Arithmétique politique et (surtout) nucléaire

mardi 29 mars 2011
popularité : 1%

Par SuperNo


(Heu... L’illustration ci-contre, c’est le réacteur 4 de Fukushima, où le siège de l’UMP ?) Bon alors, les cantonales. 55 % d’abstention. On n’a parlé que du FHaine, mais l’UMPS se partage plus de 2 000 sièges, et le FHaine… 2 ! La télé nous inflige des discours passionnants de Copé ou de Moscovici, très didactiques puisqu’ils peuvent expliquer à eux seuls l’abstention, sinon le vote FHaine… Ouah, le P"S" gagne 4 départements, dis donc, qu’est-ce qu’on va être bien ! Et, le plus important, François Hollande va se présenter à la "primaire" socialiste.

Bon, je déconne, tout ça on s’en fout. Pourquoi perdre son temps à faire un billet là-dessus ? Parlons plutôt de la centrale de Fukushima. Lors de mon premier billet, on m’avait reproché d’être trop alarmiste. Deux semaines plus tard, il semble que j’étais en fait très en dessous de la réalité : il est clair que depuis la première explosion, les "responsables" ont totalement perdu le contrôle de leur jouet.
Pire, la gestion de la situation est à ce point catastrophique qu’on pourrait croire que c’est Roselyne Bachelot qui est à la manœuvre !

Lisez seulement cet article de l’Express du jour :

    "Tokyo Electric Power (Tepco), opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima (nord-est), a reconnu dimanche soir s’être trompé en annonçant le matin un niveau de radioactivité "10 millions de fois plus élevé" que la normale dans une nappe d’eau échappée du réacteur 2. Tepco a convoqué une conférence de presse en urgence après que le nombre de "10 millions" eut été repris en boucle par les médias japonais et du monde entier, alimentant encore davantage la psychose concernant le site accidenté. En revanche l’annonce d’un taux mesuré de "1 000 millisieverts par heure" dans l’eau retrouvée au sous-sol de la salle de la turbine est exact, a assuré Tepco."

Reprenons. La radioactivité naturelle telle qu’on peut la mesurer en France et l’observer en ce moment sur le site de l’IRSN est de l’ordre de 100 nanosievert/h. Donc, si l’eau de Fukushima est à 1 000 millisievert/h, on peut poser l’addition : 1000.10-3/100.10-9 = 10.106… Soit en bon français, 10 millions… Le chiffre était donc bon, et ce n’est que devant l’effroi provoqué par l’énormité du truc que les communicants ont reculé et fait croire à une erreur… La psychose peut donc continuer…

Poursuivons dans le portnimwak :

    "À Tokyo, dimanche matin, la dose de radioactivité ambiante était de 0,22 milliSievert par heure, soit six fois la normale pour la ville. Cela reste néanmoins dans la fourchette de la moyenne mondiale de radioactivité naturelle, comprise entre 0,17 et 0,39 milliSievert/heure."

Là, c’est l’Express qui s’emmêle les crayons. La phrase n’est qu’une succession de boulettes. Confondre les millis et les micros, c’est un peu comme comme confondre les millions et les milliards, ça ne fait pas très sérieux. Bref. Comme le compteur Geiger de Chiba l’indique (quand il fonctionne, et ce n’est pas le cas à l’heure où j’écris), à Tokyo il y a avait cette semaine entre 0,20 et 0,30 microsievert/h, soit 2 ou 3 fois la valeur normale. Et Lapalisse aurait évidemment conclu que 2 ou 3 fois la normale, ce n’est pas normal. Même si ce n’est peut-être pas encore dangereux. Les travailleurs français du nucléaire ont "le droit" à 16 millisievert/mois, soit l’équivalent de 1,8 microsievert/heure, 8 fois plus qu’à Tokyo actuellement. La situation est grave, pas (encore) désespérée.

Par contre, l’avenir s’annonce sombre au Japon. Déjà personne ne peut dire combien de temps la situation va durer, et jusqu’où elle peut aller. Il est désormais certain qu’au moins un réacteur est complètement pété, que comme par hasard c’est celui qui contient du Mox (made in Areva), et que du plutonium, cette merde noire, va se répandre à l’extérieur. À Tokyo, l’autre jour, l’eau du robinet n’était plus potable (imaginez 35 millions de personnes qui se précipitent d’un coup pour acheter plusieurs packs de flotte !). Le lait, le poisson, les fruits de mer, les légumes verts, sont empoisonnés. La terre est pourrie pour des centaines d’années. Les Japonais ont encore une chance : à peine plus de 20 % de leur électricité était nucléaire, ils n’ont qu’à faire 20 % d’économie pour s’en débarrasser sans frais. Nous, c’est 4 fois plus.

En France, l’unanimité est totale sur l’innocuité totale du nuage, après 10 000 km de voyage. Même si la Criirad, le seul organisme indépendant, celui qu’il faut donc écouter, dénonce une sous-estimation volontaire des mesures faites en France. Lisez plutôt… Il y a une autre unanimité en France. Celle de l’UMPS qui souhaite faire le gros dos pendant la crise, commanditer des audits bidon (avec des commissions et des sous-commissions) et continuer ensuite résolument dans le nucléaire. La situation est pourtant gravissime, et nous ne pourrons pas faire l’économie d’une remise en question drastique.

Bon, sur ce je m’en vais conjurer la dure reprise du changement d’heure, et m’endormir en comptant les becquerels. Et le sourire aux lèvres, la télé vient de m’apprendre la défaite d’Isabelle Balkany…

superno.com


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois