Si RCTV avait été française, elle n’aurait pas vécu cinq minutes !

CINQ ARTICLES VENEZUELA & MEDIAS
jeudi 14 juin 2007
par  Michel Collon
popularité : 2%

J’étais au Venezuela pendant l’affaire RCTV. Une fois encore, j’ai pu mesurer l’écart entre les médias internationaux et la réalité...

Imaginez, en France, une chaîne qui participe activement à un coup d’Etat militaire contre le gouvernement élu, qui se rend ensuite complice d’un sabotage économique du pays par les Etats-Unis, qui appelle chaque jour à la violence et au renversement des institutions démocratiques, qui enfreint à 652 reprises en six mois les règlements audiovisuels sur la pub, la violence, les images subliminales, etc., qui refuse tout entretien de conciliation, dont les journalistes sont payés par le gouvernement des Etats-Unis, eh bien ces Messieurs de Reporters sans Frontières, du Monde, Libé et autres TF1, ne seraient-ils pas les premiers à réclamer son interdiction après cinq minutes ? Mais comme cela se passe au Venezuela, ils baptisent tout cela "liberté d’expression". (La preuve dans les articles ci-dessous)

Rappelons aussi que RCTV n’est pas "fermée". En fait, elle continue à émettre sans problèmes sur le câble et par satellite. Qu’elle n’était pas "la dernière chaîne d’opposition" (il en reste beaucoup). Que les monopoles privés (étroitement liés aux USA) continuent à dominer de façon écrasante l’audiovisuel et la presse écrite, diffusant massivement la propagande et le modèle US si néfastes pour le tiers monde. Signalons que, dimanche 27 mai, des groupes d’opposition ont attaqué la police, tirant même à balles (11 blessés, tous policiers), sans que la police se laisse entraîner dans la provocation : vous imaginez ça au pays de Sarkozy ou n’importe où en Europe ?

Et demandons-nous ce que cache cet écran de fumée ? Que le peuple du Venezuela est en train de se libérer de la Banque Mondiale et du FMI, qu’il invente une alternative aux multinationales et à la misère et que nous n’avons pas le droit d’en entendre parler ? Comme le montre le film Bruxelles - Caracas de Vanessa Stojilkovic. (voir ci-après)

Comme toujours, l’important n’est pas ce que disent les grands médias, mais ce qu’ils cachent...

Je vous défie, Messieurs Ménard, du Monde et de Libé, d’accepter un débat public sur tout ceci. Et je vous propose de commencer par montrer des images de cette fameuse RCTV afin que chacun puisse juger sur pièces. Oserez-vous ?

MICHEL COLLON


Les cinq articles

Bernard Cassen - Désinformation sur le Venezuela

Romain Migus - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis

Maxime Vivas - Les dessous du cirque européen contre Chavez

Thierry Deronne - Les rues du Sud

Romain Migus - Cher Monsieur Paranagua...

ET AUSSI : Michel Collon - Le Venezuela, ça concerne notre avenir à tous - Interview de Vanessa Stojilkovic sur son film
Bruxelles-Caracas
disponible en DVD ou projections-débats


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois