FSM Nairobi 2007 : « Nourrir des alternatives »

jeudi 5 octobre 2006
par  Gwel@n
popularité : 3%

Loin des clichés « safaris » colportés par le tourisme de masse, le Kenya présente une face intéressante d’un pays exposé aux problématiques de la mondialisation contemporaine. Organisé en 2007 à Nairobi (Du 20 au 25 janvier), le « World Social Forum » poursuit son exploration de l’Afrique et des problématiques internationales qui dépassent les préoccupations de ce continent, dans une véritable course de fond contre le libéralisme à l’image de celle des athlètes nationaux.

Transporté à l’écran dans les difficultés que rencontre la population de pêcheurs autour du lac Victoria, le spectateur européen a pu mesurer le drame qui se trame dans cette région du monde à travers le documentaire « Le Cauchemar de Darwin » d’H Sauper filmé chez le voisin tanzanien (Mwanza). Corruption, destruction des écosystèmes (avec l’arrivée de la perche du Nil) et business-développement sont les ingrédients d’un film qui met en lumière cette tragédie humaine qui mêle exode rural et catastrophe sanitaire.

Au Kenya, la terre ne tourne plus rond pour beaucoup de paysans qui subissent une dépendance croissante au lobby de l’agro-industrie (pesticides, semences...), le productivisme domine et les OGM gagnent du terrain. Café, thé, coton...les cultures intensives sont largement encouragées sur l’ensemble du territoire.

L’autonomie alimentaire s’amenuise et la famine gagne les populations du nord. Un marathon s’engage pour l’autosuffisance alimentaire, la lutte contre le SIDA est aussi un combat de longue haleine qui vient croiser la question de l’accès aux soins pour des populations paupérisées par les contraintes de réduction de la dette nationale et les exigences des institutions internationales (OMC, FMI, Banque mondiale).

Les ONG jouent un rôle majeur dans l’assistance aux besoins vitaux pour des populations qui aspirent cependant à une autonomie dans leur organisation économique. Les programmes de développement ont de plus en plus de difficultés à organiser la prévention des catastrophes, simultanément la condition paysanne s’est notoirement dégradée (80% de la population africaine vit d’une activité agricole).

OGM, le cauchemar de demain ?

« Eradiquer la famine, améliorer les conditions de vie des dizaines de millions de paysans », c’est aussi le credo des multinationales qui veulent imposer les OGM à l’heure où 800 millions de personnes selon la FAO souffrent de sous-alimentation et de malnutrition dans le monde. L’engouement s’est affirmé en Afrique du Sud pour les surfaces de cultures transgéniques au nom de la « Recherche et du Développement », le Kenya suit, lui aussi la voie du libéralisme agricole.

Comment les biotechnologies peuvent-elles venir au secours de la pauvreté en privatisant le vivant et en privant la population de cultures ancestrales ?

L’influence de la culture anglo-saxonne est importante, les migrants continuent de prendre la direction des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne tandis que la Somalie apporte son flot d’immigrés économiques. Le Soudan encore plus exposé avec le conflit du Darfour contraint à l’exode des milliers de réfugiés en attente de vivres. Pourtant, l’aide alimentaire, le parachutage de milliers de tonnes de vivres en Afrique de l’Est et les bons sentiments ont largement prouvé leur défaillance. L’heure est venue pour les pays en développement de prendre leur avenir en main, de rompre avec la dépendance et jouir de leurs ressources naturelles massivement pillées par les puissances coloniales.

Un marathon vers l’autonomie alimentaire

La distribution de l’aide s’est révélée déstructurante au fil du temps pour de nombreux pays africains, le développement s’est souvent accompagné de commerce ultra-libéral et l’activité agricole familiale et traditionnelle est aujourd’hui méprisée. Les décideurs internationaux (et en particulier la C.E) peinent à « supporter » l’Afrique dans la protection de ses filières de productions agricoles. Pourtant, la quête de la souveraineté alimentaire est essentielle dans la perspective d’émancipation de la communauté africaine.

Principe de précaution ? La protection des semences et l’interdiction des droits de propriété sur les semences font partie des enjeux panafricains de même que la cause écologique défendue par la ministre kényane de l’Environnement nobélisée en 2004. A la tête du projet de reboisement « Green Belt Movement », Wangari Maathai œuvre pour la biodiversité et la valorisation de l’image des femmes dans la société.

Le Kenya à lui seul est un concentré des effets de la mondialisation sur la planisphère altermondialiste, un an après l’édition de Bamako. Ce FSM précédera un Forum thématique [1] international ayant pour thème la souveraineté alimentaire organisé en Février 2007 (Sélingué-Mali) et coordonné par Via Campesina. Nourrir des espoirs pour l’Afrique pour faire avancer la planète Terre ?

Gwel@n

[1] Nyéléni www.dakardeclaration.org.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Dernières infos rencontres altermondialistes à La Louvesc

mardi 16 octobre 2007

Salut à Tous-Tes,

Voici les toutes dernières infos concernant les Rencontres
Altermondialistes de La Louvesc en Ardèche les 27 et 28 octobre.

Pour l’accueil à l’Abri du Pèlerin, c’est possible dès le vendredi : nous
prévenir pour la préparation des repas .
Idem pour le lundi midi, pour celles et ceux qui veulent prolonger leur
séjour dans ce lieu .

Pour les transports par le train : donnez vos horaires d’arrivée en gare
de Tain-L’Hermitage (il n’y aura qu’une navette le samedi matin) .
Il y a la possibilité de prendre le bus pour Annonay au départ des gares
de Lyon Part-Dieu et Lyon Perrache ; je vous donnez les horaires des
correspondances .

Il y a des possibilités de co-voiturage pour accéder à La Louvesc ;
n’hésitez pas à demander s’il y a un départ près de chez vous !

Pour les repas, préciser si vous êtes végétariens ou si il y a des
contre-indications ... Lounis (of Cahors) prépare les menus cette semaine

Chacun-e apporte son couvert, c’est plus simple à gèrer .

Pour l’instant, il y a une cinquantaine d’inscrits et cela va encore
augmenter ...

Ania et Joe sont responsables de l’ordre du jour, alors n’hésiter pas à
leur faire parvenir vos remarques et vos attentes ; le samedi matin, il
serait intéressant qu’on commence vers 9h30 -9h45 ; le soir on devra
terminer vers 19h car il y a la soirée publique à 20h30 précise .

Un rappel nécessaire ; l’Abri du Pèlerin n’est pas chauffé, sauf le cinéma
qui servira également pour les plénières, alors prévoyez des pulls et des
bonnes chaussettes (+ un duvet chaud) ; La Louvesc se trouve à 1080 m et
sur les hauteurs de la vallée du Rhône, quand ça souffle ... BRRRR !

A bientôt,
jm