Travailler plus pour travailler tous ?

reçu d’Alternatives Economiques
vendredi 8 juin 2007
popularité : 1%

Travailler moins et gagner plus

Prétendre qu’on ne pourrait gagner plus qu’en travaillant plus, c’est accréditer l’idée que les gains de productivité ne peuvent plus être mobilisés !

L’éditorial de Philippe Frémeaux

Nicolas Sarkozy l’a martelé durant la campagne présidentielle : ce n’est qu’en travaillant plus qu’on parviendra à travailler tous. Ce discours se veut d’abord une démarche morale. Il s’agit de remettre au premier plan les valeurs du mérite, de l’effort et de sa juste récompense. Un message destiné à tous ceux qui travaillent durement pour un maigre revenu et qui estiment, à tort ou à raison, que ceux qui vivent de l’assistance ou de la débrouille s’en sortent presque aussi bien qu’eux. Un message qui a su séduire également bien des retraités qui pensent que les actifs d’aujourd’hui ne travaillent plus autant qu’eux hier et craignent donc pour l’avenir de leurs pensions…

Un des paradoxes français tient au fait que loin d’être des feignants, les Français travaillent pourtant plutôt plus que les autres. Le nombre hebdomadaire d’heures travaillées est supérieur à celui observé dans les pays européens les plus développés, et l’intensité et l’efficacité du travail français sont particulièrement fortes. Cette forte intensité s’accompagne d’une forte concentration de l’emploi sur les 25-55 ans, une situation qui n’est ni économiquement ni socialement souhaitable et qui constitue une forme de partage du temps de travail, entre ceux qui travaillent et ceux qui chôment. Dans ce contexte, l’objectif que s’est fixé notre nouveau président d’accroître la quantité de travail ne sera porteur de progrès économique et social que s’il parvient à convertir le travail supplémentaire en emplois de qualité pour tous.

Affirmer la nécessité de travailler plus renvoie également à l’idée que le travail n’est pas un gâteau à la taille immuable et que c’est d’abord en le développant qu’on créera des emplois. Croire que la quantité de travail serait un stock fini qu’il s’agit de partager est évidemment une idée stupide. Et aucun économiste, y compris parmi les plus ardents défenseurs des 35 heures, ne le prétend. En revanche, considérer que la croissance devrait avoir pour objectif central d’augmenter le nombre d’heures travaillées contredit l’idée même de progrès économique.

Un salarié travaillait en moyenne 150 000 heures durant sa vie active au début du siècle dernier ; il y consacre un peu plus de 60 000 heures aujourd’hui, plus de deux fois moins. Cette évolution a été rendue possible grâce aux fantastiques grains de productivité réalisés en un siècle. Ils nous ont permis de gagner beaucoup plus tout en travaillant beaucoup moins. Poursuivre dans cette voie devrait être la priorité assignée à tout système économique. Prétendre qu’on ne pourrait gagner plus qu’en travaillant plus, c’est accréditer l’idée que les gains de productivité ne peuvent plus être mobilisés ! Une vision de l’emploi tout autant statique que celle prêtée aux défenseurs du partage du travail. Sauf à considérer qu’il serait désormais légitime que le bénéfice des gains de productivité soit réservé aux plus riches, actionnaires ou managers à stock-options.

L’enjeu est au contraire de continuer à engranger un maximum de gains de productivité au bénéfice de tous. Tout en agissant pour favoriser une meilleure adéquation entre offre et demande sur le marché du travail, afin de permettre à tous ceux qui souhaitent travailler de le faire.

n° 259 : Sommaire détaillé
3,80 euros, en kiosque et vente en ligne

Site : www.alternatives-economiques.fr


Commentaires

Logo de francois plassard
Travailler plus pour travailler tous ?
jeudi 21 février 2008 à 21h09 - par  francois plassard

A croissance nulle du PIB, l’homme de la rue comprend que si une entreprise embauche par croissance de son chiffre d’affaire, une autre débauche d’autant .
Or que nous apprend la croissance de 1990 à 2000 : 777 000 emplois créés pour 18% de croissance cumulée (1,8%/an)( chiffre livre Derruder Holbeck : les 12 mensonges de l’économie)
Soit 43 000 emplois par point de croissance ! calcul certificat d’étude : combien faut il de croissance pour absorber 4,3 millions de chomeurs ?
Il faut 100 point de croissance, qui réparti sur 5 ans fait 20 % de croissance par an ! Bonjour l’écologie !
On nous disait bien autrefois que "en deça de 3% la croissance ne mordait pas sur le chomage" !
Ne pas se tromper de question :
Jacky Fayolle ancien directeur de l’IRES (Institut de recherche economique et social ) évalue de 120 à 170 milliards d’euros le transfert des revenus du travai (les salariés ) vers les revenus du capital (les actionnaires) (le monde diplo janvier 2008). Les revenus du travail ont baissé de 17% quand les revenus du capital ont augmenté de 22% !(René Passet)
Ainsi le Contrat Social qui est aussi et surtout un equilibre entre Travail et Capital ( 30 glorieuse) a été changé ces 30 dernieres années apres les trentes glorieuses, sans débat au sein des partis ! Les comptes de la Secu et des retraites font petites mines face à ces chiffres !
Le temps libre libéré par les robots, au lieu de se transformer en temps choisi pour tous et en qualité de la vie, est devenu du temps libre subi et sans revenu pour les exclus de l’emploi !
Une société duale où ceux qui "perdent leur vie à vouloir la gagner" cotoient au quotidien des hommes sans revenu parce que sans travail ! Quel manque à gagner pour les entreprises et absurdité qui nous met en posture sociale de 1929 ou de 1848 !
Cynisme , au lieu de remercier les chomeurs de permettre aux autres de travailler (gains de productivité records au prix de leur santé )par non partage du temps libéré,au lieu de les reconnaitre comme pionniers par force de la recherche de "baisse de l’empreinte écologique" en inventant un nouvel art de vivre, ils sont culpabilisés et "sans voix" dans les débats de société. Et la part de leur poids d’assistance dans le PIB ne fait que baisser. Le RMI qui représentait 2,3 heures de Smic horaire en 1989, ne représente plus que 1,8 heures de SMIC aujourd’hui. La moitié même ne sont plus indemnisés !
francois Plassard
Un chômeur sénior qui avec 700€ de revenu par mois produit de la richesse non visible dans le PIB à travers la démarche eco hameau qui n’interesse pas les politiques du logement ! L’autoconstruction meme partielle cela ne fait pas de la croissance du PIB mais cela fait pourtant baisser le taux de baisser de CO2 et de dette du pétrole !Et des maisons pour des insolvables !
F.P
auteur de l’experimentation réussie en Rhône Alpes de 1992 à 1996 (puis en Italie aidé par l’Europe) sur le "cheque du temps choisi pour partager le travail autrement" qui n’a interessé aucun parti ni federation associative !

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois