Les savons antibactériens ne sont pas meilleurs que les savons ordinaires

jeudi 17 septembre 2015
popularité : 1%

Une étude de la Korea University de Séoul publiée mercredi démontre que les savons antibactériens ne sont pas plus efficaces qu’un savon classique pour se désinfecter les mains.

Publiés dans The Journal of Antimicrobial Chemotherapy, les résultats des scientifiques sont étonnants. Ils ont examiné les effets du triclosan sur les bactéries, l’antiseptique le plus courant dans les savons antibactériens. Les chercheurs ont testé cet ingrédient chimique sur 20 souches de bactéries, puis sur 16 volontaires adultes. Ils ont ensuite comparé l’efficacité du triclosan et des savons ordinaires sur les microbes situés sur les mains des patients, lors d’une utilisation avec de l’eau.

Aucune différence pour se laver les mains

Au total, "il n’y a aucune différence significative entre les effets bactéricides d’un savon ordinaire et ceux d’un savon antibactérien lorsqu’on les utilise dans les conditions de la vie réelle", selon l’étude. Si ce n’est, concèdent les chercheurs, que le triclosan l’emporte nettement... au bout de neuf heures en laboratoire, mais pas après le court laps de temps consacré à un lavage des mains dans la vie quotidienne.

Le triclosan, un ingrédient du quotidien

Le triclosan est un agent bactéricide utilisé de longue date dans de nombreux produits d’hygiène (savons, dentifrices, déodorants...) et cosmétiques.

Vers une restriction du triclosan ?

"Des millions de consommateurs aux États-Unis utilisent des savons antibactériens pour se laver les mains ou le corps, dépensant près d’un milliard de dollars par an", notent les chercheurs. Ils en attendent une protection contre les agents infectieux pathogènes supérieure à celle conférée par les savons ordinaires, regrettent les auteurs.

Après la parution d’études liant le triclosan à des cas de résistance aux antibiotiques et de dérèglements hormonaux, les autorités sanitaires américaines ont décidé de réexaminer son innocuité.

rts.ch


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Nouvelle convocation José Bové au tribunal d’instance

samedi 8 décembre 2007

Reçu du "Collectif des faucheurs Volontaires Rhône-Loire"

José se retrouve à nouveau devant la JAP lundi 10 décembre au matin, il faut à nouveau tous être présents pour soutenir la fin de toutes les condamnations contre les militants anti-OGM.

RAPPEL :

Lundi 12 novembre, José Bové est ressorti libre du bureau de la juge d’application des peines du tribunal de Millau. La magistrate et le porte-parole des Faucheurs volontaires ont discuté de la façon dont celui-ci pourrait accomplir la peine que lui a infligée la cour d’appel de Toulouse le 15 novembre 2005 : quatre mois de prison ferme, en tant que récidiviste, pour avoir participé au fauchage d’un champ de maïs transgénique le 25 juillet 2004 à Menville (Haute-Garonne).

En droit, la juge pouvait placer M. Bové sous bracelet électronique, mesure que le leader paysan avait par avance rejetée. Ce refus aurait pu justifier sa mise en détention immédiate. Selon son avocat, Me François Roux, José Bové a indiqué qu’il acceptait un aménagement de sa peine, qui pourrait prendre la forme de "jours amendes". La juge l’a convoqué le 10 décembre, pour un débat contradictoire avec le procureur.

cactus pubis

samedi 24 novembre 2007

Au poil !

Un cactus sur lequel poussent des poils pubiens ?

Voilà qui ne manque pas de piquant. Cette œuvre conçue par Laura Cinti est l’une des pièces phares du Festival international des sciences d’Edimbourg, en Ecosse. Pour réaliser The Cactus Project, l’artiste “transgénique” dit avoir introduit du matériel génétique humain dans le génome d’une cactée.

En 2000, l’artiste brésilien Eduardo Kac avait déjà exposé un lapin transgénique vert fluorescent, doté d’un gène de méduse. Si le directeur du Scottish Arts Council – l’ancien évêque d’Edimbourg – a quelques réserves en ce qui concerne la manipulation d’animaux, l’œuvre de Laura Cinti ne lui pose pas de problème éthique. “Faire pousser des poils pubiens sur un cactus ne fait de mal à personne”, estime-t-il.

courrierinternational