Les tueurs sont parmi nous

(sur le thon)
jeudi 10 juin 2010
popularité : 3%

Par Fabrice Nicolino

Je vais être bref pour de vrai, pour une fois. Vous devez tous savoir qu’un affrontement en mer a eu lieu le 4 juin, au large de Malte, entre un thonier-senneur français - spécialiste de la pêche au thon rouge - et des équipes de Greenpeace. Un militant de 45 ans, Frank Hewetson, a été blessé à la jambe par un croc, non de boucher comme dans l’imagination malade de Sarkozy [1], mais de forban. Je veux d’abord saluer le courage exemplaire de ceux qui osent aller au contact de montagnes d’acier, menées et dominées par des [bip.bip.bip]. Oui, moi qui ai pu tant critiquer Greenpeace, et qui récidiverai quand j’en verrai le sens, je tire mon chapeau aux habitants des Zodiac.

(AFP/GREENPEACE/PAUL HILTON)

Et au-delà ? Il est une leçon, parmi d’autres, que je tire aussitôt des événements. Toute la petitesse de notre espèce est là. Je m’inclus, je nous inclus tous, cela va de soi. Mais en la circonstance, c’est bien de ces pêcheurs que je veux parler. La trentaine de thoniers de Sète continuent de gagner des fortunes en vendant au prix très fort des thons rouges au Japon, où un seul poisson de 150 kilos peut approcher les 160 000 euros. Vous avez bien lu : un seul poisson peut être vendu 160 000 euros sur le marché tokyoïte de Tsukiji.

Qu’importe, dans ces conditions, que le thon rouge de Méditerranée, qui accompagne nos civilisations depuis 9 000 ans dans le bassin de Mare Nostrum, soit au bord de l’extinction. Ces crétins iront au bout, jusqu’à l’ultime prise. Comme l’ont fait les Canadiens avec la morue de Terre-Neuve avant le moratoire de 1992, qui n’aura pas permis le sauvetage de cette espèce royale. Pleurons ? Oui, pleurons, car je ne vois pas ce que nous pourrions faire d’utile. Nous sommes en face du fatum des Latins - le destin, écrasant -, et même de l’hybris des Grecs, cette démesure qui conduit droit à la tragédie de l’atè, l’égarement. Je crois, je suis raisonnablement certain que nous ne voyons là que les prodromes, les tout premiers débuts d’un affrontement planétaire, monumental, historique entre deux visions antagoniques de l’avenir.

Autant dire ce que j’ai déjà écrit tant de fois : les écologistes officiels qui tapent sur le ventre du ministre, et vont répétant que nous sommes sur la voie de l’accord, du rassemblement, de la lucidité partagée, du sursaut, se trompent affreusement. Et nous mènent tous, pardon pour l’exécrable jeu de mots, en bateau. À mes yeux, il y a définitivement eux et nous. Cela peut sembler contradictoire avec d’autres paroles consignées ici, mais je ne crois pas que cela soit le cas. Je suis pour l’union, la réunion de tous ceux qui, venant des plus lointains horizons, sont en marche. Mais les tueurs de thons sont les tueurs de nous tous. Et je refuse de transiger avec cette canaille-là.

fabrice-nicolino.com


[1Nicolas Sarkozy a promis il y a quelques années de pendre à un croc de boucher Dominique de Villepin, qu’il juge coupable de manipulation contre lui dans le cadre de l’affaire dite Clearstream


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant