Hadopi : Sarkozy n’a pas encore nommé un de ses proches, si ? Si !

vendredi 7 mai 2010
popularité : 2%

Par Olivier Bonnet

Une autorité "indépendante" et des "nominations irréprochables"...

Question pour un champion : Je suis l’ancien conseiller des technologies de l’information et de la communication du ministère de l’Intérieur jusqu’en 2007, puis j’ai dirigé le service Internet de l’UMP pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Je suis un proche du chef de l’Etat. Je suis... Je suis... Le nouveau secrétaire général du collège chargé d’appliquer la loi contre le piratage, Éric Walter.


L’homme devra notamment organiser la concertation de toutes les parties prenantes (industrie culturelle, consommateurs, FAI, éditeurs de logiciels de sécurisation, industriels de l’électronique grand public) et préparer le rapport annuel de la Haute Autorité, résume 20 minutes. Surtout, « il est responsable de la tenue des objectifs ». Éric Walter occupera donc un rôle central au sein du collège. Au passage, l’heureux élu doit déjà assumer un passif : "les promesses du précédent gouvernement UMP et de Nicolas Sarkozy n’ont pas été tenues, constate ZDNet. En 2007, Éric Walter insistait en effet sur la volonté du président de réaliser, comme cela était prévu, un bilan de la loi Dadvsi. Or ce bilan n’avait jamais vu le jour et la loi Hadopi a été votée sans qu’il ait été possible de vérifier l’efficacité du précédent dispositif mis en place pour lutter contre le téléchargement." Il ne manquerait plus que ces incapables soient obligés de reconnaître la nullité de leur œuvre ! Ce qui ne les aurait certes pas empêchés de récidiver dans l’incompétence avec l’Hadopi... [1]

Le collège de la Haute autorité comptait déjà dans ses rangs l’ancien ministre de la Culture UMP Jacques Toubon, le sénateur UMP Michel Thiollière et le député UMP Franck Riester (sur 9 membres). Curieusement, ils y sont les seules personnalités politiques. Pas même donc un petit "socialiste", pour faire peut-être un peu moins monocolore ? Pensez-vous. Juste l’UMP. Et le collège a donc désormais comme secrétaire général un proche de Sarkozy.

À présent, nous vous proposons un exercice extrèmement difficile. Gardez votre sérieux en lisant la phrases qui suit : le collège de l’Hadopi est une autorité indépendante. Vous y êtes parvenu ? Essayez donc alors avec ces deux déclarations du président de la République, qui est quand même le roi de tous ces guignols : "Je veux que les nominations soient irréprochables" ; "Toute nomination qui apparaît comme l’expression d’une connivence est détestable pour la République et pour l’État." Mais c’est bien la présidence Sarkozy qui est "détestable pour la République et pour l’État" !

plumedepresse.net


[1L’Hadopi "instaure une justice d’exception qui pourra sanctionner sur la seule foi d’une non-preuve - une adresse IP peut se pirater -, infliger au présumé fautif la double peine de la suspension de l’abonnement sans cessation de son paiement et, en frappant forcément le foyer entier, condamne à une punition collective : le petit Jérémie télécharge, en admettant que c’est vraiment lui et pas un hacker qui a piraté son IP. Eh bien fini Internet pour son père, sa mère et ses deux sœurs ! Tout cela a été expliqué en long et en large à la ministre mais cette cruche d’Albanel - et au-delà, ce cruchon de Sarkozy, qui met un point d’honneur à faire passer ce texte - s’entête", pestions-nous en mai 2009. Avant l’heureuse censure du Conseil constitutionnel : "Internet est une composante de la liberté d’expression" et sa coupure ne saurait donc être décidée par une autorité administrative, mais nécessairement par un juge. L’Hadopi devra donc se contenter d’envoyer des avertissements. En outre, en obligeant l’internaute accusé de téléchargement illégal à prouver que sa connexion a éventuellement été piratée, la loi viole la présomption d’innocence. Ce sera donc à l’accusation qu’il reviendra de prouver qu’il n’y a pas eu piratage. En résumé, les sages ont infligé à Albanel et Sarkozy une mémorable claque qui n’a pas fini de leur rougir les fesses !" Le billet s’intitulait Bonnet d’âne à Christine Albanel. Ne vous içnquiétez pas pour elle, virée du gouvernement : elle fut recasée chez Orange. Une autre "nomination irréprochable"...


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois