Altermonde-sans-frontières
Accueil du sitePolitique en FrancePolitique et propagande
Dernière mise à jour :
vendredi 31 octobre 2014
Statistiques éditoriales :
21189 Articles
120 Brèves
24 Sites Web
665 Auteurs

Statistiques des visites :
3350 aujourd'hui
9889 hier
6637959 depuis le début
   
Brèves
Article 35
samedi 14 avril
Déclaration des Droits de l’Homme
et du Citoyen du 24 juin 1793
 
Indignez-vous !
jeudi 16 juin
 
Annulation de la taxe carbone
mardi 29 décembre

PARIS — Le Conseil constitutionnel a annoncé ce mardi 29 décembre 2009 avoir annulé la taxe carbone qui devait entrer en vigueur le 1er janvier, estimant que la loi crée trop d’exemptions, ce qui est "contraire à l’objectif de lutte contre le réchauffement climatique" et crée une inégalité face à l’impôt.

(dépêche AFP)

 
Arithmétique de base
jeudi 29 octobre

Éric Woerth, le ministre du Budget, s’est vanté, le 23 octobre, dans l’hémicycle, d’avoir supprimé 100 000 postes de fonctionnaires en trois ans, faisant ainsi économiser 3 milliards au Budget.

"Vous les avez immédiatement redonnés en baisse de TVA aux restaurateurs, qui eux n’ont créé que 6 000 emplois" , lui a répondu le député socialiste Henri Emmanuelli. "En définitive, on n’a donc pas économisé un centime, mais on a perdu 94 000 emplois."

Un raisonnement simple mais efficace !

In Le Canard Enchaîné N° 4644 du 28 octobre 2009

 
Ingrid Betancourt aux Droits de l’Homme ?
vendredi 11 juillet

Ingrid Betancourt en marche vers un Secrétariat d’État aux Droits de l’Homme ?

La rumeur se répand de plus en plus. Et si Nicolas Sarkozy, en difficulté sur les Droits de l’Homme notamment avec le dossier de la Chine, prenait un acte fort avec la nomination d’Ingrid Betancourt à une fonction de Secrétaire d’Etat ...

En Colombie, son parti avait pour nom "Oxygène". C’est justement ce que recherche le Chef de l’Etat en position trop défensive.

Ingrid Betancourt a su trouver les mots pour parler au coeur des Français lors de son retour et leur donner une embellie.

Pour de multiples raisons, le retour en Colombie est délicat.

C’est dans ce contexte que se multiplient les rumeurs de "négociations ministérielles" pour celle qui incarne la lutte pour les libertés et le courage dans la défense d’opinions.

exprimeo.fr

 
Ils ne pensent qu’à ça !...
mardi 28 février 2006
par Patrick Mignard
popularité : 1%

Oyez braves citoyennes et citoyens, oyez la longue complainte des prétendant-e-s qui se meurent d’envie d’être sur la première marche ! Oyez les promesses de celles/ceux qui veulent faire votre bonheur ! Oyez la longue litanie de celles/ceux qui se croient investi-e-s d’une mission quasi divine : être élu-e !

La réalité politique n’a plus rien à voir, ou si peu, avec la réalité sociale. A force de se fixer sur les élections on fini par oublier à quoi elles sont sensé servir... mais servent-elles vraiment à quelque chose en dehors de leur propre objet ?

TOUT ET SON CONTRAIRE

Qui peut faire confiance à des dirigeants politiques qui, désavoués par le peuple, déclarent sans rire qu’ils ont entendu le message et font exactement le contraire de ce qui est contenu dans celui-ci ?

Qui peut sérieusement croire le discours de Mr Sarkozy, ministre de l’Intérieur, qui avoue sans rire qu’il est pour le vote des étrangers aux élections locales ?

Qui peut croire un parti socialiste qui fait un scandale lors de la réforme des retraites alors que c’est son chef de l’époque, Mr Jospin, qui, en mars 2002 à Barcelone, en compagnie de Mr Chirac en a approuvé le principe ?

Qui peut croire un parti communiste qui n’a absolument rien dit concernant cette réforme, alors qu’il avait des ministres au gouvernement Jospin en 2002, au moment de la Conférence de Barcelone ?

Qui peut sérieusement croire Mme Buffet, présidente du PCF qui dénonce la privatisation d’EDF alors que le jour même le journal l’Humanité fait une publicité pour la vente des actions de cette même entreprise ? Que penser de la LCR, nouveau partenaire du PCF qui fait impasse sur cette contradiction et entre peu à peu dans ses/ces combines ?

Qui peut croire une classe politique qui verse des larmes de crocodile sur les « faux accusés » d’OUTREAU alors qu’elle est en charge de la « Justice » depuis des dizaines d’années ? Faut-il continuer la liste ?

La classe politique nous prend pour des imbéciles...et en ce sens elle n’a pas tout à fait tord. Mais pourquoi s’y prendrait-elle autrement puisque, de toute manière, on continue bêtement à les renvoyer au pouvoir comme si de rien n’était. Et même dans le cas où l’on s’oppose, cet acte est systématiquement ignoré : exemple ? le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (voir l’article « ET MAINTENANT ? ... »).

Si eux sont des menteurs, nous, nous sommes de vrais naïfs. Il est donc tout à fait logique qu’ils agissent comme ils le font. Ayant affaire à des imbéciles ils agissent au mieux de leurs intérêts, sachant que nous penserons naïvement qu’ils agissent au mieux de nos intérêts. C’est sans aucune pudeur, aucune retenue, aucune dignité que les prétendants se déclarent, se déjugent, se dénigrent, s’ignorent ou s’agressent, s’allient ou se divisent, se déchirent ou s’embrassent, disent tout et son contraire...

Pourquoi avoir un minimum de dignité, quand on se produit devant des individus « citoyennement autistes » et de plus, quand on sait que, quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, on a le monopole quasi exclusif de la représentation.

DORMEZ, ON S’OCCUPE DE TOUT !

L’enjeu électoral devient uniquement le pouvoir et les privilèges qu’il procure, le pouvoir pour soi, sa famille, ses copains, ses relations, le pouvoir pour favoriser un système dont ils sont les principaux bénéficiaires. Et l’on s’étonne que tous les politiciens ne pensent qu’à 2007 et aux autres échéances électorales ? Mais qu’auraient-ils à penser d’autre ? Quand on « fait de la politique », on laisse aux spécialistes, aux experts du marketing politique, le soin de parler de l’intérêt public et autres fariboles. L’intérêt public est une « variable d’ajustement » de la stratégie de l’ambition politique.

Les médias suivent fidèlement le mouvement, excitant le bon peuple avec des joutes ridicules entre politiciens plus menteurs les uns que les autres (faut-il citer des noms ?), entre personnages, purs produits du marketing politique (faut-il citer des noms ?), fabriqués par des conseillers en communication, interrogés par des « meneurs de débats » et autres « politologues » et « experts » qui font leurs « choux gras » de ces spectacles stériles en faisant monter la pression avec les « petites phrases » assassines des prétendants au pouvoir.

Les médias dans lesquels se produisent des « économistes experts », authentiques gardiens de la « foi moderniste », autrement dit marchande et libérale, qui expliquent doctement au bon peuple la « rationalité » du comportement qui doit être le sien, et les contraintes « incontournables » qu’il doit endurer.... Et encore quand ce sont des « experts », mais l’on a droit aussi aux chanteurs, vedettes du cinéma, de la télévision, coureurs cyclistes et autres judokas et joueurs et entraîneurs de football, tennis,... appartenant à la Cour. Tout ce petit monde est persuadé de constituer l’« élite » pour une simple raison : ils passent à la télé.

Ce milieu, véritable fumier de décomposition de la pensée politique, fertilise un sous produit de la dégénérescence citoyenne qui n’a qu’un objectif : nous faire « prendre des vessies pour des lanternes », nous faire oublier la réalité présente encadrée par les trahisons passées, et les trahisons futures. Les élections, et tout ce qui les précède, sont devenues une entreprise de spectacle, un numéro d’illusionnistes dont nous sommes les spectateurs béats. D’ailleurs les politiciens, toujours attentifs au fait que l’illusion électorale continue ses effets (il y va de leur légitimité), en rajoutent constamment en nous disant que « des citoyens sont morts pour le droit de vote », comme si ceux qui sont morts, ont donné leur vie pour que des menteurs et parfois des escrocs (faut-il citer des noms ?) profitent impunément du pouvoir.

CAUSEZ TOUJOURS... IL N’EN RESTERA... RIEN !

« Il n’y aura aucune consultation électorale d’ici 2007 ». On nous le répète jusqu’à la nausée. Autrement dit : quoi que vous fassiez, quoi que vous disiez, rien ne se passera, rien ne peut se passer. « Manifestez, pétitionnez, réunissez vous, envoyez des délégations, protestez, dénoncez, faites grève... On en a rien à foutre ! ».(voir l’article : « LA REVOLTE STERILE ») La démocratie est devenue un objet mort dont la respiration artificielle s’appelle l’élection.

Gauche et extrême gauche s’organisent pour faire un maximum de tapage pour faire croire qu’il est synonyme d’un maximum d’efficacité... pour attraper dans leurs « filets organisationnels » des naïfs qui croient encore que « si on gagne les élections, on va tout changer »...devenant ainsi les complices de la mystification... en attendant d’accéder à leur tour au pouvoir.

Toutes les organisations politiques n’ont qu’un seul objectif... les élections. Toute leur énergie est mobilisée dans et par cet objectif. Toutes les tactiques développées ne concernent que la manière de se valoriser le mieux possible aux yeux des électeurs. Tous les moyens militants et financiers sont mobilisés en vue de ces échéances. Tous ne jurent que par les élections. L’élection est devenue une fin en soi. Tous/tes ne pensent qu’à ça !

Patrick MIGNARD

Voir d’urgence, pour éviter de tomber dans la déprime :
« VICTOIRE DE « LA » POLITIQUE... MORT « DU » POLITIQUE »
« ÉLECTIONS : PARTICIPER OU PAS ? »
« FORMES DE LUTTES EN PÉRIODE DE DÉCADENCE »
« SUR LES STRUCTURES ALTERNATIVES »

 

Répondre à cet article