FSM BAMAKO : Féminisme - Autogestion

vendredi 27 janvier 2006
par  Gwel@n
popularité : 5%

Alter Dourouni -press Mali

ACTION : FEMINISME - AUTOGESTION

« Sur les traces de Thomas Sankara [1] »

L’économie sociale et solidaire existe depuis des millénaires sur le continent africain, la femme y joue un rôle fondamental, la participation féminine au forum 2006 est significative.

Aux thématiques d’importance de cette édition, la pauvreté, la guerre, les migrations il faut y ajouter l’auto-organisation féminine. Des milliers de femmes de tout le continent se sont emparées de l’espace d’ « expression alternative » pour témoigner de la vivacité de la résistance et la créativité féminine face à la dépression socio-économique ambiante par la force du débat, l’échange et la construction de réponses alternatives. L’univers des femmes traite des sujets aussi divers que les violences faites aux femmes, l’économie solidaire voire l’excision et des expérimentations multiples dans le domaine de la vie communautaire ou elle joue un rôle clef.
La femme remplit des fonctions vitales dans les sociétés africaines et offre des débouchés non négligeables par l’économique, son émancipation est largement vérifiée par ses prises de parole dans les débats. La voie avait été tracée par la marche de femmes internationale à Ouagadougou, le féminisme puise dans ses racines en Afrique ou sa traduction exprime la richesse même et l’authenticité du mouvement.

Autonomie- autogestion économique

La consolidation de l’organisation familiale, l’auto-subsistance alimentaire, c’est là la réponse qu’offre la femme contemporaine qui résiste mieux aux agressions de la société de consommation et affiche son indépendance financière en se créant des revenus issus de pratiques et traditions autogestionnaires.

Libérer l’expression et créer son activité, c’est l’enjeu de l’autonomisation de la femme aujourd’hui en Afrique. Des débouchés significatifs sont apportés dans les domaines de la transformation des produits agricoles et les services, à travers le développement de l’économie locale (très souvent via le secteur coopératif) très foisonnant en Afrique de l’Ouest. Le Burkina Faso a montré la voie, le Mali n’est pas en reste. L’énergie déployée par la gente féminine aura marqué les esprits des participants du forum. En effet, le secteur associatif et mutualiste (qui va de pair ici avec activité professionnelle) participe du dynamisme et du développement local à travers la micro-économie essentiellement ; son organisation et fonctionnement (prises de décisions) témoigne d’un processus démocratique très avancé au sein de l’entreprise. Les micro projets y sont légion dans un contexte de marasme économique et constituent un pied de nez salutaire au libéralisme et à la privatisation galopante des services et transports (l’exemple du rail y est cité).

L’association des femmes de la collecte des ordures ménagères à Bamako est souvent citée en exemple, les coopératives de transformation et séchage (jus, bissap, oignon, mangue, banane, sésame, karité, attiéké, fonio, dégué, textile-bogolan.) sont parmi les plus influentes dans le tissu socio-économique régional. Ces coopératives alimentaires qui flirtent parfois avec la macro-économie (plus de 500 salariés) sont génératrices de revenus qui assurent par là même la promotion de la femme.

Afric’Microfinance

Le microcrédit largement pratiqué sur le continent n’échappe pas au secteur bancaire traditionnel, les contraintes des taux d’intérêt élevés laissent un goût amer aux initiatives peu consolidées financièrement. La tontine (épargne communautaire) reste la solution la plus pratiquée pour des projets de la micro économie. Une volonté manifeste s’exprime de s’affranchir de la coopération avec les ONG avec les processus de décentralisation en cours qui pourraient accélérer la réduction des intermédiaires et des partenaires financiers (collectivités territoriales). La CAFO (Coordination des associations de femmes maliennes) réunit à elle seule plus de 2 200 associations de femmes et assure la formation des salariés-coopératrices. L’accent est mis sur les programmes de développement social (de maîtrise de l’expression en public et démocratie participative), de la connaissance de l’environnement, de la culture et de l’éducation. Le ministère de la promotion de l’enfant et de la femme au Mali a une place importante dans le paysage gouvernemental, les femmes y jouent un rôle majeur, le « sankarisme » est encore vivace dans les esprits et imprègne durablement les défenseurs des paysans producteurs et transformateurs locaux en assurant sécurité et souveraineté alimentaires.

La micro filière du coton bio et équitable est en cours de création sur la colline de Lasa (par l’association artistique Ballakissa de Bamako), pourtant la grande distribution (via Dagris) a quelques longueurs d’avance.

Les solidarités par l’économique s’expriment sur l’ensemble du pays, les femmes apportent des réponses alternatives à l’économie mondialisée libéralisée, en faisant avancer avec elle toute la société africaine.

Le forum de Bamako aura permis de créer des passerelles, des solidarités entre les mouvements du Sud
(Sénégal-Gambie-Mauritanie-Niger-Guinée-Centrafrique. principalement) qui devront être poursuivis à Nairobi. La mobilisation et la dynamique locale (portée par les femmes) doivent permettre de renforcer les solidarités notamment Sud-Sud et continuer à promouvoir la conscientisation des populations.

Trouver des réponses pour juguler les départs de populations vers l’enfer de l’Europe forteresse, c’est là le défi abordé dans les ateliers sur les migrations (souvent motivées par l’exode économique et rural), les femmes ont démontré leur savoir faire et leur capacité à mieux résister et à s’autogérer, reste à convaincre les hommes eux-mêmes !

Idrissa & Gwel@n
pour Rouge et Vert

www.alternatifs.org

[1] En arrivant au pouvoir, Thomas Sankara (1949-1987), jeune capitaine marxiste, fait rebaptiser la Haute Volta. Il incarne un espoir pour le continent et un renouveau politique, c’est un leader d’opinion, révolutionnaire au " pays des hommes intègres " : le Burkina Faso


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Dernières infos rencontres altermondialistes à La Louvesc

mardi 16 octobre 2007

Salut à Tous-Tes,

Voici les toutes dernières infos concernant les Rencontres
Altermondialistes de La Louvesc en Ardèche les 27 et 28 octobre.

Pour l’accueil à l’Abri du Pèlerin, c’est possible dès le vendredi : nous
prévenir pour la préparation des repas .
Idem pour le lundi midi, pour celles et ceux qui veulent prolonger leur
séjour dans ce lieu .

Pour les transports par le train : donnez vos horaires d’arrivée en gare
de Tain-L’Hermitage (il n’y aura qu’une navette le samedi matin) .
Il y a la possibilité de prendre le bus pour Annonay au départ des gares
de Lyon Part-Dieu et Lyon Perrache ; je vous donnez les horaires des
correspondances .

Il y a des possibilités de co-voiturage pour accéder à La Louvesc ;
n’hésitez pas à demander s’il y a un départ près de chez vous !

Pour les repas, préciser si vous êtes végétariens ou si il y a des
contre-indications ... Lounis (of Cahors) prépare les menus cette semaine

Chacun-e apporte son couvert, c’est plus simple à gèrer .

Pour l’instant, il y a une cinquantaine d’inscrits et cela va encore
augmenter ...

Ania et Joe sont responsables de l’ordre du jour, alors n’hésiter pas à
leur faire parvenir vos remarques et vos attentes ; le samedi matin, il
serait intéressant qu’on commence vers 9h30 -9h45 ; le soir on devra
terminer vers 19h car il y a la soirée publique à 20h30 précise .

Un rappel nécessaire ; l’Abri du Pèlerin n’est pas chauffé, sauf le cinéma
qui servira également pour les plénières, alors prévoyez des pulls et des
bonnes chaussettes (+ un duvet chaud) ; La Louvesc se trouve à 1080 m et
sur les hauteurs de la vallée du Rhône, quand ça souffle ... BRRRR !

A bientôt,
jm