Grippe A : la vaccination tourne au sketch

dimanche 8 novembre 2009
popularité : 3%

Par Napakatbra

La vaccination de masse contre la grippe A commencera jeudi prochain, mais rien n’est prêt. Médecins et infirmières rechignant à se porter volontaires, les préfets sont contraints de réquisitionner les récalcitrants. Ambiance.

Roselyne Bachelot a recommandé, vendredi, une vaccination en deux injections pour l’ensemble de la population au titre d’un "schéma vaccinal prudentiel", dans la droite ligne de l’Agence Européenne du Médicament (EMEA)... tout juste une semaine après que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ait préconisé l’injection unique. Avec 94 millions de doses commandées et seulement 13 millions de Français prévoyant de se faire piquer, on pourrait même pousser le bouchon "prudentiel" jusqu’à 7 injections par tête de pipe. Pourquoi se gêner... D’autant que l’OMS vient de rappeler que "non seulement les vaccins constituent bien la meilleure barrière contre le virus de la grippe A, mais en plus, ils sont vraiment sûrs". Dont acte.

Les préfets réquisitionnent

Sauf que pour vacciner, il ne suffit pas de balancer les cartons de seringue d’un avion, en pleine cambrousse. Il faut aussi des locaux et du personnel : le Ministère de la Santé a prévu 1 centre pour une brochette bien fournie de 100.000 habitants. Chaque centre sera géré par une à quatre équipes, chacune composée d’un ou deux médecins, de deux à trois infirmières diplômées épaulées de deux élèves infirmiers, sans compter le personnel administratif chargé de remplir la paperasse. Paris disposera de 22 centres, la Lozère se contentera de cinq...

Problème : le corps médical ne se bouscule pas au portillon, rebuté par les postillons ? Les préfets sont ainsi contraints de dégainer les réquisitions. Deuxième problème, en période d’épidémie galopante, réquisitionner un médecin du jour au lendemain pour une période allant de 1 à 4 mois n’est pas anodin, surtout dans les zones peu dotées (la Lozère compte en tout et pour tout 176 médecins, selon le décompte du Conseil Général, y compris les spécialistes et les hospitaliers).

Vaccination des équipes médicales

Troisième problème. Très peu de médecins ont jusqu’à présent accepté de se faire vacciner, mais pour éviter d’exposer du personnel non immunisé, Mâme Bachelot a réponse à tout : "toute équipe de vaccination devra s’auto-vacciner lors de sa première vacation" dit la circulaire du 24 août. Ce qui n’est pas fait pour encourager les récalcitrants à se porter volontaires. Surtout si l’on considère que le corps humain (même celui des médecins, si si) met deux semaines à s’immuniser après la piquouze fatidique. En ajoutant les 3 semaines d’attente entre les deux injections (un peu de mauvais esprit ne fait pas plus de mal qu’une piqûre), on arrive à 8 semaines d’attente au total avant que la décoction produise théoriquement son effet. La plupart des centres auront alors déjà réalisé le plus gros du boulot.

"Faute disciplinaire"

Du côté des infirmiers en herbe, certains préfets (comme à Melun), confrontés à une fronde massive, ont décidé de réquisitionner tous les élèves de 2ème et 3ème année, deux jours par semaine... Autant de disponibilités retirées aux hôpitaux du coin, qui les attendaient de pied ferme lundi prochain, date du début de leur stage. Hôpitaux qui n’ont toujours pas été officiellement informés de la mesure de rétorsion. Et en cas de refus ? Certains se sont vus menacés de "faute disciplinaire" susceptible de remettre en cause la suite de leurs études. À la guerre comme à la guerre !

Dans les centres hospitaliers, d’ailleurs, la tension est à son comble. Les vacances n’ont pas eu l’effet escompté sur l’épidémie. Et la propagation du virus a "continué de s’intensifier", avec 341 000 consultations la semaine dernière, selon l’Institut de veille sanitaire. Dommage, car le personnel médical - aussi - prend des vacances. Mais cette fois, interdiction absolue de partir à l’étranger ! Dixit le ministère de la Santé, qui a quand même accédé aux demandes pressantes des médecins hospitaliers : depuis une semaine, les services d’urgence ont le droit d’embaucher du personnel temporaire... introuvable, en si peu de temps. Merci quand même.

La guerre du Tamiflu

Une anecdote, en passant : en septembre, l’hôpital Jean Verdier de Bondy a reçu des caisses de Tamiflu. Le personnel n’en est toujours pas revenu : il s’agissait de l’ensemble des doses disponibles pour les enfants du 9-3 ! Le médicament n’étant pas encore disponible dans les pharmacies publiques, les jeunes séquano-dionysiens qui s’étaient vus prescrire l’antiviral magique devaient obligatoirement repasser par la case hosto, pour y être à nouveau examinés, avant de pouvoir toucher le Graal ! Tout cela sans personnel supplémentaire (ils ont méthodiquement vidé tous les cartons pour vérifier). Bien sûr, il va sans dire que l’hôpital est très bien desservi par les transports en commun : un arrêt de bus et le canal de l’Ourcq à proximité. Au bout de 10 jours, panique à bord, et changement de cap, le Tamiflu pouvait être distribué sans nouvelle consultation. Puis, rapidement, nouveau changement de cap, le Tamiflu a pu être distribué dans les pharmacies de ville. Ouf ! Et bientôt en diffusion express dans l’eau du robinet ? [1]

Dernier problème et pas le moindre, l’épidémie devient de plus en plus inquiétante : un chat américain a été contaminé par ses maîtres ! Là, ça devient sérieux...

lesmotsontunsens.com


[1Le Tamiflu se retrouve dans les eaux des rivières, selon des scientifiques japonais qui craignent désormais que les oiseaux aquatiques ne permettent aux virus des grippes saisonnière, aviaire ou porcine de développer des résistances aux antiviraux


Commentaires

Logo de troy1
Grippe A : la vaccination tourne au sketch
mardi 10 novembre 2009 à 19h59 - par  troy1

Il ne reste plus à Mme Bachelot de se faire vacciner en grandes pompes !... Si c’est déjà fait, a-t-on fait analyser le contenu de la seringue ... pour constater qu’il est identique à celui du citoyen lambda ( et du personnel soignant !...) . Rien de plus facile pour tordre le cou à une rumeur, n’est-ce pas ?...

Mais en arriver aux réquisitions avant même que l’épidémie ( ou la pandémie ) se soit produite et envers les personnels de santé ( y compris les "gamins" des écoles de médecine ) et l’intimidation ...ce sont des signaux d’alarme que quel chose d’énorme est en train de se produire.

Voici quelques mois , j’avais trouvé sur un site l’article éférencé ci-dessous :

http://wiki.societal.org/tiki-index.php?page=Popullulation

ou :

http://www.societal.org/docs/popullulation.pdf

Je n’ai pas apprécié que l’on préconise de juguler cette soi-disant "pullulation" de l’Humanité : n’importe quel démographe nous démontrera que notre planète est quasiment vide, ce sont nos Sociétés qui déraillent !... Et je n’ai pas aimé cette déclaration de Jacques-Yves Cousteau où il déplore que l’effectif humain n’aurait pas dû dépasser 500 à 800 millions d’êtres !... Si elle n’est pas apocryphe, c’est vraiment dommage pour ce grand bonhomme qui aurait dû se faire conseiller par un démographe ... avant !... Lui qui savait qu’au prix d’une reconversion de l’Homme à la vie marine, rien que l’occupation du "plateau continental" suffirait à absorber n’importe quel trop-plein de population !...

Alors que les solutions sont nombreuses et abordables, on ne pense qu’à éradiquer une partie notable du genre humain !... Les "expériences" précédentes ( USA, Inde ...) ont été toutes catastrophiques : on ne réduit pas l’Humanité, on l’appauvrit !...

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018