Wikileaks : l’armée française a-t-elle tiré sur un bus transportant des enfants ?

jeudi 29 juillet 2010
popularité : 1%

Intéressant ce que l’on apprend sur ce blog ! Tirer sur des enfants ne semble finalement ici qu’un assez ordinaire "incident de parcours" au dire d’un de nos fiers missionnaire généralissime de la démocratie à la française. Quant au journaliste tombé petit dans la marmite de potion militaire et donc spécialisé dans les récits flamboyants de nos conquêtes sur les glorieux théâtres d’opération néo-barbaresques, il parait là plus connivent que critique. Il doit certainement être, lui aussi, convaincu de notre haute mission civilisatrice en Afghanistan ! (M.B.)



Par Jean-Dominique Merchet


Les documents militaires américains mis en ligne par Wikileaks nous apprennent que l’armée française a tiré sur un bus transportant des enfants afghans. Le 2 octobre 2008, vers 8h20 dans le village de Tangi Kalay, des véhicules militaires français ont ouvert le feu sur un bus qui se rapprochait trop de leur convoi. Huit enfants ont été blessés. C’est en tout cas ce que l’on comprend à la lecture du SITREP (situation report) de l’Isaf.

Nous avons interrogé le ministère de la Défense sur cet incident et le général Christian Baptiste, porte-parole adjoint, nous a founi les éléments suivants. Cet incident avait alors fait l’objet d’une communication du PIO (Press Information Officer) français au sein de l’Isaf. La réalité des faits, une fois recoupés, apparait légèrement différente que celle du premier rapport publié à 16h15, ce jour-là. L’incident n’avait pas alors fait l’objet d’articles dans la presse, ce qui aurait évidemment été le cas si les choses s’étaient présentées comme on le lit dans The Guardian : "French convoy shoots 8 children on bus". Le sitrep indique qu’il n’y a pas eu de mort.

Deux minibus (vans) et non un bus étaient impliqués dans cette affaire. Les deux véhicules ont cherché à s’insérer dans le convoi militaire français, ce qui est formellement interdit par crainte des attaques suicides. Les militaires français ont appliqué les consignes : d’abord des gestes de la main, puis des tirs de sommation en l’air et enfin des tirs de sommation à terre devant le véhicule. [L’étape suivante aurait été un tir dans le moteur du véhicule]. Les tirs à terre ont provoqué des éclats qui ont ricoché en blessant légèrement quatre personnes, dont un enfant, et non huit enfants comme l’indiquait le premier rapport. La différence entre les deux bilans s’explique par la différence entre le premier "reporting" (le document mis en ligne) et la synthèse finale, vérifications faites.

Il s’agit d’un "incident de parcours comme il en arrive sur les théâtres d’opérations, où nous sommes au sein des populations" assure le général Baptiste. Lorsque des cas graves se produisent, la presse - et notamment ce blog - en sont informés. Ainsi, la mort de quatre jeunes garçons, en avril dernier, au cours d’une opération militaire, comme nous le relations alors.

Jean-Dominique Merchet, est journaliste à Libération. Il s’occupe des questions militaires depuis une quinzaine d’années. C’est une passion dans laquelle il est tombé tout petit... Né en 1959, franc-comtois et versaillais, il est auditeur de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN 49)

secretdefense.bogs.liberation.fr


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info