Sarkozy-Badinguet

lundi 14 mai 2012
popularité : 2%

Par Jean-Pierre Dubois



L’action de Nicolas Sarkozy durant ses cinq années de présidence de la République appelle de nombreux commentaires. Nombreux seront ceux qui retiendront sa proximité affichée avec les milieux argentés, ce qui fait dire que Sarkozy pouvait être comparé à Napoléon III - « Badinguet » pour ses contemporains !

Tout comme celui de Napoléon III, le règne de Sarkozy restera en effet marqué par la prospérité et l’enrichissement sans complexe d’une bourgeoisie financière particulièrement avide. Victor Hugo disait de l’homme du coup d’État du 2 décembre 1851 : « Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l’argent, l’agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort... ». Ne croit-on reconnaître dans ce portrait l’ancien maire de Neuilly dont les frasques et les fastes auront tant défrayé la chronique...

Mais la comparaison de Nicolas Sarkozy avec Napoléon III ne s’arrête pas là. Elle trouve un prolongement dans le fait que ces deux commis politiques de la bourgeoisie française auront eu le même goût pour les aventures militaires extérieures. Les vingt années qu’a duré le règne de Napoléon III ont été marquées d’une suite de guerres et d’expéditions militaires. De la guerre de Crimée contre la Russie (1854-1856) à la guerre contre la Prusse (1870), jamais la France impériale n’a connu plus de trois années de paix. [1] Nous ne sommes plus au XIXème siècle. La puissance économique et militaire de la France n’est plus ce qu’elle était à cette époque et les prétentions de Sarkozy à « jouer dans la cour des grands » n’en est que plus ridicule tout en restant aussi meurtrière pour les populations agressées.

AFGHANISTAN

Le 26 avril 2007, durant sa campagne électorale, Sarkozy avait évoqué le retrait de l’armée française d’Afghanistan, déclarant : « La présence à long terme des troupes françaises à cet endroit du monde ne me semble pas décisive ». Toutefois, une fois élu, il change complètement d’orientation et annonce l’envoi de 1 000 soldats supplémentaires. Si bien que près des trois-quarts des 82 soldats français tués sur le sol afghan depuis 2001 l’ont été depuis sa décision de maintenir et de renforcer le contingent français dans ce pays.

CÔTE D’IVOIRE

L’ingérence de la France dans les affaires de ce pays a longtemps consisté à intervenir militairement pour soutenir les forces sécessionnistes du Nord contre le gouvernement central. Après les élections présidentielles de 2010 aux résultats contestés, le gouvernement de Nicolas Sarkozy, appuyé par les États-Unis et avec la complicité de l’administration de l’ONU, décide de franchir un pas supplémentaire et de destituer par la force le président sortant. Les seigneurs de la guerre, au service du candidat soutenu par l’Occident, voient leurs milices équipées de neuf en armes et véhicules avant qu’elles ne soient lancées dans une guerre civile contre l’armée nationale ivoirienne. Les forces françaises présentes sur place interviennent directement aux côtés des factieux et sont déterminantes pour l’aboutissement du sanglant coup d’État.

LIBYE

Surpris ou instigateur, l’Occident s’est emparé des révoltes survenues en Tunisie et en Égypte pour remodeler sa stratégie dans cette région. La Libye y occupait une place importante. Il suffira qu’un mouvement de protestation régionaliste survienne en Cyrénaïque contre le pouvoir central de Tripoli pour que soit mis en place un scénario occidental de renversement du régime de Mouammar Kadhafi. Le gouvernement de Sarkozy se place aux avant-postes de cette manœuvre. Il est le premier à reconnaître le CNT promu représentant de la « révolution libyenne ». Contrevenant à la résolution de l’ONU, les forces aéronavales françaises bombardent les villes libyennes massacrant les populations civiles qu’elles étaient censées protégées et faisant des centaines de victimes. [2]

À ce bilan, succinctement rappelé, il faudrait ajouter le rôle de boutefeux joué par la France de Sarkozy-Juppé en Syrie où, avec ses alliés occidentaux, elle cherche depuis un an à rééditer le « coup » de la Libye. Il faudrait aussi rappeler la décision provocatrice voulue par Sarkozy d’implanter une base militaire à Abu Dhabi dans les Émirats arabes unis, à moins de 200 km des côtes iraniennes. Tel est le bilan accusateur dont personne n’a vraiment rendu compte durant la campagne électorale des présidentielles 2012.

Jean-Pierre Dubois

lepetitblanquiste.hautefort.com


[1Guerre contre la en Chine (1857) ; guerre contre l’Autriche (1859) ; guerre contre les Druzes en Syrie (1860) ; expédition au Mexique (1861-1867)

[2Un rapport d’Amnesty International publié le 19 mars 2012 sur « les victimes oubliées des frappes de l’OTAN » cite comme exemple les 55 cas de civils, dont 16 enfants et 14 femmes, tués dans des frappes aériennes à Tripoli, Zliten, Majer (ouest), Syrte et Brega (est), sans qu’aucun élément n’indique une utilisation militaire des lieux au moment de l’attaque.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Appel de la Fédération des Maladies Orphelines

dimanche 5 octobre 2008

Nous avons reçu un mot de la FMO (fédération des maladies orphelines).

Roselyne Bachelot veut mettre un terme au Plan "Maladies Rares", et le
seul moyen de faire changer les choses c’est d’obtenir au mois 100 000
signatures.

Cela ne marche que par internet. Il faut aller sur le site, et signer,
c’est gratuit et ça prend une minute seulement.

Il reste peu de temps et on a que 30 000 signatures pour le moment.

Un grand Merci de bien vouloir nous aider, et faire circuler ce mail à un
maximum de personnes.

La pétition est ici : fmo-pétition

L’argent des chômeurs...

samedi 4 octobre 2008

Heureusement que le chômage est là pour fournir du travail aux bureaux d’études.

France-Emploi devrait naître, en janvier prochain, de la fusion de l’A.N.P.E. et de l’Unedic. Mais, sans attendre cette échéance, son futur président vient de confier des missions à trois cabinets de conseils pour un montant total compris entre 15 et 25 millions d’euros. L’un de ces cabinets, BPI Group, s’est spécialisé dans "l’out-placement", c’est-à-dire les plans sociaux de grande ampleur. Il lui reste à faire ses preuves dans le reclassement, mais, grâce à la générosité du service public de l’emploi, cette tâche ne devrait pas se révéler insurmontable.

Le deuxième heureux élu a pour patron le président de la commission économique du Medef. Quant au troisième, il été dirigé, jusqu’à l’an dernier, par un ancien conseiller d’Eric Woerth. Les chômeurs peuvent être rassurés : leur argent sera bien utilisé.

Le Canard Enchaîné

Christine Boutin encourage les maires délinquants

jeudi 31 juillet 2008

L’avant-projet de loi sur le logement présenté aujourd’hui au Conseil des Ministres par Christine Boutin va contribuer à vider de sa substance le « droit opposable au logement » qui avait été imposé aux pouvoirs publics par les mobilisations. Non seulement les engagements financiers de l’État tels qu’ils sont annoncés ne permettront pas la construction du nombre de logements sociaux nécessaires, mais encore certaines mesures visent explicitement à accélérer les expulsions ! Enfin, cerise sur le gâteau, le projet modifie la loi SRU en permettant aux maires d’inclure les logements d’accession «  sociale » à la propriété dans le quota de 20% de logements sociaux obligatoires. Alors que, pour les ménages les plus modestes, principales victimes de la crise du logement, l’accession à la propriété – même « sociale » - est, bien évidemment , une solution hors de portée. Cette mesure est, en réalité, un encouragement aux maires qui, malgré la loi SRU, refusaient la construction de logements sociaux locatifs dans leurs communes.

