Je n’ai pas le temps, mais quand même

(l’étude Séralini sur les OGM)
samedi 29 septembre 2012
popularité : 1%

Par Fabrice Nicolino

Ce long texte est la faute exclusive de Sancho, lecteur qui m’a poussé dans mes retranchements. Il avait bien raison. Tu avais bien raison. C’est long, mais cet article contient des informations que vous ne trouverez pas ailleurs, notamment à propos de deux personnages, Gérard Pascal et Catherine Geslain-Lanéelle. C’est de l’aguichage ? Il n’y a pas d’autre mot.


Je pense que vous êtes au courant. Gilles-Éric Séralini est l’auteur principal d’une étude sur les OGM. Publiée dans la revue réputée Food and Chemical Toxicology, qui a accueilli des recherches de Monsanto sur le même sujet, elle annonce une sorte d’Apocalypse. Des rats ont été divisés en trois groupes. Le premier soumis à un régime à base de maïs OGM NK 603, le deuxième à ce même maïs OGM traité au Roundup, herbicide bien connu, et le troisième à un maïs non OGM, mais traité au Roundup (ici). Je n’entre pas dans le détail des résultats, qui sont, comme vous savez, accablants pour les OGM. Je n’y entre pas, car je suis bien incapable, aujourd’hui comme demain, de juger l’étude Séralini. Je connais cet homme, je sais son honnêteté foncière, sa vaillance, sa valeur scientifique. Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas tout. En 2005 - sept ans, comme le temps passe, hein ? -, j’ai mené avec lui un long entretien dans le magazine Terre Sauvage, auquel je collaborais alors.

En voici un extrait : « (Séralini) Nous n’avons plus, pour ainsi dire, d’observatoire global, ni de l’homme ni de la nature, ce qui a de nombreuses et fâcheuses conséquences. N’oublions jamais que ce sont les physiciens à l’origine de la bombe A qui ont développé à la fois la biologie moléculaire et l’informatique. Physiciens et mathématiciens ont en quelque sorte dit aux biologistes : vous devez saisir le code génétique des humains. Et en le comparant explicitement au code informatique ». « (Moi) À vous suivre donc, les OGM seraient le fruit d’une certaine vision, discutable, de la science. Mais au fait, à quand remontent vos premiers contacts avec les OGM ? ». « (Séralini) Dès mes années d’étude, j’ai travaillé sur des OGM de laboratoire. J’ai pratiqué la manipulation, le clonage, le séquençage des gènes. Quant aux OGM qui allaient devenir commerciaux, ceux dont on parle tant, je les ai découverts en 1991, quand j’ai été nommé professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen. J’étais au courant des essais d’OGM en plein champ, et comme je devais faire un enseignement sur le sujet, j’ai lu les rapports de la Commission du génie biomoléculaire de l’époque – de 86 et 96 – et surtout le premier bilan qu’avaient écrit Axel Kahn et ses collègues. Les fabricants d’OGM assuraient qu’ils allaient permettre une réduction de l’usage des pesticides, dont je savais le rôle dans les dérèglements hormonaux et les cancers. J’étais donc non seulement favorable, mais enthousiaste devant ces nouvelles perspectives. J’ai pris les dossiers en mains et là, la stupéfaction m’a… ». « (Moi) ...saisi ? ». « (Séralini) ...Atterré ! Car je me suis rendu compte que la principale stratégie des industriels était de “fabriquer” des plantes capables d’absorber des pesticides sans en mourir. Alors qu’on prétendait réduire ces produits ! Et du reste, dix ans après le lancement des OGM commerciaux, les trois quarts des plantes transgéniques ne sont que cela. Seconde stratégie, tout aussi curieuse : la création de plantes OGM qui sécrètent leur propre insecticide. Lequel est, je le rappelle, aussi un pesticide ».

Revenons au présent. Je ne sais donc pas la valeur scientifique du travail de Séralini. On le saura fatalement, un jour ou l’autre. En attendant, le spectacle des réactions m’amène à m’interroger, car cette soudaine montée au créneau de tant de scientifiques pour disqualifier à ce stade le travail du professeur rappelle inévitablement des souvenirs. Qui s’inscrivent dans les stratégies désormais connues de l’industrie pour sauvegarder ses intérêts. L’exemple le plus abouti est celui des cigarettiers américains, car depuis la date de 1998, le Master Settlement Agreement - un accord à l’américaine clôturant un immense procès contre les industriels de la clope - a peu à peu rendu publics des millions de documents internes à Marlboro and co. Le résultat est ahurissant, même si je ne suis pas tout à fait né de la dernière pluie. L’historien des sciences Robert Proctor en a tiré un livre de 750 pages, Golden Holocaust, que j’ai commandé aux Amériques, que j’ai reçu, que je n’ai pas encore lu. La quatrième de couverture fait peur. Sachez, si vous ne le savez, que des pontes de la science française ont servi les intérêts mortels de la clope. Des pontes. Et que le centre de la stratégie des cigarettiers consistait à gagner du temps en finançant des études parallèles, inutiles, confuses autant que contradictoires, avec pour seul but de créer du doute. Est-ce que le même scénario se reproduit autour de ce que la science officielle appelle déjà « l’affaire Séralini » ? Je rappelle qu’on l’accuse désormais de mensonge, de biais évidents, de choix plus que contestables de la souche de rats ayant servi à l’expérience, etc, etc. Ce qui est proprement incroyable, c’est que nul n’a pu, en un temps si bref, examiner l’étude pilonnée. Personne. Est-ce que cela a empêché des flopées de scientifiques bardés de diplômes de déblatérer à la télé ou à la radio ? Non. A-t-on vu, fût-ce de loin, pareille mobilisation lorsque des études payées par Monsanto ont prétendu que les OGM ne posaient aucun problème de santé publique ? Non.

Attention, ce qui suit est une interrogation, et elle n’est pas formelle. Je n’accuse personne. Je ne sais rien. Et même le pire criminel reste innocent tant qu’on n’a pas démontré sa culpabilité. Or donc, je n’accuse pas Gérard Pascal et Catherine Geslain-Lanéelle. Mais comme je connais - un peu - les deux, je me sens tenu de vous confier quelques éléments en ma possession. Gérard Pascal a longtemps été un homme-clé de notre système de surveillance alimentaire. Il a ainsi été le président, entre 1998 et 2002, du conseil scientifique de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), aujourd’hui dissoute dans l’Anses. Je vous mets à la fin de l’article un CV du monsieur, qui date de 2007. C’est instructif. En tout cas, Gérard Pascal, arborant ses titres comme autant de médailles, s’est autorisé une sortie terrible contre Séralini : « Le protocole d’étude de Mr Séralini présente des lacunes rédhibitoires » (Le Monde du 20 septembre 2012). Ce n’est pas une critique, c’est du tir au gros. L’étude ayant été validée par des pairs, et publiée par une revue de haute réputation, à comité de lecture précisément, il me paraît difficile de croire, au plan de la simple logique, qu’elle soit à ce point ridicule. Par ailleurs, et je me répète, nul ne pouvait dire le 20 septembre, quelques heures après publication, ce que pouvait valoir une étude ayant mobilisé de bons scientifiques pendant deux ans. So what ? Quand j’ai écrit Pesticides, révélations sur un scandale français (paru chez Fayard en 2007) avec mon ami François Veillerette - la bise à tous les trois -, j’ai eu l’occasion d’égratigner Pascal. Page 226 de l’édition générale, nous constations, François et moi, que Gérard Pascal avait été le conseiller d’une agence de com’ et de lobbying, Entropy Conseil, laquelle a par exemple mené des campagnes de promotion en faveur de l’industrie des pesticides. Hum. Lorsque j’ai écrit Bidoche (paru aux éditions LLL en 2009), j’ai retrouvé sur mon chemin Gérard Pascal. Extrait du livre :

« La société créée par Serge Michels à son départ de Que Choisir, Entropy, reste à bien des égards une entreprise fascinante. Outre son fondateur, dont on apprend au passage qu’il a participé aux travaux du Conseil supérieur d’hygiène de France, du Conseil national de l’alimentation, de l’Inra, de la Commission européenne et du Codex Alimentarius, les scientifiques d’Entropy sont vraiment fameux. Il s’agit, dans l’ordre d’apparition à l’écran d’ordinateur, de Gérard Pascal, Philippe Verger, Claude Fischler, Serge Hercberg, Jeanne Brugère-Picoux, Adam Drewnovski. Regardons un peu mieux le cas Gérard Pascal, personnage clé de la sécurité alimentaire en France. On ne peut détailler un curriculum aussi prestigieux que le sien, mais même en élaguant, on demeure surpris par l’étendue et la durée des responsabilités qu’il a occupées. Il fut – et parfois reste – président du conseil scientifique de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), membre de la Commission du génie biomoléculaire, chercheur au Commissariat à l’énergie atomique (CEA), au CNRS puis à l’Inra, expert pour l’évaluation des projets de recherche à la direction générale « Recherche » de l’Union européenne, président du comité scientifique directeur de l’Union européenne. Il a reçu en 1993, comme Mme Bellisle en 2007, le prix de la recherche de l’IFN. Et il est donc en relation commerciale avec Protéines, agence au service de l’industrie ».

Si vous êtes encore là - sait-on jamais -, vous me direz peut-être : et l’IFN, c’est quoi ? Comme je veille à mes intérêts - et plutôt à mon temps -, je me permets respectueusement de renvoyer à mon livre. Encore un bout : « Que peut-on ajouter sur les experts d’Entropy ? Trois fois rien. Ils sont (presque) tous membres de l’IFN, eux aussi. Serge Michels fait partie du grand institut indépendant, ainsi que Serge Hercberg, Claude Fischler, Gérard Pascal – membre du conseil d’administration –, et même Adam Drewnovski. Comme le monde est petit ! Ce n’est certes pas un crime, juste une considération géographique. Tous les points de l’univers semblent parfois se rejoindre. Même l’agence Protéines, ès qualités, fait partie de l’IFN. C’est ainsi. Appelons cela une bizarrerie de la nature ». Quant à madame Catherine Geslain-Lanéelle, sachez qu’elle est la patronne de l’EFSA, acronyme anglais pour Autorité européenne de la sécurité des aliments. Elle a annoncé ces derniers jours que son agence analyserait l’étude Séralini. Oui, mais avec les mêmes experts que ceux qui avaient donné le feu vert au maïs OGM si gravement mis en cause par ce même Séralini, qui a aussitôt déclaré : « Pas question que ceux qui ont autorisé le NK 603 réalisent la contre-expertise de nos données. Il y aurait un conflit d’intérêt avec leur autorité et leur carrière ».

