Les leçons du passé ne servent à rien

dimanche 11 décembre 2011
par  Sylvie Simon
popularité : 1%

Par Sylvie Simon

Le journal Le Point du 2 décembre 2011 nous prévenait que Le CNA (Conseil national de l’alimentation) avait ce jour-là donné son aval à une réintroduction partielle des farines animales en France, interdites depuis une quinzaine d’années en France et en Europe.
Ce sont ces farines qui ont engendré la crise de la vache folle, l’encéphalopathie spongiforme bovine, responsable de l’abattage de centaines de milliers d’animaux et de la mort de 221 personnes dans le monde, dont 174 au Royaume-Uni.


Ce scandale qui est encore présent dans toutes les têtes a sans doute été oublié par le CNA, instance consultative des ministères de l’agriculture, de la santé et de l’économie, qui estiment que les farines animales pourraient être réintroduites en France sous une nouvelle appellation, soit PAT qui signifie "Protéines Animales Transformées". Ainsi, il serait interdit d’utiliser un animal malade pour constituer une farine destinée à en nourrir d’autres. En outre, un animal ne pourrait pas être nourri avec des farines de son espèce. Toutefois, elles seront certainement à base d’animaux qui mangent déjà des végétaux OGM, et de ce fait les autres animaux qui mangeront ces farines consommeront aussi des OGM. Pour l’instant, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a rendu le 16 novembre un avis défavorable à la proposition de la Commission européenne. Mais le débat continue car, pour l’instant, Bruxelles souhaite lever l’interdiction uniquement pour l’alimentation des porcs, des poissons et des volailles. Les farines resteraient interdites pour les ruminants.

L’avis rendu vendredi par le CNA est destiné à « éclairer les pouvoirs publics » dans le cadre de négociations européennes en cours sur ce sujet, souligne-t-il dans un communiqué. Toutefois, aucune date précise du retour des farines animales n’a été fixée, d’autant que l’opinion publique n’est pas prête. Il faut donc la préparer. Pour cela, il faut se référer à une note interne de la Commission des communautés européennes, datée d’octobre 1990 et divulguée par Que choisir, le Journal Du Dimanche et le Nouvel Observateur du 4 juillet 1996, qui révèle l’attitude alors conseillée par ces instances européennes au Comité vétérinaire permanent : « Il faut avoir une attitude froide pour ne pas provoquer de réactions défavorables sur le marché. Ne plus parler de ESB (Encéphalopathie Spongiforme Bovine). Sur le plan général, il faut minimiser cette affaire ESB en pratiquant la désinformation. Il vaut mieux dire que la presse a tendance à exagérer. ». Enfin, une preuve que la désinformation est pratiquée à tous niveaux. C’est la presse qui exagère ! Et puisque cette méthode a bien marché, pourquoi ne pas l’utilliser à nouveau ?

Lors de la publication d’un rapport du CNA sur les farines animales transformées qui concluait à « l’absence de risques pour la santé humaine » en juin 2011, le ministre de l’agriculture s’est déclaré opposé à leur réintroduction : « Tant que je serai ministre de l’Agriculture, les farines animales ne seront pas réintroduites en France », a-t-il dit au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. Espérons qu’il tiendra parole. À présent, le CNA souligne que les Européens consomment déjà des aliments importés, notamment d’Amérique du sud, contenant des farines animales et met également en avant l’argument économique, l’alimentation des animaux revenant moins cher si elle pouvait l’être avec des farines animales, qui ont également l’avantage d’avoir une teneur élevée en protéines. Toutefois l’argument économique qui a été utilisé à l’époque de la Vache folle, s’est transformé en catastrophe financière.

Mais le gain immédiat étant toujours prioritaire, les 198 entreprises spécialisées dans la production d’aliments composés pour animaux d’élevage et dont le chiffre d’affaires s’élève à près de 7 milliards d’euros par an, ne perdent pas l’espoir de l’augmenter encore grâce à ces farines. La bataille n’est donc pas gagnée.

(Illustration par Beslic)

Sylvie Simon


Commentaires

Logo de Pandore
Les leçons du passé ne servent à rien
dimanche 11 décembre 2011 à 19h26 - par  Pandore

Non effectivement , les écrits ne servent à rien les gens ont oublié , et cependant il y a encore des gens qui meurent encore de cette maladie ,mais les décisions sont prisent au gouvernement européen et la raison du plus fort est toujours la meilleure
Lorsque l’on pense que l’ont dénonce que les vaccins contre la rougeole et autre ont était fait avec des embryons de fœtus, provenant d’avortements
article lu dans une revue scientifique et que l’on dénombre de plus en plus d’enfants autistes , mais on se fait insulter si l’on ne fait pas les vaccins , de toutes façons nous aurons toujours tort ,Xavier Bertrand a dit qu’il n’y avait aucun danger , dans le vaccin de la grippe H1N1, cependant, il était dit que second fait par un autre institut que Pasteur contenait un ingrédient ?? dangereux pour les cardiaques
Nous n’avons plus la foi nous sommes dans l’insécurité

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Ecologie-radicale

mardi 12 février 2013