Paris RSA : un SDF propre est un SDF suspect

Contrôles CAF= Mort Sociale
vendredi 12 mars 2010
popularité : 1%

Par Réseau Solidaire d’Allocataires

Pourquoi lutter pour arracher à tout prix les rapports établis suite aux contrôles de la CAF ? Pourquoi, surtout la résistance est-elle aussi grande de la part de l’institution CAF, pour les fournir aux allocataires ?
La réponse est dans les rapports eux-mêmes. Le concept de « fraude » est une arme politique, pour détruire les droits qui nous restent. Mais les politiques aux commandes, savent encore rester mesurés dans leurs propos, créer patiemment une définition du « fraudeur » extensible à l’infini, mais couplée à un éloge du « bon pauvre », travailleur, modeste et courageux. Pour frapper tout le monde, il faut que la majorité ne se sente pas concernée jusqu’au jour où la CAF lui tombe dessus.

Les contrôleurs, eux, tout en bas de la chaîne répressive, raisonnent forcément différemment. Investis d’un pouvoir d’intrusion dans la vie des précaires, largement comparable à celui de l’institution policière, ils ont l’avantage de ne pas avoir besoin d’un prétexte préalable pour en user.
Par définition, pas un allocataire de la CAF n’est protégé de leur action.
Ils savent aussi que les prétendus « recours » sont inaccessibles à la majorité des concernés, écrasés par la coupure de revenu et par la criminalisation de pratiques de survie. Alors ils se lâchent et disent tout haut ce qui se décide tout bas.

Dans le cadre du combat solidaire mené par notre collectif contre les contrôles CAF et leurs conséquences, nous avons décidé de briser la logique du « cas particulier », celle du procès, donc. Des allocataires ont ainsi jugé utile de rendre public le contenu de « leurs » rapports de contrôle. Nous commençons donc par celui qui a sans doute été le plus difficile à obtenir, celui de Mr T.

La CAF a joué la montre de la mort sociale et a perdu. Monsieur T, en effet était SDF quand il a rencontré le Réseau Solidaire d’Allocataires.
- SDF et suspendu de RSA depuis déjà plusieurs mois.
- SDF et interdit de permanence sociale d’accueil pour avoir exigé une intervention immédiate des travailleurs sociaux sur son dossier et un contrat d’insertion. La demande de rapports des trois contrôles subis, faite collectivement par le Réseau Solidaire d’Allocataires avait donné lieu à l’intervention d’une cinquantaine de policiers un soir du mois d’août. Nous n’étions même pas dix, ce jour là, la volonté d’écrasement de la CAF s’était donc matérialisée assez clairement. Nous n’aurions jamais su pourquoi si Mr T. avait craqué. Mais, inversement, celui-ci, devenu militant permanent de notre collectif s’investissait à fond sur les autres fronts ouverts sur la question des contrôles, tout en continuant, régulièrement, à aller exiger son rapport de contrôle et à subir en retour des évacuations policières.

Tant qu’on ne se résigne pas à la défaite, la victoire est toujours possible

Au début de l’hiver, Monsieur T. retrouve un logement dans un département voisin, et y fait une demande de RSA qui lui est accordée.
Un peu stabilisé, il fait des recherches sur internet, jusqu’à obtenir le nom de tous les directeurs des CAF d’Ile de France, et leur envoie la copie de sa demande de rapport de contrôle faite au directeur de la CAF de Paris. Brusquement, il reçoit des rappels du RSA qui lui avait été suspendu pendant des mois et des mois. Et quelques semaines plus tard, la copie des deux rapports de contrôle.

Le RSA de Monsieur T. a donc été suspendu pour deux raisons.

La première ?

« À noter que Monsieur T qui déclare dormir dans la rue, s’est présenté aux guichets avec une tenue et une présentation soignées qui ne correspondent pas à celle des allocataires SDF vivant dehors habituellement rencontrés. Nous pouvons douter que Monsieur T. réside habituellement dans la rue »

La seconde ?

« Monsieur T, qui se déclare sans aucune ressource, n’explique pas pourquoi il a attendu fin juin 2009 pour déposer une demande de RSA alors que le dernier versement date de la fin 2008 ».

On ne peut dire les choses plus clairement : Monsieur T., expulsé de son appartement précédent, privé de RSA suite à un précédent contrôle intervenu « à domicile » postérieurement à l’expulsion, est un fraudeur potentiel parce qu’il est propre et parce qu’il a survécu jusqu’à être en mesure de se battre pour reconquérir ses droits.

Un bon allocataire est un allocataire détruit.
Qui dit ça ? Pas seulement le contrôleur. Mais aussi et surtout ceux qui ont pris les décisions suite à l’édiction de ce rapport de contrôle.
- La direction de la CAF de Paris.
- Le président du Conseil Général qui a maintenu la suspension de RSA, et donc, l’ensemble des élus de la majorité municipale.

Voilà pourquoi l’obtention des rapports de contrôle est un enjeu fondamental et une bataille difficile et ponctuée du recours à l’intervention policière. Parce qu’ils sont la politique à l’état pur, le discours réellement suivi d’effet, la promesse vraiment tenue, le contenu concret de la réforme RSA : le contrôle et la répression des précaires, la mort sociale de ceux qui ne sont pas immédiatement utiles à la production capitaliste, les millions de « chômeurs en fin de droit ».
Ils énoncent très clairement le problème et son unique solution : la résistance collective et la solidarité.

Ci-dessous, le début du rapport de contrôle

- Contrôle CAF, refus du RSA ?
- Avec le RSA vos revenus baissent et vous n’y comprenez rien ?
- On vous refuse la prime pour l’emploi
- Vous galérez avec la CAF, Pôle Emploi, la Sécu, ou les services sociaux ?

Avec ou sans papiers, avec ou sans emploi, la solidarité est l’arme des précaires ! Venez nous rencontrer, vous informer, rencontrer d’autres précaires pour faire valoir vos droits aux permanences de lutte du Réseau Solidaire d’Allocataires.

À Paris : tous les mardis de 18H 19H30 à la Maison des Associations du 18ème arrondissement, 15, passage Ramey, métro Marcadet- Poissonniers.
Contact Tel : 09 54 70 66 22
Mail : Ecrire à Ctc Rsa


Site : collectif-rto.org

Le Reseau est exclusivement composé de précaires solidaires, en emploi ou non. Ni spécialistes, ni permanents associatifs, au sein du collectif nous avons fait le choix de l’indépendance matérielle et financière : nous ne demandons aucune subvention, et nous préférons tenir nos permanences dans les quartiers, dans les CAF et les Pôle Emploi plutôt qu’accepter une quelconque contrepartie en terme de liberté d’action ou d’expression en échange d’un local. Dans la même logique, chacun d’entre nous défend les options politiques, religieuses ou syndicales de son choix à l’extérieur du collectif, mais le Reseau Solidaires d’Allocataires n’est lié à aucun parti ou autre structure politique : nous construisons nos actions avec d’autres collectifs sur la base d’intérêts communs et non d’idéologies quelconques !

collectif-rto.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018