Les antidépresseurs sont inutiles dans 70% des cas

lundi 11 janvier 2010
popularité : 2%

Par Napakatbra

Selon une (nouvelle) étude publiée publié mercredi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), les antidépresseurs ne seraient pas plus efficaces sur les dépressifs légers à modérés qu’un vulgaire placebo. Ces patients représentent pourtant 70% des prescriptions.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie) ont réalisé une méta-analyse de six études portant sur deux antidépresseurs [1] et incluant 718 patients présentant tous les niveaux de sévérité de la maladie pendant 6 semaines. Résultat : si les antidépresseurs ont montré leur supériorité dans des milliers d’essais cliniques, c’est surtout dû au fait que les sujets retenus étaient lourdement atteints. De plus, la majorité des études ont débuté par une période de "wash-out" de deux semaines, durant laquelle les patients recevaient tous un placebo, et ceux qui étaient soulagés par ce faux-médicament étaient définitivement écartés de l’étude, ce qui fausse les résultats finaux.

Les antidépresseurs, c’est (pas) automatique...

Les chercheurs ont ainsi montré que si les dépressions sévères sont effectivement soulagées, pour les cas les moins graves ("légers" ou "modérés"), les résultats obtenus se situent en dessous de la limite permettant de dire qu’un médicament possède au moins un petit effet. Le hic, c’est que cette particularité n’est pas précisée dans les brochures descriptives des produits pharmaceutiques. Ni les médecins, ni les patients n’en sont donc informés. Ce qui aboutit à cette situation ubuesque : de nos jours, 70% des patients auxquels sont prescrits ces antidépresseurs présentent des formes légères de dépression.

Quid de la psychothérapie ?

Deux petites remarques, tout de même : 6 semaines pour une étude portant sur les antidépresseurs, c’est court. Et il aurait aussi fallu étudier dans la durée la réponse des patients aux médocs. Certaines études ont en effet montré que la rechute était plus fréquente dans le cas des placebos. Les patients seraient ainsi plus sensibles à l’attention qui leur est portée pendant l’étude qu’aux effets réels des médicaments... ce qui ne change guère les conclusions de l’étude : les dépressions légères doivent être traitées autrement que par des produits pharmaceutiques.

lesmotsontunsens.com


[1La paroxétine, contenue notamment dans le Seroxat, Deroxat et le Paxil, et l’imipramine contenue notamment dans le Tofranil


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois