Ce que l’État versera à Sarkozy après son départ de l’Elysée

vendredi 11 mai 2012
popularité : 3%

Par Thierry Fabre

S’il siège au Conseil Constitutionnel, le Président sortant ajoutera 11.500 euros net par mois aux 6.000 euros versés aux anciens chefs de l’État. Sans compter les multiples autres avantages en nature.

Nicolas Sarkozy ne sera pas dans le besoin. Quelle que soit sa décision sur la suite de sa carrière politique, il va bénéficier des avantages octroyés par la République aux anciens chefs d’État. D’abord, il percevra une indemnité de 6.000 euros brut, accordée à tous les "ex", quelle que soit la durée de leur séjour à l’Élysée. Ensuite, il pourra siéger au Conseil Constitutionnel, en tant qu’ancien Président et percevoir, à ce titre, une indemnité de 11.500 euros net par mois.

François Hollande a certes promis de supprimer cette disposition qui permet aux anciens Présidents d’être nommés à vie dans cette institution, mais si elle est approuvée par le Parlement, cette remise en cause ne devrait pas avoir de caractère rétroactif. Par ailleurs, l’État accorde à ses anciens présidents des primes de "sujétion spéciale", pour "compenser les contraintes subies dans l’exercice des fonctions (sic)" dont on ne connaît pas le montant.

Voyages gratuits et illimités en classe affaires sur Air France

Surtout, il leur offre toute une série d’avantages matériels, détaillés dans une "décision" signée par Laurent Fabius, en 1985, lorsqu’il était Premier ministre de François Mitterrand. Un appartement de fonction "meublé et équipé", deux fonctionnaires de la police nationale pour assurer leur protection rapprochée, une voiture de fonction avec deux chauffeurs et pas moins de sept collaborateurs (un chef de cabinet, deux assistants, un fonctionnaire des archives nationales et trois secrétaires).

En plus, Nicolas Sarkozy pourra voyager gratuitement, grâce à deux cartes de circulation illimitées, l’une sur Air France, en classe affaires, l’autre à la SNCF première classe. Enfin, lorsqu’ils se déplacent à l’étranger, les anciens chefs de l’État sont accueillis par l’ambassadeur de France, qui doit faciliter leur séjour et assurer "leur hébergement dans les résidences de l’ambassadeur ou des consuls".

Pour l’État, la facture de ces nombreux avantages est salée : La charge financière - que personne ne connaît compte tenu de la dispersion des financements - peut être estimée à 1,5 million par an et par ancien président, souligne le député René Dosière dans son livre "L’argent de l’État" (Seuil).

challenges.fr


Commentaires

Logo de Patrick Mignard
Ce que l’État versera à Sarkozy après son départ de l’Elysée
vendredi 11 mai 2012 à 08h50 - par  Patrick Mignard

Et la prochaine nuit du 4 août , c’est pour quand ?

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011