"silence radio" sur la grève de la faim de 2 000 prisonniers palestiniens

mardi 15 mai 2012
popularité : 1%

Par Alain Gresh

Palestine, ces prisonniers ignorés en grève de la faim

Imaginons un instant deux mille prisonniers politiques en Chine engagés dans une grève de la faim depuis plusieurs semaines ; ou bien deux mille autres, mobilisés dans un mouvement similaire en Russie. Il y a peu de doute que les télévisions et les radios, si promptes à se mobiliser sur les atteintes aux Droits humains dans de lointains pays, ouvriraient leurs bulletins d’information sur cette nouvelle, s’indigneraient de cette violation des droits élémentaires, appelleraient nos autorités à réagir et même à intervenir, à imposer des sanctions à Pékin ou à Moscou.


Il y a bien deux mille prisonniers politiques qui font la grève de la faim, mais en Palestine. Et l’information ne semble pas intéresser grand-monde. Mais nous le savons depuis longtemps, les Palestiniens, les Arabes, les musulmans ne sont pas vraiment des êtres humains comme les autres. Revenons d’abord sur les faits, rapportés par le correspondant du Monde (« Le mou­vement de grève de la faim des pri­son­niers pales­ti­niens en Israël s’étendrait à 2 000 détenus », Lemonde.fr, 6 mai) : « Israël éprouve des dif­fi­cultés crois­santes à contrôler le mou­vement de grève de la faim des pri­son­niers pales­ti­niens, qui ne cesse de s’étendre. Com­mencée le 17 avril pour pro­tester contre la pra­tique de la détention admi­nis­trative (qui permet de main­tenir un suspect en prison sans jugement, pendant une période de six mois renou­ve­lable), cette action regrou­perait aujourd’hui quelque 2 000 détenus, selon Addameer, l’association pales­ti­nienne de défense des droits des prisonniers. » (...)

« Deux pri­son­niers au moins sont dans un état cri­tique : Bilal Diab, âgé de 27 ans, est ori­gi­naire de Jénine, et Thaer Halahla, âgé de 33 ans, ori­gi­naire de Hébron (tous deux membres du Djihad isla­mique), ont com­mencé leur grève de la faim le 29 février. Après soixante-​​six jours sans ali­men­tation, ils sont entrés dans ce que les médecins appellent “une phase aléa­toire de survie”. Les deux hommes ont comparu, jeudi 3 mai, sur une chaise rou­lante, devant le Cour suprême d’Israël, mais celle-​​ci a renvoyé sa décision sur une éven­tuelle remise en liberté à une date ultérieure. » « Au moins six autres pri­son­niers sont dans un état de santé jugé alarmant. Ce mou­vement de grève s’est étendu aux prin­cipaux centres de détention en Israël, et plu­sieurs chefs de file de la résis­tance pales­ti­nienne, comme Ahmad Saadat, chef du Front popu­laire pour la libé­ration de la Palestine (FPLP), l’ont rejoint. Alors que les mani­fes­ta­tions de soli­darité se mul­ti­plient dans plu­sieurs villes pales­ti­niennes, le gou­ver­nement du premier ministre israélien, Benyamin Néta­nyahou, hésite sur la conduite à adopter. »

Cette grève pose d’abord la question des détentions administratives (c’est-à-dire sans preuve et sans jugement), une pratique héritée de l’époque du mandat britannique, quand Londres luttait (1944-1948) contre le « terrorisme sioniste ». Comme je le rappelle dans De quoi la Palestine est-elle le nom ?, ces lois d’exception avaient été dénoncées par nombre de juristes, dont le docteur Moshe Dunkelblum, qui devait siéger plus tard à la Cour suprême d’Israël. Le 7 février 1946, il déclarait : « Ces ordonnances constituent une menace constante contre les citoyens. Nous, juristes, voyons en elles une violation flagrante des principes fondamentaux de la légalité, de la justice, de la discipline. Elles légalisent le plus parfait arbitraire des autorités militaires et administratives. (…) Elles dépouillent les citoyens de leurs droits et confèrent aux autorités des pouvoirs illimités. » Mais, une fois arrivés au pouvoir, les sionistes oublièrent ces critiques et retournèrent ces lois contre les Arabes.

La Cour suprême d’Israël, que certains présentent comme le garant de la démocratie dans ce pays, a rejeté l’appel de deux prisonniers administratifs en grève de la faim depuis deux mois (« Court rejects petition by Palestinian hunger strikers against detention », Haaretz, 8 mai 2012). En toute hypocrisie, elle a noté que cette pratique de la détention administrative était « une aberration dans le domaine juridique » et devait donc être utilisée « aussi peu que possible », mais les prisonniers qui avaient fait appel étaient déboutés. Il fut un temps où Israël autorisait officiellement des « pressions physiques modérées » contre les détenus palestiniens : un peu de torture, pas trop... Une décision que cette Cour suprême « humaniste » a soutenue jusqu’en 1999 (on était, à l’époque, en pleines « négociations de paix » entre Israël et l’OLP !).

La grève des prisonniers palestiniens a été relayée par les déclarations de Richard Falk, le rap­porteur spécial de l’ONU pour les Droits de l’Homme dans les ter­ri­toires pales­ti­niens occupés, qui s’est déclaré « écœuré par les vio­la­tions continues des Droits de l’Homme dans les prisons israé­liennes. Depuis 1967, 750 000 Pales­ti­niens, dont 23 000 femmes et 25 000 enfants, ont été en détention dans les prisons israé­liennes, soit près de 20 % du total de la popu­lation pales­ti­nienne des ter­ri­toires occupés », a-​​t-​​il rappelé (cité dans Armin Arefi, « Israël : la dernière arme des prisonniers palestiniens », AFPS).

Conclusions : silence radio dans la plupart des médias ; aucune pression sur le gouvernement israélien ; aucune indignation morale de tous ces grands intellectuels... La terre continue de tourner et certains s’étonnent que les discours européens sur la démocratie et les droits humains suscitent surtout des ricanements dans le monde arabe.

blog.mondediplo.net


Commentaires

Logo de marissé
"silence radio" sur la grève de la faim de 2 000 prisonniers palestiniens
mardi 15 mai 2012 à 13h44 - par  marissé

De l’ami Julien Salingue.

Les chiffres rapportés ici sont une synthèse des différentes statistiques "officielles" d’ONG israéliennes, palestiniennes et internationales, recoupées avec mes propres chiffres et calculs. D’aucuns estiment que certains de ces chiffres "officiels" sont en-deça de la réalité. Pour des informations plus précises sur les conditions de détention, on pourra se reporter à l’entretien que j’ai réalisé avec un détenu palestinien.

4653 : le nombre de prisonniers politiques palestiniens (mai 2012). Rapporté à la population, ce chiffre équivaudrait à près de 70.000 prisonniers politiques en France.

Entre 700.000 et 750.000 : le nombre de Palestiniens qui sont passés par les prisons israéliennes depuis juin 1967, soit près de 20% de la population des territoires occupés. (= France : 12 millions)

Entre 45 et 50% : la proportion, chez les hommes palestiniens de plus de 18 ans résidant dans les territoires occupés, de ceux qui ont séjourné au moins une fois en prison

3000 : le nombre de prisonniers participant au mouvement de grève de la faim en cours

77 : le nombre de jours de grève de la faim de Bilal Diab et Thaer Halahleh (toujours en cours le 14 mai)

7 minutes : la durée de visite accordée à la famille de Bilal Diab lors du 76ème jour de grève de la faim

27 : le nombre de députés palestiniens actuellement emprisonnés, soit près de 20% des parlementaires (= France : 110)

218 : le nombre de détenus mineurs (mai 2012), parmi lesquels 33 âgés de moins de 16 ans

527 : le nombre de prisonniers condamnés à la perpétuité

449 : le nombre de prisonniers condamnés à des peines supérieures à 20 ans (hors perpétuité)

67 fois la perpétuité : la condamnation (record) prononcée contre Abdullah al-Barghouti, le 31 novembre 2003.

308 : le nombre de prisonniers en détention administrative (sans charge et sans procès, renouvelable à l’infini tous les 6 mois)

6 ans : le temps (record) passé en détention administrative par Salim Ayesh, entre 2001 et 2007

3 ans et 2 mois : le temps passé à l’isolement par Ahmed Saadat, Secrétaire Général du FPLP (toujours en cours le 14 mai)

477 : le nombre de prisonniers libérés lors de la « première étape » de l’échange avec Gilad Shalit. Un échantillon représentatif de la population carcérale :

- détenus depuis, en moyenne, 14 ans

- 20% d’entre eux détenus depuis plus de 20 ans

- 172 d’entre eux avaient été arrêtés avant les Accords d’Oslo (1994), 54 durant les « années Oslo » (1994-2000), 251 depuis septembre 2000.

470 : le nombre de Palestiniens arrêtés dans les deux mois qui ont suivi la libération des 477 (18 octobre-18 décembre 2011)

9542 : le nombre de Palestiniens de Cisjordanie déférés devant les « tribunaux militaires » israéliens pour la seule année 2010.

99.74% : le taux de condamnation de ces « tribunaux militaires » en 2010

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois