Le tison ardent

mardi 29 mars 2011
par  Jean Dornac
popularité : 1%

Comme une fée, ô combien maléfique
Un jour d’été, tu as percé mon cœur
Avec un tison à la pointe fantastique
Tu m’as laissé pour mort sans parole ni fleur


Au temps de notre rencontre
Je t’ai promis amour et fidélité
Tu me montrais un cœur prêt à fondre
Parlant d’amour et d’éternité

Je n’ai jamais compris
Comment s’est formé le tison
Qu’un jour tu as saisi
Avec une folle passion

Ton discours était subtil
Tu ne me reprochais rien
Mais d’un vif battement de cils
Tu m’abandonnais comme un chien

Depuis, je cours les chemins de traverses
Qui balisent mon âme et mon cerveau
À la recherche d’un ciel sans averses
Où l’Amour serait toujours beau

Fille volage, tu n’étais pas faite pour moi
J’aurais pourtant aimé être ton roi
Mais toujours, ton regard s’en allait
Là où ton corps t’emportait

Le tison brûle encore en mon âme
D’amour déçu, je me désespère
Au moins aurai-je évité le drame
Parce qu’en l’Amour toujours j’espère

C’est là ta plus cruelle défaite
Tu croyais m’abattre en me quittant
Mais tu as fait de moi un combattant
Alors que toi tu erres en tes vaines quêtes

© Jean Dornac
Paris le 3 novembre 2010

(Illustration : twifond.com)

couleurs-poesies


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois