Le prix Papon n’a pas fait rire tout le monde

vendredi 23 septembre 2011
popularité : 2%

Par Xavier Lalu

Le nom est osé et procède d’un humour noir qui n’est pas du goût de tout le monde. Empruntant son nom à une figure très controversée de l’Histoire, le prix P.A.P.O.N (Prix Attribué Pour Obéissance Notoire) a été décerné jeudi 8 septembre. Objectif : récompenser les fonctionnaires « les plus zélés » dans l’exécution de leur mission de lutte contre l’immigration illégale. Un humour pas au goût de la préfecture et du Ministre de l’Intérieur, Claude Guéant.


Le lieu n’a pas été choisi par hasard. Devant le monument à la Résistance sur les allées Mistral, un camion tribune est installé devant quelque 200 spectateurs. Sur la scène, une troupe de comédiens du Théâtre 2 l’Acte se dresse, grimés en fonctionnaires, l’allure empruntée et droits comme leur devoir de réserve. Tout y est. Les discours de nomination, les récompenses en forme de globe… Sauf qu’en lieu et place de dorures, des barbelés ornent une barque tenant plus de la coque de noix. Quatre prix sont au programme de la cérémonie : « Outre-Mer », « Métropole », « Innovation » et « Meilleure servante de l’État ». Le spectacle fait mouche devant un public acquis à la cause. Derrière la mise en scène, les associations (une quarantaine) veulent dénoncer « une politique inhumaine et des pratiques ignobles ».

Dans les rangs, Myriam Martin, porte-parole du NPA et militante au Réseau Éducation Sans Frontières, détaille les raisons de cette mobilisation : « La préfecture est particulièrement zélée en Haute-Garonne : tout va très vite et quand une expulsion intervient, c’est très difficile de se mobiliser ». Si sur le fond l’assemblée est emportée, les avis divergent néanmoins quant au choix du nom attribué au prix. « Il y a un côté provoc’ c’est le but mais ça en reste là. On ne peut pas comparer la situation d’aujourd’hui à celle des années quarante ». Certains émettent des réserves : « le nom m’a surprise », concède cette militante d’un collectif associatif. « C’est ambigu, ça peut prêter à l’amalgame, je n’aurai pas choisi ça ».

Du côté du collectif AAEL (Association pour l’Art et l’Expression Libre), organisateur de la cérémonie on justifie : « Le nom, on l’a cherché un moment. Le but c’est de brutaliser les gens, pas de faire une assimilation abusive avec une autre époque. Je souhaite d’ailleurs que ce soit le premier et le dernier prix PAPON. Cela signifierait que les dérives que l’on dénonce aujourd’hui aient disparu ».

L’indignation court de la préfecture à la place Beauvau

Le rassemblement s’est déroulé sous les regards des services de police, disposés discrètement à quelques encablures de la manifestation. Car la préfecture a le collectif dans sa ligne de mire et pour cause. Parmi les lauréats, une fonctionnaire préfectorale toulousaine, nommément citée lors de la cérémonie. Se bornant au silence les jours précédant la « cérémonie », le préfet, Henri-Michel Comet a ensuite réagi dans un communiqué où il « s’indigne des propos tenus. Ils portent atteinte tant aux personnes qui travaillent à la Préfecture qu’à la mémoire des victimes de la déportation. » Et d’ajouter en soutien au personnel : « Les fonctionnaires de la préfecture assument leur tâche avec humanité et dans le respect de la dignité des personnes ».

« Une assimilation grossière et injurieuse », Claude Guéant

Des propos fermes sans pour autant évoquer d’éventuelles actions judiciaires. Ce dont ne s’est pas privé le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant qui s’est montré ulcéré via également un communiqué : « Cette assimilation grossière et injurieuse et le recours à certains mots ainsi qu’à certains sous-entendus sont particulièrement choquants et le ministère soutiendra les actions pénales qui seront engagées par les préfets et les agents de l’État concernés. »

Le collectif toulousain voulait « brutaliser » les opinions, c’est en tout cas réussi au plus haut niveau de l’État.

(La cérémonie des prix P.A.P.O.N. Photo : Carré d’Info)

carredinfo.fr


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Informer

lundi 8 février 2016

Le Liban boycotte le salon du Livre

jeudi 28 février 2008

Le ministre libanais de la Culture annonce que son pays boycottera le Salon du livre de Paris, en raison de la participation d’Israël, invité d’honneur de cet événement prévu du 14 au 19 mars.

Une dépêche de l’Agence France Presse indiquait mercredi :

"Le ministère de la Culture va s’abstenir de participer (au Salon du livre) cette année, pour protester contre la décision des organisateurs de nommer Israël comme invité d’honneur à l’occasion du 60e anniversaire de (la) création" de l’Etat hébreu, a annoncé le ministre Tarek Mitri dans un communiqué.

europalestine.com