Notes de lectures, coups et blessures...

Principe de précaution et pièges à cons...
samedi 29 avril 2006
par  Michel Berthelot
popularité : 1%

Vivant à une époque de culpabilisation outrancière et dans une société à responsabilité illimitée... Alors même que les citoyens, eux, assument de moins en moins leurs actes, leurs choix ainsi que les engagements qu’ils ont pourtant auparavant dûment paraphés... Une immense angoisse brusquement m’étreint et petit à petit me submerge à m’étouffer...

Ne vais-je pas un jour que je sens prochain être tenu pour responsable et coupable de n’avoir pas pris toutes les indispensables dispositions préalables me garantissant et m’assurant contre toute mauvaise surprise accidentelle pouvant advenir à mon lectorat ?!...

Par exemple, pour éviter qu’un lecteur éventuel, parcourant mes écrits et se penchant plus qu’il ne sied sur quelque paragraphe un peu trop ardu et abscons, n’y bascule inconsidérément et tombe alors lourdement dans le fin fonds de l’incompréhension totale, pour n’en plus pouvoir remonter, après s’être blessé sérieusement l’intellect... Avais-je auparavant installé un garde-fou suffisamment efficace aux abords de telle ou telle phrase abstruse ?... Avais-je avant fourni une explication suffisante et dûment signalé préalablement cette indéniable difficulté syntaxique ?...

Sans avertissement préfacé, sans avant-propos explicatif, sans avis de prudence, comment ensuite se défiler en niant cette évidente responsablité ?... Sans préambule de mise en garde, sans notes préliminaires, sans prolégomènes, comment ne pas reconnaître humblement alors, devant une juridiction compétente de rhéteurs et rhétoriciens experts, la bonne foi du plaignant égaré et fourvoyé dans un tel salmigondis de dangerosité scripturale ?...

L’interprétation du texte, l’intelligibilité du propos, l’entendement, le discernement et la perspicacité du lectorat concerné nécessitent à l’évidence une telle prévention... Je pense même qu’il faut être suffisamment prévoyant et en appeler à la prolepse si l’on veut obtenir gain de cause devant les dangers d’accidents et de poursuites qui guettent de nos jours tout scripteur responsable qui désire se garantir des multiples déconvenues possibles et conséquences catastrophiques inhérentes à ce genre d’exercice périlleux...

Car c’est pur truisme, Lapalissade ou Pont aux ânes que d’avouer les ravages causés par certains écrits non expurgés, non explicités ou non énoncés formellement pour des neurones fragiles et frêles et des circonvolutions délicates et vulnérables... C’est là qu’on se rend véritablement compte de l’extrême difficulté d’écrire. Il est indispensable de toujours renforcer ses argumentations, étayer ses raisonnements, vérifier ses formulations... Et enfin ultime sagesse, pourquoi ne pas accompagner son lecteur hésitant au cours des passages les plus difficiles, l’aider à traverser les paragraphes non protégés et ne plus le laisser déambuler et divaguer seul et de manière irresponsable dans les méandres inextricables des difficultés langagières...

Cela signifie aussi que lorsqu’on est anxieux, soucieux et inquiet de nature, qu’on craint toujours d’avoir mal fait, d’avoir commis une omission, d’avoir la conscience troublée et l’esprit tourmenté... Mieux vaut alors poser sa plume et renoncer définitivement à écrire au nom du... principe de précaution... Ceci afin de ne plus jamais risquer de froisser et blesser quiconque d’une locution oiseuse, d’une phrase alambiquée ou d’un mot déplacé !...

Michel Berthelot le 29 avril 06


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois