Supplice chinois

lundi 14 janvier 2013
popularité : 1%

Il fait plutôt frisquet, ce 19 janvier 2012. Pour Michel, c’est l’occasion d’arborer sa casquette Tribord, achetée 2 euros en ligne six mois plus tôt à Décathlon. Mais, très vite, ce robuste magasinier de 48 ans se sent mal. Au point de rentrer chez lui en pleine journée et de s’écrouler épuisé.


Le lendemain, toujours mal fichu, il remet sa casquette et retourne au boulot. Mais, quand il veut saluer un collègue, il peine à enlever son couvre-chef. Sa tête a gonflé. Son front est couvert de taches rouges. Consulté, un toubib diagnostique un œdème allergique et lui prescrit des corticoïdes. Commence alors pour Michel le parcours du consommateur-combattant. Le service après-vente de Décathlon met cinq jours pour rappeler. Le chef de produit s’enquiert enfin de la santé du client et l’oriente vers le médecin de la société. Michel remplit moult questionnaires.

Le 13 février, sa casquette est expédiée pour expertise en Turquie, où, lui explique-t-on, se trouve le labo compétent. Les analyses sont transmises dès le 21 février à Décathlon, mais il faudra quatre mois de harcèlement pour que Michel en connaisse enfin les conclusions. La responsabilité du groupe d’équipements sportifs a été reconnue. La casquette, fabriquée en Chine, était imprégnée d’un dérivé du formol, le formaldéhyde. Un produit allergène, cancérigène et – en principe – volatil, mais dont il restait assez de traces pour entraîner une violent réaction.

Décathlon finit par confier le dossier à son assureur, le groupe Zurich Europe, dont l’expert a l’habitude des salades chinoises puisqu’il a traité le cas de Conforama et de ses canapés empoisonnés qui provoquaient des brûlures. Michel a rçu récemment une proposition d’indemnisation royale de 1 150 euros. Il n’a pas donné suite. « Ce que je voulais, c’est alerter les gens. Je n’ai rien vu sur le site de Décathlon, aucune mise en garde ! Combien de gens auront eu le même problème que moi ? » À Décathlon, on jure que « les livraisons ont été bloquées de manière que plus un seul produit de la même référence ne soit vendu ». De toute façon, assure le porte-parole de la marque, il n’y a pas eu de « cas similaires ».

Et l’enseigne, qui a retiré d’autorité les produits traités au formaldéhyde à un taux supérieur à la norme, se refuse à porter le chapeau…

Le Canard Enchaîné N° 4811 du 9 Janvier 2013


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois