La fresque des expulsés renaît

mercredi 23 février 2011
popularité : 1%

Par Élisa Artigue-Cazcarra


Le préfet l’avait fait effacer une première fois à Billère. Elle a revu le jour hier à Emmaüs. La fresque des expulsés, réalisée en mémoire des sans-papiers reconduits à la frontière, a revu le jour, hier. Désormais en lieu privé, elle devient inattaquable. Inaugurée en septembre 2009 à Billère, elle fut commandée par le maire, Jean-Yves Lalanne. L’ancien préfet des Pyrénées-Atlantiques, Philippe Rey, avait obtenu, le 26 octobre dernier, de la faire effacer en vertu du principe de neutralité des édifices publics.

Un pied de nez à la justice mais surtout à l’ancien préfet des Pyrénées-Atlantiques, Philippe Rey : la fresque des expulsés a revu le jour, hier, sur un wagon aménagé d’Emmaüs à Lescar. Un lieu symbolique : « ici vivent des compagnons de plus de vingt nationalités différentes », souligne Germain Sarhy, le responsable de la communauté. L’œuvre, réalisée en mémoire des sans-papiers reconduits à la frontière, avait fait grand bruit lorsqu’elle fut d’abord inaugurée en septembre 2009 sur le mur d’une salle municipale de Billère.

Commandée par le maire, Jean-Yves Lalanne, elle fut l’objet d’un intense bras de fer entre l’élu de gauche et l’ancien préfet. En vertu du principe de neutralité des édifices publics, le représentant de l’État dans le département avait saisi la justice pour la faire effacer. Ce qu’il a finalement obtenu de la cour administrative d’appel de Bordeaux, le 26 octobre dernier. Loin de s’avouer vaincues, deux cent cinquante personnes, des élus de gauche et de nombreux militants associatifs, notamment de RESF (Réseau éducation sans frontières), s’étaient réunis devant l’ouvrage, le 18 décembre, soit quelques jours avant sa disparition. Promesse avait alors été faite de repeindre la fresque.

« Le message essaime »

Créateurs de l’original, les trois graphistes des collectifs Studio Tricolore et Le Coktail, Damien Auriault, Yann Le Dluz et Guillaume Delfaut n’ont pas hésité à reprendre les pinceaux pour « La poursuite de cette action humaniste ». Cinq jours de travail leur ont été nécessaires pour réaliser une copie fidèle au modèle. S’y affiche toujours le même message : « fraternité », « solidarité », « terre d’accueil », « entraide » mais aussi « honte » ou « précarité » apparaissent en grosses lettres. « Le premier but de cette fresque est de dénoncer le sort réservé aux étrangers en situation irrégulière. Mais aussi et surtout que ce message essaime. Ce qui est le cas et ce que n’a pas réussi à faire taire l’effacement du mur des expulsés », insiste Jean-Yves Lalanne, le maire de Billère, présent à l’inauguration organisée à Emmaüs, à laquelle assistaient une centaine de personnes.

Et le message circule. La fresque des expulsés est reprise sur Internet ou encore s’exhibe depuis plusieurs mois sur des tee-shirts. « Cerise sur le gâteau, avec l’ouverture de l’autoroute, elle est désormais bien plus visible qu’elle ne l’était auparavant. Le jour où Mr Rey ira au ski, il ne pourra pas la râter », sourit Germain Sarhy, le responsable de la communauté Emmaüs de Lescar, qui fait face à l’échangeur flambant neuf de l’A 65. Elle ne risque surtout plus d’être effacée : installée dans un lieu privé, elle devient inattaquable.

(photo Colas Declercq)

sudouest.fr


Commentaires

Logo de André974
La fresque des expulsés renaît
mercredi 23 février 2011 à 09h13 - par  André974

victoire aussi du fait que lors de l’effacement de la fresque une agence de presse proche du FN avait été la seule à en parler avec délectation les autres médias étant curieusement occupés à regarder ailleurs

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Informer

lundi 8 février 2016

Le Liban boycotte le salon du Livre

jeudi 28 février 2008

Le ministre libanais de la Culture annonce que son pays boycottera le Salon du livre de Paris, en raison de la participation d’Israël, invité d’honneur de cet événement prévu du 14 au 19 mars.

Une dépêche de l’Agence France Presse indiquait mercredi :

"Le ministère de la Culture va s’abstenir de participer (au Salon du livre) cette année, pour protester contre la décision des organisateurs de nommer Israël comme invité d’honneur à l’occasion du 60e anniversaire de (la) création" de l’Etat hébreu, a annoncé le ministre Tarek Mitri dans un communiqué.

europalestine.com