La haine

samedi 25 janvier 2014
popularité : 1%

Par SuperNo

En picorant sur Twitter ces derniers temps, je suis assez stupéfait de voir les tombereaux de haine féroce à l’égard de celle qui porte encore le titre strictement honorifique de “première dame de France”, Valérie Trierweiler. En théorie, je suis pourtant assez mal placé pour la défendre. Je n’ai aucune sympathie particulière pour elle, après tout ce n’est que la énième journaliste politique qui couche avec le sujet de ses reportages, sauf qu’elle a “misé sur le bon cheval” et se retrouve propulsée sous les projecteurs. Je ne la connais pas suffisamment pour affirmer qu’elle l’a fait ou non exprès, peu importe après tout.

Bien sûr, Valérie Trierweiler n’a jamais été “populaire”, comme d’autres ont pu l’être en leur temps. Mais soudain, parce ce qu’un de ces torche-cul qui désormais pullulent (je connaissais Voici, et je découvre effaré qu’il a été cloné à plusieurs exemplaires), et dont le fonds de commerce est de gloser sur les coucheries des “stars” en carton pâte que la télé-poubelle nous fabrique par mégatonnes, révèle que François trompe Valérie avec une obscure actrice, la haine explose. Il n’y a pourtant pas de quoi en faire un fromage. Ce ne devrait être un scoop pour personne, les présidents de la République niquent tout ce qui bouge, et c’est même pour ça qu’ils sont présidents de la République. Ben oui, bandes de naïfs, vous croyez vraiment qu’ils se font élire pour faire “baisser le chômage” ou préparer l’avenir de la France ? Le chômage, tout le monde voit où il en est, quant à l’avenir, ce sera l’objet de mon prochain billet, et c’est carrément la cata.

Non, un politicien, a fortiori celui qui se fait élire président de la République, il est avant tout là pour jouir du pouvoir et de ses attributs. Et les jeunes femmes affriolantes en font partie. Au même titre que les comptes en Suisse ou la voiture qui fait pinpon. C’est pratique, tu fais un discours dans une salle des fêtes au Bourget où tu racontes les pires billevesées, comme quoi tu serais de Gauche et que ton ennemi c’est la finance, tu montes sur la camionnette du syndicat à l’usine Mittal de Florange, et tu es élu. Une fois au pouvoir, tu trahis tout le monde, tu fais une politique de droite, tu signes le traité Merkozy, tu recules l’âge de la retraite, tu laisses fermer les haut-fourneaux de Florange, tu fais payer les cotisations patronales par les salariés, retraités et consommateurs… Et tu te fais une jolie actrice bien plus jeune que toi, qui au vu de ton physique… euh… on va dire quelconque pour rester poli, ne t’aurait jamais accordé le moindre regard si tu avais été plombier. Je n’ai rien contre les plombiers, j’aurais pu dire informaticien, c’était pareil. Tout ça pour dire que c’était un non-événement. Imaginez un peu que Closer ait vendu 500 000 exemplaires à chaque fois que Chirac avait trompé Bernadette… La forêt amazonienne y serait passée !

Et pourtant : la haine ! Même pas vis-à-vis de Hollande directement, notez bien. Après tout, il est tellement impopulaire qu’il ne risque plus de descendre beaucoup. En fait cette haine se cristallise sur Valérie Trierweiler, la cornarde. Et vous connaissez son principal tort : malgré ses cornes, elle ose garder son fameux bureau à l’Élysée, et nous continuons à payer 19 742 euros par mois (et encore, on n’a pas les centimes !) pour entretenir son cabinet. Voici donc l’information la plus importante de France : Valérie Trierweiler coûte au contribuable plus de 19 000 euros par mois alors qu’elle n’est plus rien. Et ce ramassis d’andouilles rances de déchaîner sa haine sur Twitter : “qu’elle se barre, afin que le budget puisse se redresser.” À titre anecdotique, le cabinet de l’ex-première dame, Carla Bruni, dont l’utilité intrinsèque ne devait guère être différente de celle de Valérie Trierweiler, nous coûtait trois fois plus cher. Et n’oublions pas que ce gougnafier de Sarkozy avait osé (il ose tout, etc.) attribuer à l’ex-ex première Dame, Cécilia Sarkozy, une carte bancaire avec crédit illimité tiré sur le Trésor Public. La pauvre choute, elle s’ennuyait, dans son palais, il fallait bien qu’elle se change les idées en allant faire du shopping dans sa mini… Et dire que nombre de ceux qui vomissent Hollande et Trierweiler souhaitent ardemment le retour de Sarkozy. C’est con, un réac. Bref.

Cette révélation arrive au moment précis où Hollandréou vient de jeter définitivement aux orties son masque de “Gauche”, et d’annoncer froidement qu’il allait faire payer aux salariés les cotisations de leur patron, pour un montant de… 30 milliards d’euros par an. Le cabinet Trierweiler nous coûte 19 742*12=236 904 euros par an. Et si ça se trouve ils ont même des primes et un 13ème mois ! Bref, le cadeau patronal de Hollandréou nous coûte donc l’équivalent d’environ 126 000 cabinets de première dame ! Mais curieusement, les réacs n’en parlent pas… Et encore, si on veut être cruel, les 236 000 euros ont permis de créer 5 emplois décents, quoique précaires. Alors que les 30 milliards n’en créeront que marginalement et accidentellement… Il est même probable que lorsque nous diviserons les 30 milliards par l’estimation du nombre d’emplois créés, on trouvera un nombre très supérieur aux émoluments du patron de Total ! Les pourfendeurs de Trierweiler ne sont forcément pas univoques. Mais lorsqu’on lit ces torrents de haine sur Twitter, un profil revient quasi systématiquement : la droite rance. Catho. Qui vote UMPFHaine. Qui souhaite le retour de Sarko ou l’avènement de Marine. Qui se dit patriote et le prouve à l’aide d’un drapeau tricolore dans l’avatar. Cette droite rance qui restait jusqu’ici bien cachée dans l’ombre de son confessionnal, et que l’on a vu jaillir sitôt Hollandréou élu, fédérée autour du “mariage pour tous”, anecdote dont le but principal est de servir de tampon “certifié de Gauche” à ce gouvernement de droite qui ne veut pas dire son nom. “M’enfin, je suis de Gauche, j’ai fait le mariage pour tous”. Ce sont les mêmes qui ressortent en voulant interdire l’IVG et glorifient l’Espagne qui vient de tenter ce saut en arrière dans le Moyen-Âge. Ils le feront peut-être un jour pour exiger le rétablissement de la peine de mort, ou l’obligation d’aller à la messe et d’avoir un portait de Pétain dans toutes les mairies. Car telles sont leurs “valeurs”.

Tout ce qu’Hollandréou a réussi à faire, c’est fédérer cette vieille droite pourrie qui a découvert les joies de la manif sur le pavé, exercice dont elle ignorait tout puisqu’elle laissait les gauchistes se battre seuls contre les mille mesures de casse sociale que nous avons subies depuis 1983. Ah, si, cette droite était allée secouer ses vieilles jambes flétries pour défendre les écoles de moinillons en 1984. Écoles qui au passages nous coûtent un paquet de milliers de cabinets de Trierweiler, juste pour que leurs chères têtes blondes ne se mélangent pas aux têtes prolétariennes brunes et cosmopolites qui ont colonisé les écoles publiques… Désormais, elle descend dans la rue hurler sa haine du pédé, ou alors, affublée d’un bonnet rouge, crier son envie de bouffer du poulet industriel et des choux-fleurs farcis de pesticides. On comprend mieux dans ces conditions le péché originel de Valérie Trierweiler : elle n’est même pas mariée ! Houuuuuu ! Hollande n’a pas amené sa femme à l’Élysée, mais sa maîtresse. Dans ces milieux-là, c’est toujours la honte. C’est marrant, ils étaient au contraire fans de Bernadette Chirac : cette vieille peau qui toute sa vie durant s’est gobergée sur les deniers publics, receleuse sinon complice des magouilles de son mari, et qui n’avait d’épouse que le titre, puisque son mari allait baiser à couilles rabattues tous les soirs avec des femmes qui ne devaient guère lui ressembler. Jamais pourtant ils n’ont remis en cause son statut de “première dame”. Statut ridicule et d’ailleurs inexistant, tout le monde en convient. En France, toutes les premières dames, même celles qui se piquaient d’être des intellectuelles sur le mode “Ah non, je ne me contenterai pas d’être une potiche !”, ont fait exactement la même chose : sourire sur les photos et visiter des orphelinats. Et quand on a envoyé l’une d’entre elles libérer des infirmières bulgares, on a bien compris que c’était grotesque et que ce n’était pas son boulot.

On cite souvent l’exemple de Monsieur Merkel, que personne ne connaît, qui n’est sur aucune photo, ne va jamais aux sommets internationaux, et qui continue à travailler de son côté. Le couple vit d’ailleurs chez lui. On pourrait certainement appliquer cette méthode en France. Sauf que la France n’est pas l’Allemagne, et que vous trouvez toujours des Voici ou des Closer pour aller faire chier la première dame en question, et que l’État devra de toute façon payer des flics pour la protéger, elle et leurs enfants, des connards de la droite rance ou autres tarés qui voudraient immanquablement leur faire la peau, engendrant des coûts pour l’État qu’on ne manquerait pas de leur reprocher. Donc Valérie Trierweiler est première dame sans être mariée. Pêché mortel. Son “compagnon” se dit de gauche (à défaut de l’être). Elle a un air hautain. Elle nous coûte 19 742 euros par mois, le budget n’y survivra pas. Elle est cocue et reste quand même. Bon, c’est un peu léger, comme dossier à charge. Et il n’y a là rien a priori pour susciter tant de haine. Alors si la vérité est insuffisante, il suffit d’arranger la vérité. C’est le rôle de la rumeur, et ça tombe bien, c’est la spécialité de la droite rance. Une première salve a été tirée dès mai 2012. On a d’abord dit qu’elle n’était pas divorcée de son ancien mari, Denis Trierweiler. Dont elle a gardé le nom, c’est quand même une preuve. Ben non, raté, elle a vraiment divorcé. Ensuite, Trierweiler, elle ne serait pas juive ? Car la vieille droite rance, comme Dieudonné, affectionne les complots judéo-maçonniques. Pas de chance, elle s’appelle Massonneau, ce qui fait nettement plus vendéen que yiddish… Et je ne sais pas si son mari est juif, en tout cas il est d’origine alsacienne, d’où le nom à coucher dehors. Certains disent “La Trierweiler”, comme on disait “La Pompadour”, pour marquer encore davantage leur mépris.

Oui, mais Massonneau, son grand-père était banquier, encore une héritière, hein ? Car la vieille droite rance n’aime les héritières que si elles sont de droite. Et là encore, pas de bol : la banque Massonneau a été vendue bien avant la naissance de Valérie, qui a vécu… en HLM. Une enfance “normale”. Pas dans un quartier privé de Neuilly ou du XVIème arrondissement de Paris, suivez mon regard. Ah oui, mais ils ne paient pas l’ISF ! Pourtant, elle doit être farcie de pognon, non ? Même pas. Contrairement à ces politicards qui profitent de leurs fonctions pour s’en mettre plein les fouilles sur les deniers publics (ou, variante, en donnant des conférences pour Goldman Sachs, je ne vise personne), son patrimoine est inférieur à 300 000 euros. Comme tout le monde ou presque. Oui, mais elle n’est pas mariée, et pourtant elle prend l’avion à nos frais dans tous les voyages officiels ! C’est ça, et Sarkozy, il était marié avec Balkany ? Non ? Alors pourquoi il l’a emmené dans tous ses voyages au bout du monde, alors ? Bon, il y a bien eu ce tweet malheureux pour soutenir son ami Falorni contre son ex-rivale. C’est vrai, c’était petit. Mais pour positiver, ça dénote une fidélité en amitié pour celui qui abritait leurs amours clandestines quand elle n’était encore que la Julie Gayet de l’époque, et on doit lui reconnaître un caractère et une indépendance d’esprit peu communs, Ça change certes d’Anémone Giscard d’Estaing… Et puis ça a permis de clouer le bec béant de cette prétentieuse ridicule de Royal qui s’était auto-attribué le “fief” de La Rochelle, simplement parce qu’elle le valait bien. Rien que pour ça, elle mérite le respect. Depuis lors, c’était plutôt le calme plat. De photos officielles en visites d’orphelinats, ça ronronnait, pendant qu’Hollandréou prenait les coups. Qu’au passage il avait bien mérités.



Et donc voici Julie Gayet. Coup de pied dans la fourmilière “journalistique”. Et la droite rance qui reprend son élan : qu’est-ce qu’elle fout encore à l’Élysée, la cocue ? Elle nous coûte 19 742 euros par mois, vous vous rendez coooooooooompte ? Il existe en France des sites parodiques dont certains sont hilarants et très bien réalisés comme Le Gorafi, ou alors bien plus lourdingues comme Mediamass. Tenez, Mediamass raconte ici que Valérie Trierweiler serait la journaliste française la mieux payée, et qu’elle aurait gagné en 2013… 82 millions d’euros ! En principe, l’esprit critique d’un enfant de 3 ans devrait largement suffire à comprendre qu’il s’agit d’une blague. Ben non. Le neuneu de droite n’a pas encore atteint ce niveau. Prototype de l’imbécile heureux, il retweete l’info. C’était en novembre dernier. Je l’ai pris au hasard, car il a une belle tête de vainqueur, mais des mecs dans son genre il y en a des paquets. Les rumeurs sont tout à fait capables de se répandre spontanément. C’est ainsi, je connais en Lorraine quelques vieilles dames qui restent persuadées que c’est bien la mère du petit Grégory qui l’a noyé, que c’est bien Patrick Dils qui a massacré les deux gamins de Montigny-Les-Metz ou que Jack Lang est un pédophile notoire. Même si dans ces trois affaires la justice a eu tout le temps d’enquêter sérieusement, et affirme le contraire. Mais dans tous les cas, elles connaissent quelqu’un qui le leur a dit, le tenant de quelqu’un d’autre qui connaissait bien le beau-frère ou le cousin du voisin qui en a la preuve. Enfin, c’est ce qu’il a dit. Mais c’est pas un menteur, hein ? Et moi, hein, tu me connais, hein ? Tu me traiterais pas de menteuse, quand même ? Mais les réseaux sociaux, en particulier Twitter (je refuse de connaître Facebook) ont amplifié le phénomène jusqu’au paroxysme. Il suffit qu’un abruti balance n’importe quoi pour que cette ânerie soit potentiellement répétée et amplifiée à l’infini.



Aujourd’hui, le même âne, guignol de sarkozyste caricatural suivi tout de même par plus de 3 000 neuneus, et qui justifie son pseudo et sa haine pour Hollande par le fait qu’il ait osé prendre un avion privé pour son premier voyage de Tulle à Paris (Il est vrai que Sarkozy n’avait pas eu le même problème, même s’il n’était pas venu en métro de Neuilly au Fouquet’s, c’est pourtant direct…), twitte et retweete les saloperies de la droite rance, contre le mariage homo, l’IVG, les Femen, et les politiciens socialistes, surtout s’ils ont un nom arabe. Par contre il défend assidûment Balkany et les thèses libérales. Gros niveau. À ce titre, il fait naturellement partie des acharnés contre Valérie Trierweiler, et twitte tout ce qui conforte les certitudes de son cerveau malade. Car comme d’habitude, la réalité n’étant pas assez spectaculaire pour eux. Alors, on brode, sur le mode “théorie du complot”, accrédité par les conditions étranges de l’hospitalisation de Valérie Trierweiler. Bon, c’est sûr, apprendre son cocufiage devant la France entière qui se marre, c’est terrible. Demandez à Sarkozy. Mais ce n’est pas tout. Elle a d’abord appris que Julie Gayet était enceinte. De 4 mois précisément. Ce Hollande, trop maladroit ou trop radin pour mettre une capote ! Pas de bol, rumeur démentie. Mais c’est sûr, Trierweiler a été hospitalisée pour qu’elle ne parle pas. C’est vrai, elle en aurait, des trucs à dire. Il baise mal, il a une petite bite, et il pue des pieds, un truc dans le genre. Alors forcément, il l’a droguée pour la faire taire, et il la retient prisonnière, d’abord à l’hosto, puis maintenant à la Lanterne (c’est encore nous qu’on paye !) Et puis surtout, c’est que cette furie a tout pété dans le bureau présidentiel. 3 millions d’euros de dégâts très exactement !


On a vu tout à l’heure comment il était fort en chiffres, notre neuneu. Là, je prends un autre neuneu à drapeau et tête pleine d’eau : pareil. 3 millions d’euros de dégâts dans un bureau, même présidentiel, ça ne le choque pas. Il retweete, tout content de lui. Et comme l’ont fait des milliers d’autres imbéciles heureux, fâchés avec les chiffres, et que l’exigence de vérité ne semble guère tourmenter tant qu’ils peuvent crier leur haine. 3 millions d’euros ? La salope ! Ah c’est bien une socialiste, ça ! Et le fait que la supercherie ait été démontée ne les arrête pas : certains continuent à la retweeter, robots ridicules. Le même neuneu à drapeau récidive, il y a quelques heures… Je suppose qu’il attend toujours Grouchy… Je ne sais pas s’il faut trouver une morale à ces torrents d’insondable stupidité, à cette haine débordante et incontrôlée. En fait, en lisant les vociférations de ces épais connards (et connasses, il y en a aussi), je pensais à ces pages du livre de Gilles Perrault “Le pull over rouge”, (passage ci-dessous) qui soutient la thèse de l’innocence de Christian Ranucci, condamné à mort et guillotiné en 1976 pour le meurtre d’une petite fille. Malgré les zones d’ombre de l’enquête, Giscard, niqueur compulsif lui aussi, lui refusera sa grâce pour préserver sa cote de popularité... La scène se passe au moment du verdict de mort, devant la cour d’assises où les parents de cette engeance brune, nos sarkolepénistes actuels, attendaient leur heure. Beurk !

pull over rouge

superno.com


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info