Viviane Reding : la maltraitée de Rom

dimanche 3 octobre 2010
popularité : 1%

Par Jean-Michel Thénard

La commissaire à la Justice connaît son histoire de la Seconde Guerre mondiale, mais, grâce à sa colère contre la politique française sur les Roms, les mensonges de Sarko sont connus de tous. Viviane contre Marianne ! Pour un peu la Reding fournissait un prétexte à Sarko pour déclarer la guerre au Luxembourg.
Mieux que Bonaparte à Arcole, il sautait sur la ville aux 110 ponts avant de poursuivre sa percée vers l’Allemagne pour faire rendre gorge à Merkel, qui l’a traité de menteur ou peu s’en faut.

La Viviane a sorti l’Europe de son Rom en portant l’affaire de la circulaire française sur le terrain miné de la Seconde guerre mondiale. Elle a de grosses lunettes mais n’a pas vu que Sarko n’avait ni grande mèche ni petite moustache. Que renvoyer les Roms chez eux parce qu’ils sont roms, ce n’est pas les exterminer, même si c’est tout à fait contraire à la législation européenne et à la tradition de la France, patrie des Droits de l’Homme.
Sarko a donc profité de sa maladresse réelle - "La psychologie n’est pas son fort", accusent des diplomates - pour moquer la Luxembourgeoise titulaire du portefeuille de la Justice à la Commission : "Elle n’a qu’à accueillir des Roms au Luxembourg".

Prendre à partie un commissaire sur sa nationalité, ça ne se fait pas.
Goujat jusqu’au bout, Sarko a exigé des excuses publiques, autrement il boudait le dernier Sommet de Bruxelles. Reding s’est exécutée du bout des lèvres à la demande du courageux Barroso. La forme était maladroite, mais sur le fond c’est à elle que les Européens, à l’exception de Berlusconi, ont tous donné raison. L’arrogance française lasse, et la sortie de la doyenne de la Commission a fait beaucoup d’heureux. Il ne faut pas se moquer de cette diplômée de la Sorbonne qui parle couramment quatre langues et n’en a aucune dans sa poche.

Si le Premier ministre Juncker "la préfère en Belgique plutôt que chez lui", selon un ministre français c’est qu’elle a le caractère entier. Et elle n’a pas goûté que Lellouche et Besson la prennent pour une oie blanche. Ils étaient allés à Bruxelles lui expliquer que les expulsions de Roms étaient traitées au cas par cas, comme l’exige la loi. Elle s’était laissé convaincre au point d’être jugée trop conciliante envers les Français par les députés européens. Et elle découvre soudain que deux émissaires de Sarko lui ont menti. "Il ne s’agit pas d’un affront mineur. Après onze ans d’expérience à la Commission, je dirai même plus, c’est une honte", a-t-elle éructé.

La cellule diplomatique de l’Élysée ne lui a pas donné tort :
"Mme Reding nous a beaucoup soutenus au Parlement européen, et nous comprenons très bien qu’elle se soit sentie trahie et blessée par l’existence de cette circulaire. Cette circulaire est une violation du droit français et de la Constitution, et pour nous aussi c’est quelque chose de choquant" ("Le Figaro", 16/9). Ah, si Sarko écoutait davantage ses diplomates, il n’aurait pas aujourd’hui la planète à dos !. Autrefois la France se singularisait en défendant les Lumières. Lui les éteint en flattant les bas instincts du tout-sécuritaire ! Résultat, Paris est menacé de poursuites pour infraction au droit européen et Sarko s’enfonce dans le mensonge.

À Bruxelles, il accable Reding selon le précepte du parfait gentleman :
"Si une femme t’a fait des excuses, piétine-la".
"Je ne peux pas laisser insulter mon pays, les mots qui ont été prononcés : dégoutant, honte, Seconde Guerre mondiale, évocation des Juifs, c’est quelque chose qui nous a profondément choqués", tonne-t-il.
Las, la commissaire n’a jamais utilisé le mot "dégoutant" et encore moins celui de "Juif". Mieux, pour l’enfoncer d’avantage, Sarko s’abrite derrière Merkel, une référence en matière de Seconde Guerre mondiale. Elle lui a confié, dit-il, "sa volonté de procéder dans les prochaines semaines à l’évacuation de camps". Utiliser le mot "camp" à propos de l’Allemagne est la marque d’un vocabulaire présidentiel particulièrement choisi. Le démenti ne tarde pas. La chancelière n’a jamais discuté avec son homologue français de "prétendus camps de Roms en Allemagne" ou de "leur évacuation". Et pan ! pour Sarko.

Comme dit le proverbe arabe :
"Avec des mensonges on peut aller loin, mais on ne peut pas en revenir".
Sarko n’en est pas revenu. Le soufflet de Reding n’a pas fini d’avoir de l’écho.
À 59 ans, l’ancienne journaliste et vice-présidente du Parti chrétien social a de la ressource. "Elle n’a pas la grisaille des commissaires européens, elle a plus de peps, elle va au bout de ses dossiers, elle ne se dégonfle pas", raconte l’ancien ministre des Affaires européennes Jean-Pierre Jouyet.
Sarko n’en est pas à ses premiers démêlés avec elle.
Son bras de fer contre l’oligopole des opérateurs de télécoms quand elle était commissaire à la Société de l’information et des médias n’avait pas réjoui son ami Martin Bouygues.
Elle avait obtenu une salutaire baisse des tarifs sur les mobiles et avait réclamé un quatrième opérateur en France - dont Sarko ne voulait pas entendre parler.

Elle a aussi critiqué la loi Hadopi. Sarko prétendait sauver à lui tout seul l’industrie du disque et du cinéma du piratage sans passer par la case justice, elle lui a rappelé que tout contrevenant avait le droit d’être jugé.
La France a dû revoir son projet. Jamais deux sans trois, c’est la troisième fois que cette divorcée mère de trois enfants se paie le président français.
"Elle a atteint son objectif : être connue", grince un habitué de Bruxelles.
Elle a sans nul doute pris l’ascendant sur la Suédoise Cecilia Malmström, avec qui elle a dû partager, à son grand déplaisir, le portefeuille de la Justice et des Affaires intérieures.

Mais surtout grâce à elle la Commission, pour une fois, a pris un peu de chair. Elle était techno, elle devient émotionnelle en s’intéressant au sort des Roms martyrisés par Sarko. Un prodige. La preuve qu’elle n’est pas autiste, Reding, et qu’avec elle l’Europe peut enfin tourner Rom...

Le Canard Enchaîné N° 4691 du 22 septembre 2010


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois