Voiture à air : l’arlésienne ?

mercredi 2 octobre 2013
popularité : 2%


La voiture à air comprimé est un peu l’arlésienne de l’industrie automobile des 20 dernières années. Après la signature d’un accord avec le géant indien Tata Motors en 2007, les deux partenaires passent désormais – enfin ? – à la seconde phase et étudient l’industrialisation des deux concepts testés.

Lors de sa présentation en 1998 au mondial de Paris, le taxi à air comprimé de Guy Nègre avait plus amusé que véritablement séduit. L’idée même que l’on puisse se déplacer rien qu’avec de l’air sous pression paraissait alors relever de la supercherie. Persévérant, Guy Nègre réussissait néanmoins à convaincre un important constructeur, l’Indien Tata Motors, d’investir dans le projet et de procéder à des tests grandeur nature pour envisager à moyen terme une commercialisation en Inde. Ainsi fut fait en 2007 avec le développement de la OneFlowAIR ainsi que de la CityFlowAIR.


Après 5 ans de tests et de validation du concept, Tata Motors et MDI sont maintenant en phase d’industrialisation en vue d’une commercialisation « sous quelques années » d’au moins un des deux véhicules testés. Ce sera probablement la OneFlowAir, sorte de Méhari des temps actuels, qui sera commercialisée en premier. Pour rappel la OneFlowAIR devrait être commercialisée autour de 5 à 6000 euros et permettre de couvrir entre 100 et 130 km rien qu’avec l’air comprimé contenu dans le réservoir de 300 litres. Comme sur certains modèles électriques, un moteur d’appoint tournant à régime constant optimal permet en option de recompresser de l’air qui devient alors disponible pour la propulsion. Avec ce mode bi-énergie, la OneFlowAIR est donnée pour 900 kms avec une consommation de moins de 2 litres aux 100 kms.


Noter que MDI continue de commercialiser et de promouvoir l’AirPod partout dans le monde. Après Nice et la côte d’Azur, l’œuf urbain de MDI continue sa carrière et tente de s’attaquer à la métropole lilloise. L’AirPod a désormais son dessin définitif qui a beaucoup évolué depuis sa première apparition. Tout comme le Twizy il appartient à la catégorie des quadricycle légers non polluants et pourrait/devrait séduire les agglomérations soucieuses de diminuer la pollution atmosphérique des centres-villes. Le réservoir se recharge en quelques minutes ce qui en fait un atout non négligeable par rapport à l’électrique, mais il y a aussi la possibilité de le brancher sur une prise de courant ce qui alimente un compresseur intégré.

Reste qu’après 20 ans de travail et de combat, Guy Nègre et son moteur à air comprimé n’est toujours pas pris au sérieux et a encore un très long chemin à parcourir s’il veut convaincre de son efficacité. Gageons que l’industrialisation en Inde d’au moins un véhicule sera un signal fort en ce sens.<:font>

leblogauto.com


Commentaires

Logo de Antoine
Voiture à air : l’arlésienne ?
mardi 31 mai 2016 à 22h42 - par  Antoine

La voiture à air comprimé sera j’espère la priorité d’ici 2020 / 2030, mais la priorité semble être la voiture électrique sans chauffeur...

Logo de nrnmonaco@yahop.fr
Voiture à air : l’arlésienne ?
vendredi 8 novembre 2013 à 15h00 - par  nrnmonaco@yahop.fr

Je rectifie juste quelques trucs .
L’usine de production de Nice est presque terminée la production va démarrer en 2014 tout comme 15 autres en Europe et en Inde Tâta est lui aussi prêt pour la production en janvier
En Europe les premiers véhicules seront l’air pod et la one
Prix de départ 6000€ pour l’air pod
Et 5000 € pour la one