Conte paysan médiéval

Il était une fois...
vendredi 12 octobre 2012
par  Patrick Mignard
popularité : 1%

...Dans une lointaine province, un village, au milieu des collines dans un cadre bucolique qui laissait à penser que la vie s’y déroulait sans histoires. Or, à cette époque, le village était sous la coupe d’un Ogre, un despote primitif et violent qui terrorisait ses habitants et disait à qui voulait l’entendre, être « l’ami des puissants ». Il était assisté de sa femme que certains, en secret, qualifiaient de « sorcière », d’un fils peu futé mais qui lui servait d’espion pour débusquer les oppositions, en attendant de succéder à son père, et d’une fille encore moins futée que son frère.

Au pouvoir depuis des lustres il s’était entouré, outre son fils, d’une équipe d’individus fades, lâches, qui trouvaient un intérêt personnel à leur soumission et le laissaient mener ses affaires comme bon lui semblait. L’Ogre savait, grâce à son pouvoir, s’acheter l’obéissance de ses sujets. Ce despote avait mis en coupe réglée les affaires de la collectivité, jouant des règles royales quand elles lui étaient favorables, les ignorant dans le cas contraire. Il avait soumis les intérêts de tous à ses propres intérêts. Il avait par exemple « privatisé » le fourrage des animaux appartenant à la collectivité sous prétexte que « mis dans des locaux publics ils auraient pu être volés » (?). Ses conseillers, pour ne pas dire sa Cour, n’avaient rien trouvé à redire d’une telle attitude, comme d’ailleurs dans d’autres cas.

Il s’était trouvé pourtant un homme – assurément au cœur pur, mais peu velléitaire - pour s’opposer aux manœuvres du despote. Cet homme, qui avait, en son temps, participé à l’équipe des conseillers de l’Ogre, avait un jour refusé de cautionner des pratiques douteuses. Il avait refusé, par exemple, la pratique qui consistait, pour l’Ogre, d’exiger de ses « conseillers » de signer, en blanc, les ordres qu’il prendrait plus tard, sans les consulter. La réponse de l’Ogre fût immédiate : « un jour tu me le paieras » lui déclara-t-il sans témoin. Et en effet à partir de ce jour, le despote multiplia les provocations à l’encontre de son opposant et de sa famille… Le silence régnait dans la Cour où aucun membre n’avait le courage de réagir… dans le village tous baissaient la tête, rasaient les murs, craignant le pouvoir du despote.

l’homme voulu agrandir le bâtiment de sa modeste exploitation. L’Ogre s’y opposa sous prétexte qu’à quelques toises il possédait un terrain sur lequel il eut, comme par hasard, soudain l’idée de construire une maison. En bon despote il se donna les autorisations et les refusa à notre homme. Celui-ci dut trouver une autre solution pour pouvoir vivre. Le despote trouva même moyen d’entraver ses nouvelles initiatives au point de lui refuser une connexion d’eau pour ses bêtes. La maison que l’Ogre voulait subitement construire sortit un peu de terre. Les fondations terminées – elles sortirent de terre par magie une nuit de pleine Lune - il arrêta les travaux. Une fois son forfait accompli, le despote se désintéressa de son bien et le mit en vente. L’acheteur termina la maison. Or il se trouve que notre homme avait une fille, qui habitait dans une lointaine province, qui, avec son compagnon, souhaitait se rapprocher de ses parents. La nouvelle maison, jouxtant l’exploitation de ses parents, faisait une excellente occasion pour réaliser ce rapprochement.

La fille prit donc contact avec les propriétaires de la maison et engagea des pourparlers pour acquérir ce nouveau bien. Les choses allaient bon train, et étaient prêtes à être conclues, quand soudain, elle fût prévenue, par les vendeurs, que l’affaire ne pouvait pas se faire. Intriguée, elle les interrogea sur les raisons d’un tel revirement. Ils lui tinrent le discours suivant : « L’Ogre, nous a prévenu, de ne pas vendre à cette famille de mauvaises gens, de tracassiers et de procéduriers… » L’homme ne voulut pas en rester là et alla demander des explications aux vendeurs. Ceux-ci le reçurent, lui et sa femme, très froidement, réitérant leur volonté de ne pas vendre à leur fille sur le conseil de l’Ogre et rajoutèrent même : « …nous avons donné ordre à l’usurier chargé de la vente de vous la refuser ». L’homme et sa femme voulurent en avoir le cœur net et allèrent voir l’usurier qui faisait office, à cette époque, d’intermédiaire dans des actes d’achat-vente d’immobilier. Celui-ci leur confirma l’ordre qu’ils avaient reçu des vendeurs… eux mêmes « conseillés » par le despote. Ainsi le despote, au-delà d’affaires qui ne le concernaient plus et sur la descendance de son « ennemi » exerçait sa vengeance.

L’Histoire ne dit pas comment a fini le despote, mais les chroniqueurs de l’époque font état d’un mouvement de résistance et de solidarité déclenché par l’exaspération des victimes et l’indignation de nombreuses personnes qui apportèrent le soutien à la famille ainsi persécutée par l’Ogre. Des rassemblements eurent lieu au grand dam de celui-ci, des libelles circulèrent dans le pays, bref, sur les marchés, dans les échoppes, dans les chaumières, toutes et tous parlaient des persécutions infligées par l’Ogre… et ces soutiens permirent à la famille de continuer à vivre.

Une morale peut être tirée de cette histoire

Il ne faut jamais se laisser imposer un pouvoir despotique, même si, du moins au début, il se donne les apparences du paternalisme et de la démocratie. L’acte de résistance doit être immédiat, à la moindre velléité de corruption et de détournement de pouvoir et de biens publics. Laisser se dégrader une situation aboutit à une catastrophe difficile à vivre et à combattre. L’action collective et l’appel à la solidarité sont déterminants dans cette lutte.

Chronique rapportée par Merlin l’Emmerdeur

(Note : Ce conte est évidemment une pure fiction. Toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées serait un pur hasard. Prétendre le contraire serait de la malveillance.)

(Illustration : dragibuz)


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois