Prof, c’est commode

jeudi 16 juin 2011
popularité : 1%

Par Erwan Desplanques

Bien que mensongère, cette campagne de pub (illustration ci-dessous) redonne le sourire. Prenez Laura : on apprend qu’elle « a trouvé le poste de ses rêves », lequel consiste visiblement à bouquiner, le cul sur la commode. Est-ce une réclame pour le Loto ? Pour Folio ? Non : pour devenir prof.

Un métier tranquille – de fait, Laura n’a pas l’air trop stressée – avec, chance inouïe, encore plein de places disponibles : « L’Éducation Nationale recrute 17 000 personnes », indique le slogan. C’est beau. Presque trop. Le ministère a dépensé 1,3 million d’euros pour matérialiser la campagne de pub « de ses rêves ».

Bien sûr, l’affiche ne précise pas le nombre de départ à la retraite à la fin de l’année – 33 000 –, c’était risqué. N’importe quel élève de CM2 (même issu d’une classe surchargée) aurait pu faire le calcul : 17 000 postes pour en remplacer 33 000 ? Cela fait 16 000 postes supprimés (en plus des 50 000 depuis 2007). Et environ 1 500 classes qui devraient fermer à la rentrée prochaine.

En mathématiques, on appelle ça un problème. En éthique, on parlerait plutôt d’escroquerie.

Télérama N° 3205 du 15 juin 2011


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois