L’été en prison

jeudi 19 juillet 2007
popularité : 2%


La période de l’été pour les personnes qui sont incarcérées est une période particulière, sans doute plus difficile encore que les autres périodes de l’année. Les grâces présidentielles, solution très imparfaite au problème de la surpopulation carcérale, permettent de diminuer le nombre de personnes incarcérées durant l’été, ce qui atténue certaines difficultés. Mais cette année, il n’y a pas eu de grâce.

Les activités habituelles, quelles soient culturelles, sportives, artistiques, d’enseignement ou de formation ne sont plus assurées, ce qui entraîne une oisiveté accrue. L’offre de travail diminue souvent, ce qui, tout en accentuant l’inactivité, fait basculer dans l’indigence nombre de personnes, puisque le droit du travail ne s’applique pas et que la notion de congés payés n’existe pas. Cette subite perte de revenu est d’autant plus préoccupante que la prise en compte de l’indigence, au sens de l’administration pénitentiaire, est toujours différée, compte tenu des critères appliqués : selon les établissements, 2 ou 3 mois consécutifs avec moins de 50 euros (somme qui peut varier selon les établissements) sur le compte nominatif.

Les conseillers d’insertion et de probation (CIP) assurent certes une permanence, mais plusieurs sont absents et les dossiers qu’ils ont en charge sont parfois en souffrance. Il n’est pas question d’imposer la présence de tous les CIP à cette période de l’année et de dégrader ainsi leurs conditions de travail, mais il conviendrait de trouver des solutions, autres qu’une simple permanence, car il ne faut jamais oublier que, derrière les dossiers traités, il y a des personnes en attente d’un aménagement de peine, d’une solution à un problème social particulier, d’une permission de sortir, d’aide pour une démarche auprès d’un employeur, de contact avec la famille...

Les sorties qui ont lieu l’été sont souvent plus compliquées car les structures associatives d’accueil sont moins actives.

Les aléas climatiques, canicule de certains étés, rendent les conditions de vie pénibles. Bien sûr, une canicule est pénible même à l’extérieur, mais cela est sans commune mesure avec les conditions de vie dans un espace confiné, à plusieurs, et lorsque les sorties de cellule ne sont parfois possibles que 2 heures par jour. Les conditions d’hygiène sont également fortement mises à mal.

Il est nécessaire d’être vigilant, et éviter de rendre la peine de prison encore plus insupportable qu’elle ne l’est déjà. Même si les personnes ont été condamnées à une peine privative de liberté (ou qu’elles sont en détention provisoire) il est essentiel d’être attentif à leurs conditions de vie. Il ne faut se lasser de répéter que même si les personnes ont commis des infractions, elles doivent se voir reconnaître tous leurs droits.

Daniel DERIOT


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Informer

lundi 8 février 2016

Le Liban boycotte le salon du Livre

jeudi 28 février 2008

Le ministre libanais de la Culture annonce que son pays boycottera le Salon du livre de Paris, en raison de la participation d’Israël, invité d’honneur de cet événement prévu du 14 au 19 mars.

Une dépêche de l’Agence France Presse indiquait mercredi :

"Le ministère de la Culture va s’abstenir de participer (au Salon du livre) cette année, pour protester contre la décision des organisateurs de nommer Israël comme invité d’honneur à l’occasion du 60e anniversaire de (la) création" de l’Etat hébreu, a annoncé le ministre Tarek Mitri dans un communiqué.

europalestine.com