Amphibiens : la mort par les pesticides

mercredi 30 janvier 2013
popularité : 1%

Par Maurice Mashaal

Selon une étude germano-suisse, l’impact des pesticides sur les grenouilles et autres amphibiens est alarmant et sous-estimé.


Les amphibiens (grenouilles, crapauds, tritons, salamandres, etc.) subissent depuis bon nombre d’années un rapide déclin à l’échelle du monde entier. Les scientifiques débattent encore des facteurs de ce déclin et de leurs poids respectifs : maladies, changement climatique, pollution, disparition des habitats, etc. Des chercheurs allemands et suisses viennent d’apporter un élément important à ce débat. Ils ont montré sur de jeunes grenouilles rousses (Rana temporaria, une espèce européenne commune) que l’exposition à des pesticides conduit à une forte mortalité des batraciens, allant de 40 pour cent après sept jours à 100 pour cent après une heure, selon le produit testé.

Carsten Brühl et Annika Alscher, de l’Université de Coblence-Landau, en Allemagne, avec Thomas Schmidt, des Laboratoires Harlan en Suisse, et Silvia Pepper, de l’Agence fédérale suisse de l’environnement, ont étudié en laboratoire l’effet de sept produits pesticides (quatre fongicides, deux herbicides et un insecticide) sur des grenouilles rousses juvéniles (150 individus au total). Ils ont appliqué au sol humide de la cage de chaque grenouille une dose (quantité par unité de surface) de pesticide correspondant à 0,1, 1 ou 10 fois la dose maximale recommandée en contexte agricole. Pour les fongicides Headline et Captan Omya administrés à la dose recommandée, la mortalité résultante des grenouilles était de 100 pour cent. Des niveaux importants de mortalité, allant de 40 à 60 pour cent, ont été obtenus avec les autres produits commerciaux testés à la même dose. C. Brühl et ses collègues ont aussi montré que les additifs contenus dans le produit peuvent changer la donne : le Headline, à base de pyraclostrobine et qui contient 67 pour cent de naphta (un solvant), est bien plus toxique qu’une formulation de pyraclostrobine où la proportion de naphta est inférieure à 25 pour cent. À cette formulation est en effet associée une mortalité de 20 pour cent seulement, tant pour la dose nominale que pour la dose dix fois supérieure.

La mise en évidence de mortalités aussi importantes dans un groupe d’animaux vertébrés, dues à des pesticides disponibles dans le commerce, étonne : on aurait pu penser que l’amélioration des tests de toxicité et des procédures d’autorisation de mise sur le marché avait fini par écarter le risque de commercialiser des produits ayant de tels effets délétères. Mais contrairement aux oiseaux et aux mammifères, les amphibiens ne font pas partie des tests imposés pour l’homologation d’un produit pesticide. Or les amphibiens ont une peau très perméable, qui les rend beaucoup plus vulnérables aux polluants. Si l’impact de la pollution des milieux aquatiques sur les stades larvaires de ces animaux a déjà fait l’objet d’évaluations scientifiques, l’étude de C. Brühl et ses collègues est l’une des premières concernant l’impact de la pollution terrestre sur des amphibiens juvéniles ou adultes. Or de nombreuses espèces d’amphibiens passent une partie de leur vie terrestre dans des milieux agricoles, où l’usage des pesticides est répandu. Cette étude commence donc à combler une grosse lacune dans les connaissances, reconnue dans un rapport récent de l’EFSA, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, et pourrait orienter les efforts de préservation de ce groupe animal menacé.

Plus largement, les amphibiens étant souvent considérés comme des espèces sentinelles pour la santé humaine et l’environnement, les travaux de l’équipe germano-suisse pourraient concerner d’autres groupes d’espèces, voire des écosystèmes entiers.

pourlascience.fr


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

LPO

lundi 23 juin 2014

Ecologie-radicale

mardi 12 février 2013

Notre Dame des Landes

vendredi 26 octobre 2012