Au passage, je signale que l’EFSA a été gravement mise en cause pour des conflits d’intérêt, jusques et y compris dans son panel de scientifiques qui suivent le dossier OGM. Cela donne le tournis, mais j’y ajoute volontiers ma touche personnelle. Dans Pesticides, cité plus haut, nous avions, François et moi, évoqué le cas Geslain-Lanéelle, réputée de gauche, mais oui, faudrait pas croire. Un premier extrait, qui concerne la gestion de l’épouvantable dossier Gaucho, du nom d’un pesticide dévastant ruchers et abeilles : « Le juge Ripoll, qui a ouvert une instruction à Paris à la suite d’une plainte d’un syndicat d’apiculteurs, perquisitionne avec éclat au siège de la Direction générale de l’alimentation (DGAL), une administration majeure qui dépend du ministère de l’Agriculture et dirigée alors par Catherine Geslain-Lanéelle. Il réclame communication du dossier d’autorisation de mise sur le marché du Gaucho. Inouï : Geslain-Lanéelle, pourtant haut fonctionnaire, en théorie au service de la République, refuse avec hauteur. Ripoll est si furieux qu’il l’oblige à rester dans une pièce sous contrôle. On frôle la garde à vue ! Finalement, la directrice peut appeler le ministre de l’Agriculture, Jean Glavany, et seulement lui. Sans céder pour autant. La justice n’obtiendra pas gain de cause. Le ministère est une forteresse qui n’est pas près d’être investie ». Oh oh ! Deuxième extrait : « On pourrait presque achever là ce chapitre, mais on serait trop loin du compte. Il faudrait pour cela oublier le plus grave, le plus sombre du secret entourant le Gaucho et le Régent. Sous Guillou et Geslain-Lanéelle, la gestion du dossier a amplement démontré que l’administration française soutenait les intérêts industriels contre ceux de la santé publique. Mais l’arrivée de Thierry Klinger aggrave encore les choses : elle coïncide avec des méthodes faites de franche intimidation ».

Un troisième, pour la route : « Catherine Geslain-Lanéelle a failli rater une très belle promotion. Nommée à la tête de la Direction régionale de l’agriculture et de la forêt (DRAF) en Île-de-France après son passage à la DGAL, elle guignait sans trop le cacher un poste à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Jacques Chirac en personne, sans doute inspiré par des ennemis plus proches, a tenté de l’en empêcher. Mais le vieux chef n’a plus la main depuis des lustres, et en février 2006 Geslain-Lanéelle a été nommée directrice exécutive de l’EFSA, à Bruxelles. Comment vous priver de ses premières paroles ? Les voici : « J’entre en fonction à l’EFSA à un moment opportun. En effet, sur la base de l’énorme travail d’ores et déjà fourni, je m’engage à faire de l’EFSA une référence européenne en matière d’évaluation des risques concernant la sécurité des denrées alimentaires et des aliments pour animaux au niveau tant européen qu’international. Les gestionnaires des risques en Europe doivent pouvoir se fier à des avis scientifiques indépendants et transparents pour élaborer des politiques et des mesures de sécurité alimentaire. » Seul un impudent personnage oserait poser la question suivante : Mme Geslain Lanéelle aurait-elle été nommée si elle avait choisi de coopérer avec la justice de son pays au moment de la perquisition du juge Ripoll ? ».

Voici ma contribution. Dans tous les cas, elle peut aider, ce me semble, à réfléchir.

************

Curriculum vitae de Gérard Pascal, arrêté à 2007

I - ÉTUDES ET FORMATION GÉNÉRALE

1 - Études

1964 - Ingénieur de l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon, spécialité “Biochimie”, avec les félicitations du Jury
1964 - Certificat de Zoologie Appliquée (C4) (Université de Lyon)
1968 - DEA de Nutrition (Université de Paris VI)
2 - Stages de longue durée
Septembre 64 - Août 65 : CEA-CEN-Saclay - Service des Molécules marquées
Novembre 65 - Février 66 : (Ingénieur stagiaire, puis Scientifique du contingent
Juin 66 - Avril 67 : puis Agent Contractuel Scientifique INRA mis à disposition)
Mars - Mai 66 : Centre de Recherches du Service de Santé des Armées :
Hôpital Percy, Division de Radiobiologie (Scientifique du
contingent)
Avril 67 - Juillet 76 : Centre de Recherches sur la Nutrition du CNRS : ACS, Assistant, puis Chargé de Recherches INRA mis à disposition (à plein temps, puis à mi-temps)

II - ACTIVITÉS DE RECHERCHE


1 - Carrière à l’INRA
Juin 1965 : Agent Contractuel Scientifique
Décembre 1967 : Assistant de Recherche
Juillet 1970 : Chargé de Recherches
Janvier 1980 : Maître de Recherches
Mai 1986 : Directeur de Recherches, 1ère classe
Mai 1999 : Directeur de Recherches, classe exceptionnelle
Janvier 2004 : Directeur de Recherches honoraire
2 - Responsabilités à l’INRA
Avril 1983 Directeur Adjoint du Laboratoire des Sciences de la Consommation
Juillet 1984 Chargé des fonctions de Chef du Département des Sciences de la Consommation
Juil. 1984 / Sept 1989 Directeur du Laboratoire des Sciences de la Consommation (24 agents dont 15 scientifiques et ingénieurs)
Juil. 1985 / Oct. 1989 Chef du Département des Sciences de la Consommation (105
agents dont 65 scientifiques et ingénieurs)
Oct. 1989 / Déc. 1992 Chef du Département de Nutrition, Alimentation, Sécurité
Nov. 1996 / Déc. 1997 Alimentaire (280 agents dont 145 scientifiques et ingénieurs)
Janv. 1993 / Déc. 99 Directeur du CNERNA - CNRS
Déc. 1997/ Déc.03 Directeur Scientifique pour la Nutrition Humaine et la Sécurité des
Aliments à l’INRA

III - ACTIVITÉS D’ENSEIGNEMENT


Professeur Consultant de Nutrition en 2ème année à l’ENSIA (Massy) de 1982 à 2005
Interventions régulières dans divers DEA et DESS
DEA National de Toxicologie : co-responsable de l’option toxicologie alimentaire de 1991 à 1999
Participations à des jurys de thèse : de 5 à 10 participations par an jusqu’en 2000.

IV - ACTIVITÉS DANS LES COMMISSIONS SCIENTIFIQUES


Au niveau national :
Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France :
Membre consultant, puis membre de 1978 à 2000
Président du groupe de travail “Additifs alimentaires” et expert toxicologue du groupe “Matériaux au contact” de 1983 à 1988,
Président de la Section de l’Alimentation de Novembre 1988 à Novembre 1992
Commission d’Étude des produits Destinés à une Alimentation Particulière (CEDAP) : membre de 1980 à 1992
Conseil National de l’Alimentation : représentant du PDG de l’INRA de 1986 à Juin 1989, puis membre de droit jusqu’en 1999
Commission du Génie Biomoléculaire : membre depuis 1986
Commission de Technologie Alimentaire : membre de droit depuis sa création en Juillet 1989 jusqu’en 2000
Commission Interministérielle et Interprofessionnelle de l’Alimentation Animale : membre de droit depuis 1993 jusqu’en 2000
Président du Conseil Scientifique de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) de 1999 à 2002. Membre du Conseil d’administration de 2002 à 2005.
Au niveau international :
Comité Scientifique de l’Alimentation Humaine de la CEE : membre de 1986 à 1997. Président de septembre 1992 à septembre 1997.
Multi-Disciplinary Scientific Committee of the E.U. (centré essentiellement sur le problème de l’ESB) de juillet 1996 à octobre 1997.
Comité Scientifique Directeur de l’Union Européenne : membre depuis Juillet 1997 et Président de novembre 1997 à avril 2003.
_ Membre du groupe de travail « Expérimentation animale pour l’évaluation de la sécurité des OGM du Panel OGM » de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) depuis septembre 2004.
Consultation FAO/OMS sur les Biotechnologies et la Sécurité Alimentaire (Rome 1996) ; Expert invité.
Co-Président du Workshop de l’OCDE sur l’Evaluation Toxicologique et Nutritionnelle des Nouveaux Aliments- OGM (Aussois 1997).
Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, participation comme expert aux discussions sur la Nutrition Humaine et la Sécurité Alimentaire (1993, 1994, 1997 et 1998).
Expert en Sécurité Alimentaire de l’OMS depuis 1993.
Membre du Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives (JECFA) depuis 1995.

V - DISTINCTIONS


Médaille de bronze du Service de l’Hygiène et des Maladies Contagieuses de l’Académie Nationale de Médecine (1978)
Chevalier du Mérite Agricole (1987)
Lauréat de l’Académie Nationale de Médecine : Prix du Centre de Recherches Cliniques et Biologiques sur la Nutrition de l’Homme (1990)
Lauréat de l’Académie des Sciences : Prix du Docteur et de Madame Henri LABBE (1990)
Lauréat de l’Institut Français pour la Nutrition : Prix de Recherche de Nutrition (1993)
Médaille d’Or du Comité de l’Agro-Industrie de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale (1995)
Membre correspondant de l’Académie d’Agriculture de France (1996)
Officier du Mérite Agricole (1997)
Médaille CHEVREUL de l’Association Française pour l’Etude des Corps Gras (1999)
Chevalier dans l’ordre National du Mérite (2000)
Prix de Nutrition de l’Institut Benjamin Delessert (2002)
Élu membre de l’Académie des Technologies (2002)
Grand Prix des Industries Alimentaires de l’Académie des Sciences (2002)
Commandeur du Mérite Agricole (2004).
Prix de la Recherche en Nutrition de l’Association Ajinomoto (2006)
Médaille d’argent du Comité mixte FAO/OMS d’expert des additifs alimentaires (JECFA) (2006)

fabrice-nicolino.com


Commentaires

Logo de corbeau-douze (C12)
preuves de corruptions - situation en impasse ...
mardi 2 octobre 2012 à 00h12 - par  corbeau-douze (C12)

Les preuves de la corruption massive menée par les financiers (qui dirigent de fait les industriels) n’est plus à faire.
Tant aux États-Unis qu’en UE.
Nous avons des preuves que les pouvoirs financiers (au sens de détenteurs de nos richesses produites par tous) sont capables de corrompre à peu près n’importe-qui, à peu près n’importe quelle institution. Nous devons constater que malgré tous nos principes, espoirs et institutions l’argent est roi.
Petit à petit les barrières pourtant explicitement mises en places ont été détruites par la corruption et un lobbying efficace.

Nous payons tous les jours cette situation dans de multiples domaines, tant les domaines économiques que politiques. En économie c’est assez clair, en politique cela le devient. La paralysie devant l’évidente impasse économico-monétaire est aussi politique.
La soit-disant politique pro-entreprises, pro-liberté du capital (encore chantée par nos glorieux ministres de droite – et pas mal aussi au PS) aggrave les inégalités, maintient le chômage de masse, augmente les désastres environnementaux - en un mot l’auto-destruction devient inexorable.
Les preuves s’accumulent de la corruption des États (pour faire simple) tandis-que les situations (économique, financière, environnementale-stabilité du monde-paix, ... s’aggravent). En un mot cela va de plus en plus mal ET on ne voit pas qu’un remède y pourrait quelque-chose !

Faudra-t-il attendre qu’un événement se transformant en catastrophe dévastatrice pour se ’sortir’ (par anéantissement) de ce "Système féodal" ? Et pour quels changements ?
La probabilité qu’un incident se transforme en désastre augmente avec le temps. C’est dire que la situation mondiale s’aggrave. Nos dirigeants semblent incapables d’y remédier ( - semblent car de nombreux signes nous le laisse croire).

Nous sommes comme à la veille de la 2ème guerre mondiale. Tout le monde se rend compte qu’il y a de graves problèmes à résoudre et tout le monde attend l’événement qui pourrait apaiser les tensions. Et rien ne se passe sinon un jeu de dupes, des tentatives marginales. Les populations demeurent en-dehors des prises de décision (les élections font basculer entre A et B les gouvernements, mais ni A ni B ne changent rien - un évident jeu de dupes), elles ne peuvent rien faire, comme si les institutions n’existaient plus ou plutôt comme si elles étaient inutiles, sans effet sinon de maintenir une mauvaise situation (sauf pour la minorité ultra-riche). Comme si face aux dangers, la volonté populaire devenait une gêne ou pire : simplement rien. Comme si le peuple était muet car incapable d’imposer-exiger, de ses soit-disant représentants, ses volontés de base : paix, vie agréable, ... ou au contraire était savamment conditionné (par le mensonge et les matraquages (vrais et figurés) dans l’intérêt de pouvoirs féodaux.
Alors la guerre peut survenir entre peuples qui par essence ne peuvent pas vouloir s’exterminer, s’auto détruire !

En simplifiant pas trop : aujourd’hui, l’’économie’ (pour dire les choix de politique économique) est dans les mains de ’la finance’, laquelle est détenue (c’est le mot) par une poignée de gens. La population est soumise. La ’politique’ est soumise. L’impasse d’un Système pro-capital est flagrante.

La volonté populaire a été préemptée génialement par un Système financier. Je simplifie volontairement ce que chacun peut constater et constate.

Rien, rien ne se passe malgré constatation de la situation, malgré évidente impasse des choix de société, malgré les risques grandissants.

Encore combien de temps avant l’explosion ?
Pourquoi explosion ?
Puisque malgré les prises de conscience, malgré les risques les politiques ne changent pas ’radicalement’ je ne vois – j’espère me tromper – qu’un seul dénuement : une catastrophe, désastreuse pour presque tous et peut-être pour une (notre) civilisation incapable d’évoluer vers le ’raisonnable’.

C12 (corbeau-douze)

Moi aussi, j’utilise la simple logique
samedi 29 septembre 2012 à 17h10

Vous dites que les réactions à chaud contre l’étude du CRIIGEN ne sont pas recevables car : "nul ne pouvait dire le 20 septembre, quelques heures après publication, ce que pouvait valoir une étude ayant mobilisé de bons scientifiques pendant deux ans".
Je suis d’accord mais alors, que penser des titres du Nouvel Observateur associé en exclusivité avec le CRIIGEN et qui titre à propos de cette étude : "Oui, les OGM sont des poisons !", "OGM : Inconscience ? Lâcheté ? Collusion criminelle ?", "OGM : Comment notre société produit des malades".
D’après votre saine logique, ces titres sont tout aussi contestables. Or, les commentaires à chaud que vous fustigez sont des REACTIONS à ces titres là. Il ne faut pas inverser le calendrier des évènements !

Mais, sur le fond, je suis d’accord. Aucun des deux bords ne mérite notre confiance aveugle et on ne peut pas espérer qu’un débat contradictoire entre les deux parties n’aboutisse à la vérité sur la toxicité des OGM. Tout ce qu’on peut espérer, c’est éventuellement qu’ils s’entretuent. Quant à la fausse bonne idée de faire voter les citoyens pour savoir si un produit nouveau est cancérigène ou pas ... ça ne me sécuriserait pas du tout.

Il faut donc un arbitre compétent, payé par nos impôts et responsable devant les Français. Ce sont les agences de sécurité sanitaire.

Bien entendu, les deux bords veulent "tuer l’arbitre", qui les empêche de s’entretuer tranquillement.

Pour ma sécurité, je suis d’un troisième bord, celui qui écoute, protège et souhaite donner des moyens à l’arbitre. Simple logique ... aussi.

dimanche 30 septembre 2012 à 11h44 - par  Michel Berthelot

Un journaliste, sérieux et digne de ce nom, Monsieur, (Voyez à quel point Je demeure poli malgré tout !) utilise, ne vous en déplaise, les mots, le style et l’indépendance qui le caractérisent, sans avoir, bien heureusement, besoin de votre agrément ! Pas plus que celui de la funeste phalange des pro-OGM que vous représentez excellemment ici !

Et puisque votre courage ne va pas jusqu’à oser apposer là votre adresse afin que je puisse vous exprimer cela directement et discrètement par mail, la discussion est donc définitivement close. Cessez derechef de perdre votre temps (et le mien !) au soutien et au service de la chapelle scientiste et retournez pratiquer ailleurs votre passion délétère et votre attachement diabolique à la transgénèse.

Logo de Michel Berthelot
samedi 29 septembre 2012 à 21h46 - par  Michel Berthelot

Il me faut spécifier ici à l’anonyme et fâcheux énergumène auteur de ce commentaire (et du suivant que je ne publierai pas) que je veux bien être fustigé ou tancé par quelqu’un de compétent, de qualifié et de « reconnu » es-discipline, mais étant moi-même journaliste je refuse absolument d’être pris à parti par un malencontreux corbeau qui à l’abri du lâche anonymat se prend pour un aigle alors qu’aucune aptitude, maîtrise ou expertise en la matière ne l’habilite à des propos aussi inconvenants et discourtois.

Logo de Michel Berthelot
samedi 29 septembre 2012 à 17h43 - par  Michel Berthelot

Bonjour,

Lire c’est bien, comprendre c’est mieux ! Tous les médias l’ont pourtant expliqué au départ : quelques journalistes (dont ceux du Nouvel Obs) étaient dans le secret depuis le début de l’étude et l’ont suivie au fur et à mesure tout au long de son déroulement. On appelle ça du journalisme d’investigation et d’observation... Comme quoi même une simple logique ne doit pas être trop sommaire, superficielle et béotienne ! CQFD !

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Nouvelle convocation José Bové au tribunal d’instance

samedi 8 décembre 2007

Reçu du "Collectif des faucheurs Volontaires Rhône-Loire"

José se retrouve à nouveau devant la JAP lundi 10 décembre au matin, il faut à nouveau tous être présents pour soutenir la fin de toutes les condamnations contre les militants anti-OGM.

RAPPEL :

Lundi 12 novembre, José Bové est ressorti libre du bureau de la juge d’application des peines du tribunal de Millau. La magistrate et le porte-parole des Faucheurs volontaires ont discuté de la façon dont celui-ci pourrait accomplir la peine que lui a infligée la cour d’appel de Toulouse le 15 novembre 2005 : quatre mois de prison ferme, en tant que récidiviste, pour avoir participé au fauchage d’un champ de maïs transgénique le 25 juillet 2004 à Menville (Haute-Garonne).

En droit, la juge pouvait placer M. Bové sous bracelet électronique, mesure que le leader paysan avait par avance rejetée. Ce refus aurait pu justifier sa mise en détention immédiate. Selon son avocat, Me François Roux, José Bové a indiqué qu’il acceptait un aménagement de sa peine, qui pourrait prendre la forme de "jours amendes". La juge l’a convoqué le 10 décembre, pour un débat contradictoire avec le procureur.

cactus pubis

samedi 24 novembre 2007

Au poil !

Un cactus sur lequel poussent des poils pubiens ?

Voilà qui ne manque pas de piquant. Cette œuvre conçue par Laura Cinti est l’une des pièces phares du Festival international des sciences d’Edimbourg, en Ecosse. Pour réaliser The Cactus Project, l’artiste “transgénique” dit avoir introduit du matériel génétique humain dans le génome d’une cactée.

En 2000, l’artiste brésilien Eduardo Kac avait déjà exposé un lapin transgénique vert fluorescent, doté d’un gène de méduse. Si le directeur du Scottish Arts Council – l’ancien évêque d’Edimbourg – a quelques réserves en ce qui concerne la manipulation d’animaux, l’œuvre de Laura Cinti ne lui pose pas de problème éthique. “Faire pousser des poils pubiens sur un cactus ne fait de mal à personne”, estime-t-il.

courrierinternational