Ce, et ceux, dont nous ne voulons plus

mardi 9 avril 2013
popularité : 1%

Par Michel Broué

La déviance, sous toutes ses formes. Déviance par rapport aux règles de base de la morale politique et à celles de la morale individuelle. Les connivences discrètes et tenaces, à Marrakech, à New York, à Marseille, et ailleurs. Les groupes de pression organisés, depuis des années, depuis peut-être des décennies, groupes de pression encadrés et soutenus par les moyens professionnels de la « communication ». La communication politique, qui n’est somme toute que de la triche, triche construite et pensée pour égarer le journaliste et le citoyen. L’appât du gain comme moteur de l’engagement politique, et tant pis si on saccage ce qui reste de l’un des plus beaux idéaux de l’histoire humaine. Le fric via le pouvoir, le fric/le fric/le fric, qui salit le socialisme presque autant que le stalinisme a souillé le communisme. Le cynisme de tous ces gens, qui savent ce qu’ils font.


Ce qu’ils font, et faisaient ? Chercher à imposer au pouvoir, si possible au pouvoir suprême, un homme qui leur assurerait protection et liberté de gain. Et nous, nous les citoyens, nous qui sommes loin de ces bandes-là, qu’en savons-nous ? Je vais écrire ici ce que je sais, ce que je pressens, ce dont nous ne voulons plus. Puissent ces quelques lignes engager ceux qui en ont les moyens à poursuivre et approfondir les enquêtes, pousser des langues à se délier. Pour qu’enfin ceux dont nous ne voulons plus disparaissent du champ politique de notre République. Avant qu’ils ne nous emmènent tous à la catastrophe. Pourquoi a-t-on partout entendu dire que Strauss-Kahn et Cahuzac ont « proposé leur démission », alors qu’ils y ont été contraints, l’un par Jospin, l’autre par Hollande ? Qui a donné cette « information » ? Je voudrais qu’on retrouve les traces des communiqués. Pourquoi est-ce la même personne (Anne Hommel), qui a collaboré de si près et si longtemps avec Jean-Christophe Cambadélis dans bien des structures, puis a conseillé pendant des années Dominique Strauss-Kahn, qui depuis quelques jours est chargée de la communication de Jérôme Cahuzac ? Quels sont ses liens avec Stéphane Fouks et son entreprise ? Il faut maintenant que nous sachions.

Une autre personne (Marion Bougeard), liée à la même entreprise de communication, fut conseil de Liliane Bettencourt avant d’être celui de Cahuzac. Il y a quelques semaines, elle menait une entreprise de déstabilisation personnelle de Fabrice Arfi particulièrement répugnante. Nous ne voulons plus de ces gens-là et de leurs méthodes. Pourquoi a-t-on entendu la même antienne répétée à satiété, celle de « l’homme superbement intelligent », du « meilleur ministre », du « grand économiste » tant à propos de Strauss-Kahn que de Cahuzac ? Car derrière l’énergie, le culot sans borne et les talents de bateleurs de ces deux hommes, on cherche en vain les contributions, les idées nouvelles, les apports de l’un ou de l’autre aux terribles problèmes de l’économie. Oui, pourquoi ? Eh bien parce qu’il s’agissait, avec les méthodes communicantes, d’imposer un homme qui pouvait s’avérer utile au groupe, si on le mettait en situation de pouvoir.

Je voudrais qu’on examine les diplômes universitaires d’un certain nombre de personnes de ce groupe. Les hommes-clef ne sont pas si nombreux, ce devrait être possible. Et on se souvient du cynisme avec lequel Alain Bauer a cherché à imposer son propre domaine de recherche (sic) au monde universitaire, afin d’obtenir sa propre chaire. Tiens ! Avec l’aide de Sarkozy.
Je voudrais que l’on cherche vraiment à comprendre le comportement de Cahuzac depuis décembre dernier. Pourquoi ces mensonges si entêtés, pourquoi ces aveux soudains, pourquoi ce montant (600 000 euros) auquel personne de sérieux ne donne crédit ? Tout laisse à penser que cet argent, ce montage, ne sont pas qu’une entreprise personnelle. Qu’il a menti, puis avoué, pour protéger autre chose. Quoi ? Qui ? Il dit vouloir revenir à l’Assemblée. Cela doit-il être entendu comme une menace voilée ? Je voudrais que l’on enquête plus sur les liens, personnels, politiques, financiers, directs ou indirects, qui unissent par exemple Fouks, Strauss-Kahn, Cahuzac, beaucoup des « strauss-kahniens », certains des ex-« rocardiens », certains des ex-responsables de l’UNEF des années 80-90, leurs « petites-mains », et bien d’autres... — et il semble nécessaire que Manuel Valls, ministre de l’intérieur, s’explique sur ses liens avec l’entreprise et les personnes qui ont assuré et assurent la « communication » de Strauss-Kahn et de Cahuzac.

Si on connait maintenant le comportement dégueulasse de Strauss-Kahn vis-à-vis des femmes, qu’en est-il de ses liens avec la droite – devenue la droite extrême – et l’argent ? Si on découvre les amitiés de Cahuzac avec les anciens du GUD, qu’en est-il des liens anciens et récents d’autres membres du groupe cité ci-dessus avec la droite extrême, et le fric ? Je voudrais qu’on enquête sur les trains de vie de ces gens-là depuis les années 80, la taille de leurs appartements – que, pour certains, leurs revenus officiels ne sauraient expliquer. De la MNEF à Gbagbo, de Genève à Singapour, peut-être en passant par Taïwan, et bien d’autres lieux ou combines. Nous devons savoir. François Hollande pourrait signer ce que je viens d’écrire. Il le sait, que ce groupe maîtrise l’art consommé de se mettre derrière le puissant du moment, tout en se préparant un abri sous le possible président à venir : « mitterrandiens » sous Mitterrand, puis « rocardiens » avant de soutenir Jospin, ils sont devenus les promoteurs zélés de Strauss-Kahn. Et ont rallié Hollande dès qu’il est devenu clair que Strauss-Kahn n’avait plus d’avenir politique. Leur intérêt et leurs intérêts leur servent de boussole, de principes et de convictions politiques.

Oui, François Hollande le sait. Pourquoi donc a-t-il laissé en place ces réseaux (dont il ne fait pas partie), comme d’ailleurs les réseaux du régime précédent ? Parce qu’il pensait ne pas avoir les moyens d’agir autrement ? Parce que la gangrène va plus loin que nous le pensons ? Quoi qu’il en soit, il n’a plus le choix. Il faut qu’il en débarrasse son entourage, son gouvernement, et la République. Il est temps, plus que temps, de faire barrage, de détourner le fleuve de la corruption. Nous n’en voulons plus, la démocratie n’en peut plus.

blogs.mediapart.fr


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Je suis (Charlie) sur écoute

dimanche 18 janvier 2015