Claude Allègre (As a guest star)

jeudi 28 mai 2009
popularité : 1%

Ce n’est pas de gaieté de cœur que je vais vous parler encore de Claude Allègre, que la presse annonce comme l’un des prochains ministres de Sarkozy. Car, rions un peu, cet homme ne me plaît guère. Depuis plus de vingt mois que j’ai créé Planète sans visa, j’ai parlé de ce phénomène de foire un très grand nombre de fois. Et comme je ne veux pas encombrer l’espace par un énième radotage, je vous renvoie sans faire de manières aux cinq articles les plus importants à mes yeux.

Je vous avoue un penchant personnel pour le premier de ceux-ci (ici). Écrit en septembre 2007, voici près de deux ans, il raconte un face-à-face hilarant - à mes yeux - entre Haroun Tazieff et Claude Allègre. Deux hommes « de gauche », ministres « de gauche » et formidables rigolos tous les deux. Ceux qui auront le courage de lire ce très - trop ? - long texte comprendront mieux, je le pense en tout cas, la personnalité profonde de Claude Allègre.

La plupart des commentateurs oublient ou déforment les positions réelles de Claude Allègre. Pour la bonne raison qu’ils s’en moquent éperdument. Et je ne parle pas là de ses positions sur la crise climatique, mais bien plutôt des trucs et astuces par lesquels il parvient à faire croire qu’il sait de quoi il parle. Cela, pour un homme qui se pare des vertus du scientifique, est très grave. Je dirais même plus, et sans ironie, gravissime. Je songe par exemple au soutien qu’il a apporté au Danois Lomborg, pourtant convaincu de malhonnêteté scientifique, comme je l’ai écrit une bonne demi-douzaine de fois, et pas seulement ici.

Donc, les commentateurs s’en foutent. Et tel est, selon moi, l’information la plus intéressante concernant l’éventuelle nomination d’Allègre au poste de ministre. À l’exception notable d’Alain Juppé, que je me vois contraint de remarquer (ici), la classe politique ne trouve rien à redire. Sarkozy aurait donc le droit de nommer à un poste décisif pour l’avenir - on parle d’un poste mêlant recherche et industrie - un négateur en chef de la crise climatique.

Côté socialistes, on est en pleine bouffonnerie. Il est vrai que Claude Allègre a été l’ami de près de quarante ans de Jospin. Lequel - vous en souvenez-vous ? - aura dirigé le gouvernement de la France pendant cinq ans en ne faisant strictement rien pour limiter les effets de la crise écologique planétaire. Bouffonnerie encore avec le vieux « jeune » Pierre Moscovici, interrogé par France Info. Il y a des images que je vous recommande de regarder (ici), car elles disent tout sur ce qu’est la pauvre tambouille politicienne. On y entend Moscovici raconter qu’il a croisé Allègre dans un restaurant du quartier habituel de ces messieurs-dames - autour des Invalides -, où il déjeunait en compagnie de Catherine Pégard, conseillère de Sarkozy.

Allègre aurait alors confié à Moscovici que son entrée au gouvernement était chose acquise. Qu’ajoute à ce moment - sur France Info - Moscovici ? Non pas qu’Allègre a fait prendre à la France des années de retard dans la lutte contre le dérèglement climatique. Non pas qu’il a nié la dangerosité de l’amiante, jusques et y compris à Jussieu, où elle a fait quantité de morts. Non pas qu’il jongle sans aucun état d’âme avec des faux, comme l’a excellemment démontré le journaliste Sylvestre Huet. Mais plus sérieusement que Claude Allègre est un grand « créatif » - texto -, et surtout qu’il a mis le pied à l’étrier de Moscovici il y a 25 ans en le faisant entrer dans le comité des experts du PS. En somme, Allègre soutient Sarkozy, mais ce n’est pas si grave, car il a tant aimé Moscovici.

Cela, du côté des socialistes, donc. Et du côté de la droite, faut-il bien en rajouter ? Je plains sincèrement ceux qui ont permis à Sarko et à ses boys de monter les opérations publicitaires à répétition connues sous le nom générique de Grenelle. L’environnement, les ondes, la condition animale - mais si ! -, la mer, en attendant mieux. Pour l’heure, ces faux naïfs bandent leurs petits muscles et clament que ce n’est vraiment pas bien du tout et qu’ils ne seraient décidément pas contents de l’arrivée d’Allègre au gouvernement. Tu parles, Charles ! La vérité révélée par cette ridicule affaire, c’est que la politique en place, celle de droite comme celle de gauche, est indifférente en profondeur à des problèmes essentiels, qui n’ont jamais fait qu’effleurer son esprit.

La politique, telle que résumée par Moscovici, c’est de savoir qui a aidé qui à quel moment. Et sur qui on pourra éventuellement compter pour monter d’une marche ou ne pas la redescendre trop brusquement. Cette politique-là, éternelle je le crains, est pour la première fois confrontée à l’impensable. Car la crise écologique n’est pas seulement impensée. Elle est pour ces gens-là impensable. Elle les réduit à ce qu’ils sont, à la taille réelle de leur vision. À la taille réelle de leurs ambitions sur cette terre. Attention, ne croyez pas que je veuille la disparition de cette classe politique, si pitoyable qu’elle soit. Elle est, et à l’évidence, elle exprime une tension perpétuellement renaissante à l’insignifiance. Mais je proclame qu’elle ne peut servir à poser les vraies questions. Et j’affirme qu’elle ne saurait y répondre. Allègre, ou le syndrome de l’impuissance.

PS : Ne pas oublier cette grande, cette magnifique figure de la pensée que fut Cornelius Castoriadis. Je vous livre ces quelques mots de lui : « Il y a un lien intrinsèque entre cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature. C’est cela l’esprit du temps. Tout conspire à étendre l’insignifiance ».

fabrice-nicolino.com


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

LPO

lundi 23 juin 2014

Ecologie-radicale

mardi 12 février 2013

Notre Dame des Landes

vendredi 26 octobre 2012