Des Indiens de l’Himalaya en guerre contre des barrages hydro-électriques

jeudi 7 mai 2009
popularité : 1%

Au Sikkim, en plein cœur de l’Himalaya, l’association Affected Citizens of Teesta enchaîne manifestations et grèves de la faim. Ses membres, pour la plupart des Lepchas, premiers habitants du Sikkim, tentent de s’opposer à la construction de près de 26 barrages qui menacent leur identité et leur culture.

Par Amanda Winguis

" 600 jours de grève de la faim ", annonçait l’affiche de l’Affected Citizens of Teesta le 9 avril, à Gangtok la capitale du Sikkim. 600 jours que les membres de l’association se relaient pour jeûner symboliquement durant 24 ou 48 heures et ne pas rompre la chaîne. Allongés sur des matelas, ils ont pris possession d’une portion de trottoir dans la capitale, entourés de banderoles qui crient leur cause : "26 Méga projets, imaginez l’impact", "Les barrages de Dzongu devront être construits sur nos corps", "Sauvez Dzongu !".

C’est de cette façon que, depuis 2007, l’ACT mène son combat contre les multiples projets de barrages qui doivent voir le jour au Sikkim. En effet pour le gouvernement indien, en panne d’électricité, les régions montagneuses du Nord-Est et leurs puissants cours d’eau constituent des places toutes trouvées pour produire de l’énergie hydro-électrique. Au Sikkim, on dénombre 26 projets.

"Il y a déjà beaucoup de barrages au Sikkim et bien assez d’électricité", conteste pourtant Kauna Lepcha, l’un des membres de l’association. "Mais le gouvernement veut faire des bénéfices. L’électricité est envoyée dans d’autres États d’Inde, ou vendue au Népal et au Bhoutan". En résulte des coupures d’électricité à répétition, un comble.


"Ils disent que cela est nécessaire pour le développement. Nous ne voulons pas du développement", assène Kauna Lepcha. "Ou plutôt si, nous le voulons, mais pas de cette façon. Ce que nous voulons ce sont des écoles, du travail, de bonnes conditions de vie."

La première conséquence des barrages a été de déraciner des populations, les privant de terres et d’emplois. Les Lepchas, premiers habitants du Sikkim, sont les plus touchés. La région de Dzongu, où vivent 8000 d’entre eux, est menacée par huit projets hydro-électriques. Légalement réservée aux Lepchas, cette région est l’une de leur place sacrée.

"[Les barrages] affectent nos pratiques culturelles et religieuses et toutes nos traditions", acquiesce Tseten Lepcha, chief coordinator de l’ACT. "Mais l’impact est aussi démographique", ajoute-t-il, soulignant l’arrivée massive d’ouvriers pour la construction des barrages. Le poids des Lepchas dans ces régions, autant que leur culture, s’en trouvent grandement affaibli.

Déracinés, nombreux sont ceux qui viennent frapper à la porte de l’ACT. L’association compte environ 1000 membres, en majorité jeunes. "Nous sommes pour la plupart des étudiants, beaucoup sont venus à Gangtok pour leurs études", expose Vimchung Lepcha. "Nous sommes la première génération à être aussi éduquée. C’est nous qui comprenons le mieux ce que signifient ces barrages et leurs conséquences".

Mieux informés, ils usent de tous les moyens à leur disposition. Recours juridiques, manifestations sur les chantiers, pétitions et grèves de la faim sont les principaux, avec des résultats inégaux. Dernièrement, "40 personnes ont été arrêtées car elles étaient suspectées d’avoir endommagées du matériel lors d’une manifestation à Lingza", raconte Tseten Lepcha. "Elles ont été libérées un mois plus tard".

Ce sont encore les grèves de la faim qui ont, malheureusement, eu le plus de retentissement, notamment celles, très longues, de deux des membres fondateurs, Dawa et Tenzing. Les négociations avec le gouvernement ont suivi. Si elles ont permis l’abandon de certains projets, dont quatre des huit prévus dans Dzongu, deux ont déjà abouti dans cette région tandis que les deux plus importants, en taille et en capacité, demeurent à l’ordre du jour.

aujourdhuilinde.com


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois