Altermonde-sans-frontières
Accueil du siteAnalyses - Réflexions
Dernière mise à jour :
mercredi 23 avril 2014
Statistiques éditoriales :
19886 Articles
127 Brèves
25 Sites Web
677 Auteurs

Statistiques des visites :
1463 aujourd'hui
4462 hier
5474488 depuis le début
   
Ni résistance ni programme
Stratagèmes du changement
mercredi 29 avril 2009
par Lukas Stella
popularité : 1%
Dans cette période de confusion, où l’économie financière planétaire impose sa dictature "à perpétuité", détruisant les conditions de survie de ses habitants, les solutions de changement actuelles se sont avérées inopérantes, car inadaptées aux nouveaux conditionnements de la société du spectacle. Nos expériences d’échec ont construit nos croyances limitantes.

Résister, du latin « résistare » qui signifie « s’arrêter », c’est rester intact, ne pas être altéré, endurer, bien supporter, s’opposer, se retenir de faire une offensive, un changement radical.
Après le temps des revendications où l’on quémandait quelques miettes de plus, s’est installé le temps des résistances réactives qui tentent de conserver quelques miettes d’une exploitation sans limite. La résistance aux pressions antisociales et inhumaines est réactionnaire.
Elle limite tout désir de changement à une seule réaction, dans les règles du jeu d’une politique d’asservissement, réduite au contexte spectaculaire de sa domination. Une résistance dans la perspective des contraintes n’est qu’une résistance au changement.

La résistance à l’envahisseur étranger, place les résistants dans la marge de la société. Pour considérer les politiques anti-sociales comme envahissantes ils doivent se placer à l’extérieur, et créer ainsi une séparation entre eux et la société. S’excluant de la vie sociale, ils s’économisent toute possibilité de transformation réelle. Les « antis » de tout bord, chacun dans sa spécialité, bien séparés des autres, se placent d’emblée dans une opposition de dépendance, stérile et inopérante.
Par la résistance à une réforme, on fixe le changement à un retour en arrière. Comme but unique à un mouvement, il ne peut que générer un problème paradoxal sans fin. La résistance n’a jamais réalisé de la libération que son aspect spectaculaire, réduit à son espace restreint vicié, elle ne peut que conserver l’essentiel de sa servitude aux dimensions de l’exploitation.

    « [les syndicats] manquent entièrement leur but dès qu’ils se bornent à une guerre d’escarmouches contre les effets du régime existant, au lieu de travailler en même temps à sa transformation et de se servir de leur force organisée comme d’un levier pour l’émancipation définitive de la classe travailleuse, c’est à dire pour l’abolition définitive du salariat. »
    Karl Marx,
    (Salaire, prix et profit, 1865)

Depuis, les syndicats sont devenus maîtres en compromissions et divisions, champions en traîtrises. Les dirigeants syndicaux ont bien su défendre leurs intérêts en bloquant la plus grande grève générale sauvage, en mai 68. Leur opposition à tout changement radical leur permet d’être reconnus d’utilité publique par le pouvoir. Certains syndicats qui ne veulent pas jouer leur rôle conservateur sont relégués aux oubliettes du spectacle et condamnés à l’opposition active de tous les syndicats reconnus officiels.

La représentation de la contestation prête une autorité fantasmagorique à un pouvoir qui en est dépourvu. La soumission des révoltes aux modes des résistances, les installe dans un fatalisme où tout changement radical est impossible. Réduites dans leur forme, leur communication et leurs actions à une simple opposition parcellaire, de convenance et d’apparence, les résistances se montent en festival pour terminer en spectacle. C’est une rébellion sans lendemain, pour la forme, sans conséquence sur le fonctionnement du système. Les opposés s’équilibrent, et tout se perpétue dans la continuité de la soumission.
Les « contristes » des résistances cherchent à se faire passer pour des experts, s’affichant en tant que spécialistes : anticapitalisme, antiG8, antimondialisation, anticroissance, antipollution, antinucléaire, antiOGM, antipub, antifascisme, antiracisme, antisexisme, antirépression, antitout et même anti-anti...
La conscience de l’aliénation conforte son emprise quand elle occulte les moyens de s’en émanciper.

La volonté de pouvoir sur les autres entraîne une surenchère de domination où les forces qui se combattent s’annulent dans une opposition perpétuelle, s’empêchant d’agir autrement, occultant toute possibilité de changement. De l’insatisfaction à la frustration, de la dévalorisation à l’ennui, des comportements tellement prévisibles entretiennent les conflits dans leur permanence immobile. Absorbés par des attitudes répétitives préconçues, les belligérants limitent leur espace de liberté en réduisant leurs possibilités de dépasser ce conditionnement.
Croire qu’il n’existe qu’un seul chemin pour atteindre un objectif conduit à une pensée conflictuelle et réductrice. La persistance d’un conflit d’opposition réside dans la rigidité et la perpétuation de la manière linéaire de les appréhender, qui veut qu’il n’y ait qu’un seul coupable et qu’une seule cause.
Lutter uniquement contre des objections et des interdits revient à les renforcer, à ramer à contre-courant et à revenir un peu plus en arrière. Il ne s’agit pas d’opposer la force à la force mais de la réorienter dans une direction favorable, en transformant le frein de la résistance en énergie pour le changement.

N’ayant d’existence que dans le domaine du spectacle de l’économie régnante, l’opposition morcelée et divisée s’est réduite à n’exister que dans des réponses limitées aux mesures du pouvoir, sur le terrain de la propagande médiatique, là où elle est sûre de réussir à échouer.
Certains s’imaginent dans le rôle de résistant révolutionnaire. Mais se croire révolutionnaire quand il n’y a pas de révolution est une utopie sans devenir, qui crée elle-même son propre malheur.
Il s’agit maintenant de sortir de ce cadre réactionnaire préétabli d’opposition en abordant la situation dans un contexte élargi, par un point de vue décalé où tout devient possible. Le « mal à vivre » peut-être appréhendé aujourd’hui dans toutes ses dimensions.

L’immobilisme perpétuel de l’activisme routinier réside dans sa quête de l’idéal. La certitude de l’idéal n’est pas une preuve de vérité. Celui qui pose le bien absolu pose aussi par là même le mal absolu. La poursuite de l’idéal, qu’il soit mystique, spectaculaire, politique ou scientifique, est une force qui cherche toujours le bien ou le vrai et crée toujours le mal ou le faux. L’un est impensable sans l’autre. L’hypothèse de départ qui permet de réussir à échouer, est de croire que le monde est divisé en deux, le bien et le mal, le vrai et le faux. Mais le monde est peuplé de deux sortes de gens : ceux qui croient qu’il existe deux sortes de gens, et ceux qui ne le croient pas. Toute théorie idéale ne donne jamais, au mieux, qu’une image, ou une interprétation figée du monde.
Nous sommes dans une situation où la recherche d’une solution crée un problème sans choix possible. En s’efforçant d’atteindre l’inaccessible, l’utopie idéalisée rend impossible ce qui est réalisable.

    « Le concept d’utopie m’irrite. Ce lieu qui n’est nulle part, je le perçois partout. »
    Raoul Vaneigem,
    (Journal imaginaire, 2006)

Pour réussir à échouer à tous les coups, il suffit de chercher la solution des solutions, la résolution finale du jour de la révolution où l’on aura gagné lorsque tous les autres auront perdu. La guerre de tous contre tous, résultat de la dénaturation humaine, est un vieux réflexe prédateur qui ne conçoit d’alternative qu’entre écraser ou être écrasé. Les prédateurs se combattent, mais ne combattent jamais la prédation. Les énoncés des problèmes de changement vagues et globaux, qui dépendent entièrement d’un aboutissement fixé dans un futur hypothétique, comme le mythe du Grand Soir, ne trouveront que des solutions falsifiées, car certaines constructions de la réalité ne peuvent qu’enfermer les individus dans l’impasse de leur objectif absolu. Ceux qui croient aux vertus de la révolution l’érigent en profession de foi, appliquant à l’histoire l’aberration de l’au-delà céleste. Une seule règle simple peut mettre fin à ce jeu apparemment interminable, mais cette règle n’appartient pas à ce jeu.
La volonté d’émancipation est contagieuse, mais elle ne peut s’imposer.

Un programme politique, qu’il soit réformiste ou révolutionnaire, se présente comme la solution bienfaitrice qui tend vers la perfection. Un programme se construit sur une interprétation de la réalité qui se prétend vraie. Elle n’est pas la réalité elle-même mais seulement une interprétation parmi d’autres. Ce système interprétatif est difficilement définissable et impossible à contrôler. Il n’est pas perçu comme une interprétation par celui qui interprète mais comme une évidence qui va de soi. L’observateur influe sur son observation d’une réalité qu’il se construit par l’interprétation de ses perceptions.

Construire un programme parfait et définitif n’est qu’une prétention irréalisable. Nous ne pouvons jamais prétendre qu’à des approximations d’une vérité multiple qui reste toujours en partie incompréhensible. Le politicien considère comme inacceptable cette imperfection. Il présente son interprétation du monde comme absolument vraie, ce qui implique que toutes les autres positions sont hérétiques, d’influence maléfique. L’idée d’une interprétation du monde absolument vraie exclut, par définition, la coexistence d’autres interprétations. Aucune autre interprétation n’a le droit d’exister.
Posséder l’ultime vérité consiste à s’accrocher à la croyance stupide que la vérité s’imposera d’elle-même un jour ou l’autre. Face à l’adversité, le recours à la force et à la violence contre tous les autres s’auto-autorise paradoxalement, pour le bien de tous. Ce bienfaiteur universel ne veut pas la violence, mais la réalité, celle qu’il a inventée, le contraint malgré-lui à y recourir. La croyance illusoire d’être le seul au monde à détenir la vérité conduit à une paranoïa destructrice et suicidaire.

Un programme se construit sur l’uniformisation des personnes et sur la négation de toutes différences, de toutes individualités. La population est dépersonnalisée. Tout programme politique, ne tenant pas compte des individus dans leurs différences et leur socialité, se présente comme une autorité supérieure à laquelle on doit se soumettre. Tout programme, comme prédiction inévitable, tend, par son fonctionnement même, vers une dictature qui s’impose d’elle-même. De son point de vue, quiconque ne l’accepte pas prouve par là sa dépravation et sa sournoiserie maléfique, et doit être converti ou éliminé.

Il serait stupide de croire que tout le monde puisse se convertir à nos convictions. Il est temps de sortir de sa petite famille politique engluée dans ses habitudes compétitives et ses croyances réductrices, et de se remettre en question en se recomposant avec les différences des autres dans une co-dérive structurelle d’où émergeront des changement inévitables. La démocratie sera effectivement l’affaire de tous ou ne sera pas.
Ce que le futur sera, on ne le connaît pas. Quand on ne sait pas, il est prudent d’assumer son ignorance. Le futur sera ce que nous en ferons avec tous les autres dont on ne connaît pas encore les réactions et les désirs, dans des situations différentes de celle d’aujourd’hui qu’on ne peut prévoir avec notre manière de voir d’aujourd’hui. Nous ne sommes plus prisonniers du futur du passé, car nous avons choisi de prendre le présent dans son devenir.

La confusion disséminée par le grand spectacle de la marchandise toute puissante a effacé des mémoires reprogrammées tout projet de changement effectif au profit d’investissements dans l’agressivité d’un consumérisme insatisfait. La victoire de cette société apparaît dans son entreprise de saccage de la planète qui a réussi à infecter ses ennemis de cette rage de tout dévaster, déshumanisant les forces vives qui veulent l’anéantir, en les réduisant à une résistance destructrice et inefficace. La rage contre l’autorité est rongée par l’autoritarisme. Le nihilisme, l’inertie du désespoir se faisant passer pour lucidité de la souffrance, tient pour aveuglement surréel l’émergence du bonheur possible, sans laquelle les tentatives de changement n’auraient pas bouleversé le cours de l’histoire.
Chercher à détruire un monde qui se nourrit de ses propres ruines sans chercher à en construire un nouveau, travaille effectivement à conforter celui qu’on voudrait éradiquer. Ce qui ne s’implique pas totalement dans la vie et son incessante invention aboutit à cette destruction, qu’est le changement dans l’impossibilité de changer, là où tout devient interchangeable.

Ni soumission, ni résistance, ni programme, ni utopie, ni oui, ni non, sont la base d’un recadrage nécessaire pour devenir opérationnel, pour jouer un autre jeu qui s’amuse avec les règles tout en allant dans le sens où ça va bien, où c’est facile, par plaisir, là où on peut prendre et donner sans rien attendre.

Lukas Stella

Extrait de "STRATAGÈMES DU CHANGEMENT, De l’illusion de l’invraisemblable à l’invention des possibles"
Chapitre II, Éditions Libertaires / Courtcircuit-Diffusion

Les inventeurs d’incroyances

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Pourquoi sommes nous désignés communautaristes ?
    18 septembre 2007

  2. La raison d’être d’un Parti Communiste
    24 juillet 2007

  3. L’attaque probable contre l’internet en riposte
    21 juillet 2006

  4. Bettencourt : la milliardaire, le fisc et le pouvoir
    19 juillet 2010

  5. Quel sens donner à la candidature Bové ?
    26 mars 2007

  6. Le Conseil Constitutionnel fait ce qui lui plaît
    27 janvier 2007

  7. Szafran le fantaisiste
    18 janvier 2007

  8. Edgar Morin contre la balkanisation planétaire
    13 janvier 2007

  9. Bayrou met des baffes
    11 janvier 2007

  10. Séparation de l’église et de l’état ?
    11 janvier 2007

  11. L’impuissance de la force
    9 janvier 2007

  12. Sémiologie "benladénienne"
    13 novembre 2007

  13. Critique sévère de la politique, et distinction nécessaire entre ses deux fonctions
    14 novembre 2007

  14. Bouddhisme engagé, pour un autre monde possible
    26 novembre 2007

  15. Dajjâl : La civilisation de  ? l’imposteur  ?
    10 décembre 2007

  16. Paul Ariès ou le chantier de la décroissance
    26 mai 2008

  17. Bulletin Sortir de l’économie n°2
    4 juin 2008

  18. plus tard l’histoire aura eu lieu
    23 juillet 2008

  19. Argent public pour renflouer des fonds pourris...
    27 septembre 2008

  20. Alors Bush... savate bien ?
    20 décembre 2008

  21. Permis de tuer !
    21 janvier 2009

  22. L’humain d’abord
    15 juin 2012

  23. Ni résistance ni programme
    29 avril 2009

  24. La menace extraterrestre !
    3 mai 2009

  25. Deux ou trois choses que j’avais à vous dire
    22 juin 2009

  26. Le salaire du renvoi
    13 juin 2010

  27. De l’incubation à l’épidémie
    22 septembre 2009

  28. Un regard objectif
    23 octobre 2009

  29. Pour donner du sens à une vraie politique d’égalité des territoires et du logement
    12 juin 2012

  30. Sortir de l’impasse
    11 juin 2012

  31. Identité internationale
    26 décembre 2009

  32. Divin !
    8 février 2010

  33. Battre le pavé et le fer, tant qu’il est chaud
    10 septembre 2010

  34. Travailler moins pour gagner plus et les retraites
    18 septembre 2010

  35. Georges et le kitsch
    1er novembre 2010

  36. Réflexions sur la suite d’un engagement
    2 novembre 2010

  37. Re(ma)niement
    16 novembre 2010

  38. Le progrès et la crise
    7 décembre 2010

  39. Roland Dumas : "le 11 septembre, je n’y crois pas"
    23 décembre 2010

  40. Usure n’est point art, gens ! (1/2)
    24 décembre 2010

  41. Usure n’est point art, gens ! (2/2)
    7 janvier 2011

  42. Ce qu’il nous faut c’est un nouvel ordre mondial
    7 janvier 2011

  43. Le visage hideux de la bourgeoisie en temps de crise
    7 janvier 2011

  44. Non, le peuple n’est pas une masse brutale et ignorante
    11 janvier 2011

  45. L’Islande relève la tête, l’Irlande s’enfonce dans la récession
    10 janvier 2011

  46. Indignez-vous ! Doit-on s’indigner ?
    19 janvier 2011

  47. Théo Klein, réveille-toi, ils sont devenus fous !
    21 janvier 2011

  48. Mélenchon - Le Pen, "l’odieux amalgame"
    26 janvier 2011

  49. Moubarak, onzième plaie d’Égypte !
    3 février 2011

  50. L’intervention saoudienne à Bahreïn...
    23 mars 2011

  51. Les désarrois du juge Goldstone
    15 avril 2011

  52. L’œil de Michel Mompontet
    16 mai 2011

  53. DSK : l’ivresse du pouvoir
    21 mai 2011

  54. Bis repetita chez les puissants
    23 mai 2011

  55. Crise économique : une contre-révolution silencieuse à l’œuvre en Europe
    8 juin 2011

  56. Xavier Bertrand et Lidl
    22 juin 2011

  57. La solution ultime pour éviter le “21 avril à l’envers ?
    25 juin 2011

  58. Le nœud coulant du peak oil commence à se resserrer
    29 juin 2011

  59. Tristane Banon porte plainte contre DSK : je la plains…
    8 juillet 2011

  60. Pourquoi un blog ?
    24 septembre 2011

  61. Disparition de Madame Danielle Mitterrand
    23 novembre 2011

  62. Cent jours pour rendre l’espoir
    14 janvier 2012

  63. Ces champions olympiques dans mon salon
    2 août 2012

  64. Parution du n°4 de la revue "Sortir de l’économie. Bulletin critique de la machine-travail planétaire"
    3 août 2012

  65. Les OGM, c’est dépassé !
    30 septembre 2012

  66. Toi aussi, trouve une idée à la con...
    14 octobre 2012

  67. Le fléau du libéralisme par l’exemple
    7 janvier 2013

  68. L’incompréhension
    5 février 2013

  69. François Hollande en Grèce : cynisme social et écologique
    22 février 2013

  70. Démentiel : les banksters sont désormais “Trop gros pour aller en prison” ! (1/2)
    23 février 2013

  71. Le samedi c’est raviolis – intermède culturel et sociologisant
    3 mars 2013

  72. Merci Mediapart !
    24 mars 2013

  73. Banquiers escrocs poursuivis
    30 mars 2013

  74. L’âge de pierre, l’âge de bronze, l’âge du chariot…
    2 décembre 2013

  75. La prostate de Madiba
    14 décembre 2013

  76. 1 mort et le Rallye du Béthunois s’arrête définitivement : Bravo
    17 septembre 2007

  77. 10 questions sur l’admission de la Palestine à l’Unesco
    12 novembre 2011