Un Ayrault, pas un héros !

jeudi 17 mai 2012
par  Bruno Testa
popularité : 2%

Comme on pouvait s’y attendre, le Président « normal » n’a pas choisi un héros comme Premier ministre, mais un Ayrault.

Un homme humain (trop humain ?) qui peut avoir ses faiblesses, puisqu’il a été condamné en décembre 1997 à six mois d’emprisonnement avec sursis pour délit de favoritisme dans l’attribution d’un marché public à Nantes, ville dont il est maire. Au départ très à gauche, au point de porter un pull à col roulé rouge au conseil général de Loire-Atlantique, Jean-Marc a depuis longtemps viré au rose très pâle à l’Assemblée Nationale. Il se devait donc de soutenir François Hollande dans sa quête du « réalisme économique ».

Outre la langue allemande, notre homme maîtrise paraît-il à ravir la langue de bois. On dit aussi qu’il danse très bien le tango. Il faudra au moins ça pour espérer faire craquer Angela Oum Papa qui l’attend de pied ferme en Allemagne.

Bruno Testa
for lunion.presse.fr


Commentaires

Logo de François Mancy
Un Ayrault, pas un héros !
mercredi 23 mai 2012 à 18h48 - par  François Mancy

Lors de récents interviews JM Ayrault précisait que ni son honneur ni sa probité n’avaient été mis en cause par sa condamnation car aucun enrichissement personnel ou financement de parti politique n’avaient existé. L’ennui pour lui, c’est d’avoir ajouté qu’il s’agissait d’une faute de gestion qu’en tant que maire et donc responsable il devait assumer, laissant entendre ainsi que ce n’était pas lui le fautif. On peut s’interroger sur cette précision qui semble vouloir le disculper en reportant la faute sur d’autres, surtout quand on sait qu’un délit sanctionné au pénal résulte de la constitution de faits et de l’intention de les avoir commis.