Les Anonymous tombent le masque

jeudi 16 février 2012
popularité : 1%

Reportage : François Roulet
Montage : Charles D. Fischer
Animation : Jean-Daniel Kneubuehler
Mixage : Philippe Lahaye

Plus une semaine ne s’écoule sans qu’ils fassent parler d’eux. À large échelle. Les Anonymous ont envahit le web et sont bien décidés à lutter "pour un monde plus juste". Par tous les moyens. Rencontre.

Quel est le point commun entre le régime syrien, PayPal, la Scientologie et Postfinance ? Tous sont, ou ont été, la cible des Anonymous. Un groupe de cyberactivistes qui joue les justiciers sur internet. « Plus que des hackers, nous sommes surtout un collectif de citoyens, révèle Vicious, un membre influent du mouvement francophone. Nous sommes particulièrement engagés contre les lois liberticides, les dictatures et les abus sectaires. » Leurs modes d’action sont multiples : extractions de données confidentielles, appels au boycott et blocage de sites web via ce que l’on appelle des attaques de déni de service (DoS). Une technique qui consiste à saturer un site en requêtes jusqu’à ce qu’il ne puisse plus fonctionner. « C’est une attaque classique, explique Paul Such, spécialiste en sécurité informatique. Cela s’apparente, dans la vie réelle, au blocage d’une route ou de l’entrée d’un immeuble par des manifestants. Bloquer un site web ne demande pas de grandes connaissances mais cela nécessite d’être nombreux et bien organisé. C’est le cas d’Anonymous. »

Lors des grandes opérations, ils sont jusqu’à 3 000 à se connecter simultanément via un logiciel, LOIC, qui multiplie au moins par 1 000, chaque connexion. Une force de frappe de 3 millions de connexions simultanées à laquelle peu de sites et de serveurs peuvent résister. C’est via ce type d’attaques, que les Anonymous avaient bloqué les sites de Mastercard, de Paypal et de Postfinance qui gelaient les avoirs de Wikileaks, lors de l’arrestation de Julian Assange fin 2010. Nébuleuse mondiale, les Anonymous sont aussi implantés en Suisse romande. « Notre combat est le même, dans toute la planète, expliquent Madxeri et ANON_VD, deux membres locaux. Anonymous est plus une idée qu’un mouvement. L’idée que l’on peut améliorer le monde, en faire quelque chose de meilleur. » Une démarche politique, insistent-ils.

« Si je piratais des sites pour mon propre compte, je ne me déplacerais pas en métro, sourit le Parisien Vicious. On ne vole rien à personne. Tout ce que nous faisons, nous le faisons avec nos moyens, pour défendre la cause de la libre expression. » Les membres que nous avons rencontrés nous ont assuré qu’il n’existait pas de hiérarchie dans le mouvement et que toutes les « opérations » émanaient de propositions individuelles débattues au sein des réseaux IRC, un canal de communication qui protège l’anonymat.

Lorsqu’une majorité de membres se met d’accord sur une cible - généralement des sites web institutionnels – les membres conviennent d’une date d’attaque et l’information est relayée, à plus large échelle, sur les forums et les réseaux sociaux.

nouvo.ch


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2324252627281
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois