Greenpeace conteste la propagande d’Areva dans les journaux français.

lundi 7 mai 2007
par  cardabelle
popularité : 1%

Paris, France — Le 05/05/07 - Après « Le Monde », c’est au tour du journal « Le Parisien » de faire la propagande de l’EPR finlandais dans ses colonnes. Dans Le Monde daté du samedi 5 mai, un papier intitulé : « Areva joue sa crédibilité sur le réacteur finlandais » vante les mérites de l’industrie nucléaire française Areva. Ce matin, même ton dans le Parisien avec un article intitulé : « Pourquoi la Finlande a choisi l’EPR ».

Tout comme Jean-Michel Bezat, le journaliste du Parisien, Marc Lomazzi, a été spécialement envoyé en Finlande, miraculeusement au moment où le nucléaire, sujet très controversé, fait enfin débat au plus haut niveau et sur la scène publique.

« Dix huit mois de retard qui pourraient coûter à Areva 500 à 600 millions d’euros. (...) Rien ne leur aura été épargné : contrôles tatillons des autorités finlandaises, défaillances de sous-traitants locaux, incidents en chaîne, mauvais conditions météo... » écrit le journaliste du Parisien pour tenter de disculper Areva du retard de 18 mois accumulé après un peu plus d’un an de chantier.

Greenpeace s’étonne que dans l’article du Parisien tout comme dans l’article du Monde, ce retard soit implicitement attribué à l’autorité de sûreté nucléaire finlandaise, qui aurait l’idée saugrenue de tout vérifier « dans le moindre détail » selon Le Monde ou d’effectuer « des contrôles tatillons » selon Le Parisien.

Pourquoi donc ces deux journalistes traitent avec autant de légèreté les quelque 700 non-conformités ou violations des spécifications de qualité et de sûreté, qui ont été détectées sans être correctement prises en charge par le système de contrôle qualité ?

Que signifie la chute de ces deux articles, véritables plaquettes commerciales d’Areva qui vantent la relance du nucléaire ?

En dépit d’annonces répétées, Areva n’a toujours pas remporté et signé le moindre contrat en dehors des Epr finlandais et français. Areva tente de se persuader d’un renouveau mondial de l’industrie nucléaire en panne depuis l’accident de Tchernobyl. Pour sa part le groupe intergouvernemental d’experts sur le climat vient d’annoncer, à Bangkok, que « l’énergie nucléaire, qui contribue à 16% de production d’électricité mondiale en 2005, pourrait atteindre 18% de la production totale d’électricité en 2030 [...], mais la sécurité, la prolifération des armes et les déchets restent des contraintes ». (paragraphe 10 du rapport du Giec.)

Le Giec ne prévoit qu’une progression de 2 % du nucléaire dans la production de l’électricité à l’échelle mondiale. En revanche, toujours selon le Giec, les renouvelables progresseront de 12 à 15 %. « Les énergies renouvelables ont, en général, un effet positif sur la sécurité énergétique, l’emploi et la qualité de l’air. Compte tenu des coûts en comparaison à d’autres options, l’électricité renouvelable qui représentait 18 % de la fourniture électrique globale en 2005 peut atteindre une part de 30-35 % de la fourniture totale d’énergie en 2030 ». (paragraphe 10 du rapport du Giec) D’autre part, le journaliste du Parisien écrit dans un encadré qu’ « en brûlant près de 20 % d’uranium en moins, l’EPR produira de l’électricité moins cher et limitera le volumes des déchets. »

Cette information est incomplète. Selon l’industrie nucléaire, l’EPR produirait, à production comparable, 15 % de déchets nucléaires de moins qu’un réacteur actuel mais l’EPR est conçu pour utiliser jusqu’à 100 % de MOX, combustible plus radioactif que l’uranium et qui met trois fois plus de temps à refroidir, et donc plus complexe à stocker ! Le journaliste du Parisien ne s’arrête pas là et écrit sans hésiter, que l’EPR « est protégé par une coque de béton capable de résister à la chute d’un avion et en cas d’accident grave, une enceinte piégerait le cœur en fusion évitant toute pollution radioactive :».

Greenpeace tient à rappeler qu’en 2003, la révélation d’un document classé « secret défense » a démontré qu’un EPR ne résisterait pas au crash suicide d’un avion de ligne, scénario de l’attentat du 11 septembre 2001 !

Dans les décrets publié par le gouvernement le 11 avril 07, il est d’ailleurs écrit chap IV. 2 :

« Les cas de charge à retenir pour la conception de cette paroi sont définis en considérant, d’une part, le trafic de l’aviation générale et son évolution prévisible et, d’autre part, par convention, la chute accidentelle d’un avion militaire. »Mais quid des avions de ligne de plus en plus nombreux ?
Greenpeace ne peut imaginer que Le Monde et le Parisien se satisfassent de ce type de travail journalistique, plus proche d’une retranscription de la plaquette de communication d’Areva que de l’investigation. Les chargés de campagne Energie de Greenpeace se tiennent à la disposition des journalistes pour répondre à toutes leurs questions. www.greenpeace.fr


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Nouvelle convocation José Bové au tribunal d’instance

samedi 8 décembre 2007

Reçu du "Collectif des faucheurs Volontaires Rhône-Loire"

José se retrouve à nouveau devant la JAP lundi 10 décembre au matin, il faut à nouveau tous être présents pour soutenir la fin de toutes les condamnations contre les militants anti-OGM.

RAPPEL :

Lundi 12 novembre, José Bové est ressorti libre du bureau de la juge d’application des peines du tribunal de Millau. La magistrate et le porte-parole des Faucheurs volontaires ont discuté de la façon dont celui-ci pourrait accomplir la peine que lui a infligée la cour d’appel de Toulouse le 15 novembre 2005 : quatre mois de prison ferme, en tant que récidiviste, pour avoir participé au fauchage d’un champ de maïs transgénique le 25 juillet 2004 à Menville (Haute-Garonne).

En droit, la juge pouvait placer M. Bové sous bracelet électronique, mesure que le leader paysan avait par avance rejetée. Ce refus aurait pu justifier sa mise en détention immédiate. Selon son avocat, Me François Roux, José Bové a indiqué qu’il acceptait un aménagement de sa peine, qui pourrait prendre la forme de "jours amendes". La juge l’a convoqué le 10 décembre, pour un débat contradictoire avec le procureur.

cactus pubis

samedi 24 novembre 2007

Au poil !

Un cactus sur lequel poussent des poils pubiens ?

Voilà qui ne manque pas de piquant. Cette œuvre conçue par Laura Cinti est l’une des pièces phares du Festival international des sciences d’Edimbourg, en Ecosse. Pour réaliser The Cactus Project, l’artiste “transgénique” dit avoir introduit du matériel génétique humain dans le génome d’une cactée.

En 2000, l’artiste brésilien Eduardo Kac avait déjà exposé un lapin transgénique vert fluorescent, doté d’un gène de méduse. Si le directeur du Scottish Arts Council – l’ancien évêque d’Edimbourg – a quelques réserves en ce qui concerne la manipulation d’animaux, l’œuvre de Laura Cinti ne lui pose pas de problème éthique. “Faire pousser des poils pubiens sur un cactus ne fait de mal à personne”, estime-t-il.

courrierinternational