La LCR rappelle que de véritables solutions à la crise du logement passent par un effort financier public sans précédent, la réquisition des logements vides et l’inéligibilité des maires qui ne respectent pas la loi.

lcr-rouge

Grévistes de la faim en rétention à Vincennes

jeudi 21 février 2008

Communiqué des grévistes de la faim
du centre de rétention de Vincennes,
le mercredi 20 février 2007

Nous avons l’honneur de vous informer que l’on vit une situation très
difficile et catastrophique. Le manque de la moindre des choses, la
nourriture, les chambres sans chauffage, pas d’eau chaude, l’hygiène,
les provocations des services de l’ordre et la chose la plus
importante : la privation de notre liberté. Dans le centre de rétention
des chambres ont été incendiées. Un coran a été déchiré par les CRS. On
a pas eu de réponse satisfaisante à notre égard de monsieur le procureur
de la république. Après notre témoignage, c’est comme si rien ne s’était
passé. Quand nous sommes malades, les médecins ne nous donnent que du
doliprane et des cachets pour dormir. On a 90% des détenus qui sont
musulmans, ils nous servent de la viande pas hallal. Après trop de
demande et des grèves, personne ne nous a écouté. Le manque de
courtoisie bien que nous sommes dans un centre de rétention et pas
pénitentiaire, mais c’est le contraire qu’on subit et de cela on garde
un sentiment de mépris.

Pour toutes ces raisons nous demandons à tous les medias qu’ils soient
au courant et qu’ils écoutent les témoignages des retenus. Nous exigeons
notre libération et nous commençons une grève de la faim qui durera un
délai de 4 jours. Notre place n’est pas ici mais dehors.

Les grévistes de la faim du centre de rétention de Vincennes

(texte dicté au téléphone depuis le centre de rétention de Vincennes)

fermeturetention

Sarko pour le fun...

mercredi 23 janvier 2008

Faites-vous le délicat plaisir d’entendre Nicolas Sarkozy plaider avec grande conviction en faveur d’un référendum pour l’Europe. C’est irrésistible et ça donne envie de se la passer en boucle :

video.google.fr

Interventions !!

vendredi 7 septembre 2007

Bonjour,

Hier soir, au journal TV du soir, on a pu assiter à l’intervention courroucée de Mme la Ministre des Droits de l’Homme, suite à l’expulsion manu-militari de sans-papiers à Aubervilliers.

Cette commune, comme se l’est empressée de le citer Mme la Ministre, est dirigée par un "Maire Communiste", si ! si ! je vous assure, communiste, comme si cela avait valeur de "gros mot" dans sa bouche UMPiste.

Elle a donc trouvé cela indigne, certainement de notre République, de devoir expulser ces hommes et ces femmes déjà au bord du gouffre de la misère.

Je ne sais toujours pas si elle a fait aussi un rapport à son Président sur la brutalité policière à laquelle ces gens ont été soumis ou si son indignation portait uniquement sur la Mairie Communiste !!

De qui se fout-on, on a pourtant jamais aperçu cette dame dans un avion d’Air-France, lors de ces expulsions, ou certains passagers sont intervenus, scandalisés qu’ils ont été là aussi par les brutalités des sbires de ce même Président, aux bourrelets disgracieux gommés par les photographes serviles de cette presse à ses bottes.

A qui donne-t-elle des leçons, cette dame, car comme sa collègue de la Justice, son appartenance à une catégorie jusqu’ici ignorée des politiques, je veux parler des gens de couleur, n’empêche pas la bêtise, l’arrivisme à tout prix, la soif de ce pouvoir qui caractérise son Petit Chefaillon, et au risque de passer pour un "raciste" que je ne suis pas, la race ne protège aucunement de la Connerie.

Ce matin l’autre "boutefeux" Hortefeux, de sinistre passé d’extrême-droite, est parti en Guyane régler le problème de l’immigration. Peut-être envisage-t-il la réouverture de Cayenne, genre Guantanamo à la mode frenchie, pour tous ces pauvres hères à qui on fait encore miroiter le mirage de l’Europe Humaniste et Accueillante !!

Alors quand ces "personnages" arrêteront de jouer aux pompiers de service comme le fait une fois encore leur Nain de Jardin Elyséen, peut-être commencerons-nous à nous occuper sérieusement de cette immigration qui ne déplait pas à tout le monde et qui en enrichit quelques uns.

Bonne journée à toutes et à tous.
G.Lecoq .