Sida : Bachelot trahit sa promesse

Derrière les belles paroles, toujours moins de budget
dimanche 11 avril 2010
popularité : 1%

Par Olivier Bonnet

C’était l’avant-veille de Noël. Comme le raconte La République du centre (via le site du Mégalodon), la ministre de la Santé recevait les associations de lutte contre le Sida. En ce 23 décembre 2009, ont-ils cru à la Mère Noël ?

"La Ministre de la Santé avait annoncé que les crédits en faveur de la lutte contre le VIH/Sida ne baisseraient pas, tempête aujourd’hui l’association Aides. Elle n’a pas tenu parole. Selon les éléments en notre possession, les associations subissent des pertes de crédits pouvant aller jusqu’à 47% dans certaines régions. Aides subirait ainsi une perte de plus de 700 000 € par rapport aux financements 2009. Avec des coupes conséquentes qui concernent des actions prioritaires comme celles menées auprès des publics gays et migrants. Cette baisse n’affectant pas seulement notre association, le montant des coupes budgétaires serait bien plus important. (...) Sans la continuité du niveau de financement public, de nombreuses délégations Aides, tout comme d’autres associations, fermeront leurs portes et des départements, voire des régions entières, risquent de se trouver totalement privés de toute action de prévention et de soutien ! L’épidémie est toujours active, le nombre de personnes atteintes augmente chaque année, Aides et les autres associations sont toujours sur le terrain au plus près de l’épidémie. L’Etat doit assumer ses responsabilités et avoir une politique de santé publique cohérente, tenant compte des recommandations de la Cour des Comptes. Il faut poursuivre plus que jamais la lutte contre le sida !"

Tiens, que dit la Cour des comptes ? "Il appartient à l’État de renforcer la prévention et le dépistage du VIH. L’ignorance de leur état de séropositivité par plusieurs dizaines de milliers de personnes, la propagation de l’épidémie qui en résulte, le coût élevé des traitements pour l’assurance maladie et leur caractère pénible pour les patients militent pour une politique plus active en ces deux domaines."

Ce que Bachelot met en application en... asséchant les crédits justement dévolus à ces actions ! Mais dame, il faut bien éponger le coût de l’immense gabegie de la grippe A... La différence, c’est que le Sida tue infiniment davantage que la grippette : la ministre de la Santé a assurément le sens des priorités ! le 1er avril dernier, nous nous plaisions à imaginer la démission de Bachelot. Las, elle sévit toujours, et c’est la santé publique qui trinque.

plumedepresse.net


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018