indemnisé (puisque inférieur à 6 mois de travail), je retourne au RMI durant trois mois. Mon pouvoir d’achat étant tout de même trop faible, je décide d’aller travailler en tant qu’aide aux personnes âgées durant l’été 2008, faute de job dans ma branche ; c’est une façon de me rendre utile et de créer du lien. C’est cette reprise d’activité qui me cause soucis, pénalisée par le système de calcul du RSA.

Au niveau de mes revenus : sans RMI, donc près de -400 euros pour juin et -400 euros pour juillet, j’ai gagné 380 euros net pour juin, et 550 euros pour juillet 2008, soit quasiment les mêmes revenus. De plus, il y a eu de nombreux déplacements de mon domicile vers celui des personnes âgées, ceci à mes frais.

J’ai perçu 11 euros de RSA pour chacun des mois travaillés !

J’étais alors pour ce CDD en dessous des 550 euros de salaire, en dessous de 815 euros considérés comme le seuil de la pauvreté pour une personne seule en France : le cas idéal à encourager.

Avec 11 euros de RSA, j’ai travaillé 110 heures pour rien financièrement. _ Où est l’amélioration de mes revenus ?
L’objectif affiché du RSA n’était t-il pas d’augmenter mes ressources ???

C’est l’inverse.

J’ai cherché des explications auprès de la CAF et des conseillers RSA du département de l’Hérault. Ils m’ont confirmé ce calcul de 11 euros.

Voila leur explication :

Le RSA doit être versé sur la base d’une déclaration trimestrielle de ressources, celle qu’on reçoit pour le RMI.

Au lieu de prendre comme base les trois derniers mois avant la reprise d’activité, ils prennent la déclaration qu’ils ont, peu importe si celle-ci est antérieure aux 3 derniers mois précédant l’embauche, et je rappelle ici le but du RSA « encourager à la reprise d’activité en apportant un bénéfice salarial ». J’ai travaillé en juin, donc logiquement la base aurait du être la déclaration trimestrielle mars – avril – mai, voire même celle de mai 2008 seul, selon moi, mais non, mon calcul a était plutôt fait sur la base de la dernière déclaration datant de février – mars – avril, les 3 mois précédant le début du travail au RMI non pris en compte.

N’est-ce pas une faute, tout de même ?!

Pourquoi la CAF n’est-elle pas capable de prendre en compte la déclaration des trois mois qui précèdent l’embauche ?

Au temps de l’informatique, rien de plus faisable - les banques suivent en temps réel, alors à un mois... Par exemple en Belgique, les salaires sont déclarés par l’employeur, les impôts prélevés lors de chaque paiement, plus de surprise de fin d’année, plus de couac par mauvaise gestion pour le salarié, pas de déséquilibre budgétaire...

Grâce au système mis en place par la CAF de l’Hérault, mon salaire de février 2008 aura eu des incidences sur celui de juillet 2008 au point de me bloquer à la rentrée de septembre 2008,

C’est grave !

On est précaire, de CDD non renouvelé en CDD non renouvelé. On galère pour trouver un job dans notre branche. Motivés, on va quand même au charbon pour des jobs pas toujours faciles : je méritais plus qu’un article dans la presse. Résultat : seulement 11 honteux euros ! Peu de jeunes aident les personnes âgées. Je méritais au moins 150 euros. Histoire de reconnaissance, entre autres...

Merci Martin ! Je fais comment, moi maintenant ?

La faute à qui ?

Je lance un débat : sur quelle base de déclaration de ressource, le revenu du RSA doit-il être calculé ?

Mensuelle, trimestrielle, autre…

Les administrations françaises ne doivent-elles pas s’adapter aux fluctuations qu’imposent nos sociétés et non l’inverse. Le défi du RSA, c’est peut-être ça : il faut que les administrations se mettent au boulot (puissent embaucher du personnel qu’elles aient formé correctement pour éviter les erreurs) et donnent l’exemple, sinon ça n’est pas une solution mais un nouveau problème pour la France.

Enfin, je voudrais mettre en garde (ce que je n’ai pas fait finalement, la faute à qui ? A moi, au système qui n’est pas foutu de m’informer... voire de s’adapter...) tous les jeunes RMIstes, notamment les jeunes diplômés en début de carrière (en général, ceux qui ne sont pas encore allés au-delà des 6 mois de CDD et qui retournent donc au RMI faute d’indemnités assedics), les mettre en garde et leur conseiller de contacter leur CAF pour une estimation, un calcul fictif de leur salaire s’il repartait sur un contrat de travail après ce RMI.

Histoire de BIEN vérifier que :
"Le revenu de Solidarité active s’est, à chaque étape, construit dans la concertation et le débat. Le RSA est fait pour résoudre des difficultés concrètes : difficultés de ceux qui perdent de l’argent en reprenant du travail ; difficulté de ceux qui n’arrivent pas à sortir des minima sociaux ; difficultés de ceux qui tout en travaillant ne peuvent pas boucler les fins de mois." (Martin Hirsch)

Email diamant qui a perdu son joli sourire
Ecrire à Email Diamant

Vous avez envie de réfléchir avec nous à ce que va modifier le RSA pour l’ensemble des précaires et des salariés ? Vous avez des analyses à partager, vous souhaitez témoigner de l’expérimentation du RSA dans votre région ?
Envoyez-nous vos textes à : Ecrire à Collectif Rto

collectif-rto.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018