La fiction des emplois vacants

lundi 10 décembre 2012
popularité : 2%

Par Véronique Radier

L’idée que, malgré l’explosion du chômage, des milliers de postes resteraient inoccupés faute de candidats suffisamment formés resurgit. Elle est fausse. Beaucoup de gens en sont persuadés : il y aurait en France, malgré plus de 3 millions de chômeurs, des tas d’emplois à prendre. Des chiffres circulent. Ces jobs vacants seraient entre 400 000 et 600 000.


« C’est une idée tellement tentante… et puis elle paraît simple, évidente », note Jean-Louis Zanda, chercheur à Pôle Emploi. Pour la défendre, on trouve d’abord les pourfendeurs de l’État-providence et de l’assistanat. Bien des chômeurs, pensent-ils, sont des paresseux : ils préfèrent toucher leurs indemnités plutôt que d’accepter un boulot. Couplet souvent entonné au Café du Commerce mais aussi à plusieurs reprises par Jean-François Copé et aujourd’hui encore repris par de nombreux politiques.

Jean-Louis Zanda est un peu surpris de sa persistance : « avec la montée du chômage, je ne pensais plus entendre ce genre de discours sur les difficultés de recrutement, qui émane des fédérations professionnelles ». Car il en a déjà démonté les ressorts dans une étude publiée en 2010. « Cette idée repose sur un malentendu : un emploi vacant, c’est juste un recruteur qui exprime un besoin à un instant donné et non un poste bien défini durablement à pourvoir ». Et si le chiffre de 400 000 ou 600 000 paraît énorme, il s’agit, explique Jean-Louis Zanda, d’une illusion d’optique : « Il est normal qu’il existe un stock d’offres mécaniquement disponibles à un moment donné, toutes ne peuvent être pourvues le jour même ; 400 000, cela n’a rien de faramineux pour 13 millions de contrats de travail signés chaque année… »

Et puis autant, pour être comptabilisé comme chômeur dans les statistiques officielles, il faut répondre à des critères précis – être immédiatement disponible, à temps complet, en recherche active d’emploi, etc. – autant l’évaluation des « emplois disponibles » ou « vacants » est, elle, très floue. Au nombre d’offres en stock, on ajoute des estimations à partir d’enquêtes auprès des entreprises : « Il peut s’agir de prévisions d’embauche, liées par exemple à un appel d’offres qui sera ou non remporté ». Quant à la prétendue mauvaise volonté des chômeurs, elle est démentie par les études de Pôle Emploi et du ministère du Travail.

On y voit au contraire combien ils sont prêts à d’importantes concessions.
Mais il est d’autres défenseurs de ce credo, comme Louis Gallois, qui, dans son rapport, réclame des mesures en faveur d’ « une formation répondant aux besoins de l’industrie ». Deux fois il souligne que « de nombreux industriels se plaignent de ne pas trouver les personnels dont ils ont besoin, en dépit d’un chômage élevé ». Deux ministres, Vincent Peillon à l’Éducation et Geneviève Fioraso à l’enseignement supérieur, sont sur cette même ligne : notre école ne formerait pas les jeunes aux bons métiers. Mais ces emplois vacants-là ne semblent pas davantage exister.

Tristan Klein, expert en la matière puisqu’il réalise les enquêtes du Centre d’Analyse stratégique sur les recrutements présents et à venir dans les différents métiers, tord lui aussi le cou à cette idée : « Elle est très rassurante mais les choses sont loin d’être aussi simples. Il peut certes, exister des pénuries, notamment au niveau local, avec des problèmes de mobilité, d’horaires atypiques, de conditions de travail, mais le vrai problème, c’est bien le manque d’offres et non l’inadéquation des formations ». Même au sortir d’une formation, y compris celles qui sont réputées « en tension », c’est-à-dire avec des recrutements difficiles, de nombreux débutants exercent finalement un métier sans rapport avec leur spécialité.

« On ne peut créer des tuyaux de formation parfaitement ajustés aux besoins de tel ou tel secteur ou profession ». explique Tristan Klein. D’autant plus que « les entreprises ne savent pas déterminer les compétences dont elles vont avoir besoin », souligne Jean-Louis Zanda. Et de conclure : « Rares sont les recrutements qui échouent faute de candidats. Lorsque le besoin est vraiment là, l’employeur assouplit ses critères ou encore crée des formations, y compris en interne ». Nécessité fait loi.

(Illustration : Joëlle Passeron)

Le Nouvel Observateur N° 2507 du 22 novembre 2012

Il y a entre 350 000 et 500 000 offres d’emplois non satisfaites en France

(Jean-François Copé, le 25 novembre, « Des paroles et des actes »)

Plus large est la fourchette, plus l’enfumage est aisé. Reprenant à son compte, sans sourciller, une antienne de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé affirme à qui veut l’entendre que l’Hexagone compte entre 350 000 et 500 000 offres d’emplois non pourvues en 2012. Un bien vilain mensonge dans une France où, au dernier comptage, galèrent plus de 4,8 millions de chômeurs ! (Inscrits à Pôle Emploi en catégorie A, B, C ayant en octobre 2012, travaillé moins de 72 heures) En effet, si l’on en croit Gaby Bonnand, l’ancien président du Conseil d’administration de Pôle Emploi originaire de la CFDT, jamais ses pairs n’ont eu en main une analyse permettant d’attester que ces emplois existaient réellement. Mieux, sur les douze derniers mois, la différence, entre la collecte des offres de travail de plus de six mois et leur satisfaction par ce service public, n’excède pas… 12 000 postes ! Enfin, on a beau multiplier par cinq ce résultat pour tenir compte du fait que Pôle Emploi ne couvre qu’un cinquième du marché du travail, on n’obtient toujours que 60 000 offres d’emplois durablement non satisfaites. Cherchez l’erreur ! (L. D.)

Marianne N° 816 du 8 décembre 2012


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018