Bil’in : la victoire de David l’anarchiste sur Goliath le colon

de Manon
mercredi 12 septembre 2007
popularité : 1%

par Michel Warschawski

En complément à l’article, un reportage-vidéo sur ARTE qui ont payé : « la barrière de séparation près de Bil’in sera déplacée. » A l’intérieur, dans l’article, le titre est encore plus éloquent : « La bataille de la barrière : l’État a perdu à Bil’in. »

Sauf pour la qualification erronée de « manifestations violentes » puisqu’il s’agissait en vérité d’un combat stratégiquement basé sur la non violence, le sentiment des rédacteurs de droite du Maariv sont partagés par les centaines d’habitants de Bil’in qui ont organisé un rassemblement de la victoire dans le village, immédiatement après la publication de la décision de la Cour suprême : une victoire de David contre Goliath. Ensemble, avec quelques dizaines de militants israéliens et internationaux, ils ont dansé et chanté pendant des heures dans la grande rue du village et sur le fameux chemin qui mène du village à la barrière. Ils ont fêté la victoire d’un combat populaire contre un appareil militaro-colonial puissant, organiquement associé à une bande de voleurs qui ne respectent même pas les règles (illégales) de cet appareil.

La mobilisation de Bil’in n’est pas le seul combat contre la confiscation des terres et la colonisation. Cependant, elle est devenue la plus emblématique grâce à la combinaison de plusieurs éléments : la détermination des villageois, la créativité de leur comité populaire local, la nature organique de la coopération entre Palestiniens, Israéliens et internationaux, le rôle actif des « Anarchistes contre le mur » et la capacité à s’adresser aux gens du pays comme à l’opinion publique internationale par les médias. Le fait que chaque semaine, le vendredi après-midi, une petite centaine de militants se retrouvaient et manifestaient à la barrière à Bil’in a permis de maintenir Bil’in au cœur de l’actualité, non seulement pour les médias mais, ce qui est plus important, pour le mouvement de solidarité israélien. Comme dans les années 90 où, chaque vendredi, nous avions l’habitude de dire, « Je vais au rassemblement des Femmes en noir », ces trois dernières années, des centaines de militants israéliens ont inscrit la manifestation de Bil’in sur leur agenda hebdomadaire.

Tout aussi emblématique est le fait qu’il y a eu une matérialisation sur le terrain du triangle indispensable que nous avions mis en avant à la conférence de Bilbao en 2003 : la résistance palestinienne, la coopération israélienne et la solidarité internationale. Cette articulation triangulaire doit être au cœur de toute stratégie de résistance contre l’occupation et la colonisation, partout, en Israël/Palestine comme à l’étranger. Une leçon qui doit être gardée à l’esprit par le mouvement national palestinien aussi bien que par le mouvement de solidarité. Pour ce qui est des Anarchistes et de leurs homologues dans les territoires palestiniens occupés, ils n’ont pas besoin d’apprendre cette leçon : le combat à Bil’in confirme qu’il est une composante de leur vision du monde, de leur politique et de leur stratégie.

Alternative Information Center (AIC)

Anarchistes cisaillant une barrière

Un mot d’éloge pour l’activité des « Anarchistes contre le mur »

L’une des seules satisfactions, ces dernières années, dans ce qu’on appelle le camp de la gauche israélienne contre l’occupation est l’apparition des « Anarchistes contre le mur ». A part la Coalition des Femmes qui déploie de grands efforts pour garder la tête hors de l’eau, tous les autres mouvements ont pratiquement cessé d’exister (comme Gush Shalom et Ta’ayush) ou, dans le meilleur des cas, ont perdu au moins la force dynamique qui les caractérisait il y a quatre ans. Je parle naturellement des mouvements et non pas des partis politiques ou des ONG pour lesquels il faudrait une discussion séparée.

Les « Anarchistes contre le mur » sont un mouvement jeune – premier avantage – et un mouvement actif – second avantage – qui réussit à entraîner, par ses initiatives et ses actions hebdomadaires contre le mur de ségrégation, le reste des autres groupes et leurs « réfugiés ». Qu’ont donc ces « Anarchistes contre le mur » qui les transforme en cet acteur combatif et énergique que nous connaissons ? Premièrement, un perception très saine de ce qui est bien et de ce qui est mal ; un sens que leur a permis, bien avant les autres, d’identifier le mur comme un symbole du mal de l’occupation, et en général, du mal de cette période mondiale qui se construit sur des murs et l’apartheid. Deuxièmement, une volonté de sacrifice et la capacité de surmonter leurs craintes (y compris la peur de nos calomniateurs et détracteurs), ce qui nous paralyse par moment. Troisièmement, un contact franc avec les jeunes Palestiniens de leur âge qui permet une coopération beaucoup plus « cool » que celle que nous avons connue à la génération précédente, quand la coopération palestino-israélienne nécessitait de longues journées de discussion et des accords politiques.

On prétend parmi les militants de la vieille gauche qu’ « ils n’ont pas d’idéologie » et en plus qu’ « ils ne savent même pas ce qu’est l’anarchisme ! ». C’est bien possible. Cependant, au lieu d’adopter cette attitude condescendante, ces mêmes militants devraient plutôt s’interroger eux-mêmes (en réalité : nous-mêmes – car j’appartiens certainement à cette catégorie politico-générationnelle) : pourquoi la vieille gauche n’a-t-elle pas eu la capacité d’apporter une réponse et un cadre idéologique à la génération qui suivait ? Pourquoi la génération des « Anarchistes contre le mur » ne se voit-elle pas elle-même - pour la plupart d’entre eux - comme le prolongement de ce qui existait avant ? Cet espace entre les générations n’est pas spécifique à Israël, et on peut trouver dans tous les coins du monde ce qui caractérise la nouvelle génération de militants politiques israéliens. Pourtant, il y a une différence importante : dans les autres parties du monde, ou au moins dans la plupart, la génération des vétérans a su donner une place centrale à la nouvelle génération de jeunes filles et de jeunes hommes militants.

Ce n’est pas le cas avec nous. A la suite de la manifestation centrale contre la guerre au Liban, l’été dernier, il y a un an exactement, je faisais observer à la coordination des organisations contre la guerre et dans des articles publics ce fait ridicule et triste : à la tribune, se tenaient des vétérans et ils faisaient des discours sur la première guerre du Liban, et non des représentants des militants d’aujourd’hui, au premier rang des luttes actuelles contre la guerre et l’occupation. A la place des « refuzniks » de la seconde guerre du Liban, par exemple, on voyait l’un des dirigeants de Yesh Gvul de 1982 sur la scène ! Ces gens refusent de quitter le devant de la scène – j’écris le devant de la scène et non pas toute la scène, car ils ont/nous avons encore beaucoup à faire pour participer, comme simples soldats ou, quelquefois, comme ayant une riche et même une magnifique expérience.

Des facteurs creusent le fossé avec cette jeune génération que « les Anarchistes contre le mur » symbolisent si bien : contrairement à leurs prédécesseurs, ils ne prennent pas ombrage et n’essaient pas de se battre pour prendre leur place légitime à ces mêmes tribunes ou dans les réunions interminables de la coordination, ils préfèrent prendre leur distance d’eux-mêmes, en tant que mouvement, à l’égard de « la politique des vieux » et mener leurs campagnes eux-mêmes, sans lien organique ou idéologique avec l’ensemble du mouvement.

Une honte, une véritable honte, mais nous ne pouvons pas nous en prendre à eux, simplement à nous-mêmes. Il y a deux choses que nous devrions essayer d’apprendre : d’abord, ce qu’est la nouvelle politique de la génération Seattle et Bil’in. Elle n’est pas la même que notre politique, ni dans sa forme, ni dans ses motivations : la leur ne repose pas sur la tradition et ils accumulent une expérience verticale mais sur une expérience internationale horizontale ; elle ne provient pas d’un codex constitué sur plus de 150 ans définissant les frontières entre le bien et le mal, le juste et l’injuste dans les luttes de la Révolution française, de la Commune de Paris, des révolutions du 20è siècle et dans le combat contre le fascisme, elle découle de sentiments personnels profonds qui généralement ne manquent pas leur cible. Ils manifestent parce que leur conscience exige de manifester et cette boussole de leur conscience est presque la seule qui les dirige dans l’action.

Elle ne prend pas non plus en considération les avis d’une « opinion publique flottante ». Non seulement la politique de nos anarchistes n’a aucun tabou dans les choix de ses mots d’ordre (avec quelle aisance ils clament « Nous ne tuerons pas et nous ne mourrons pas sur l’autel du sionisme ! »), mais ils ne prennent pas davantage en considération les tabous de leurs partenaires dans la lutte, lesquels, contrairement à eux, ont peur de ce qui va être écrit dans la presse (qui dans tous les cas en écrit de moins en moins) ou de ce que les députés de la Knesset du Meretz ou les réfugiés de la Paix maintenant vont penser… lesquels, de toute façon, se voient contraints de défiler avec ces mêmes anarchistes.

Je ne sais pas si toutes ces particularités de la politique de la nouvelle génération sont bonnes pour notre combat, et si cette expérience historique à laquelle ils ne prêtent aucune attention peut servir à améliorer notre combat. D’un autre côté, je sais parfaitement qu’elle ne les intéresse pas et qu’ils mènent leurs combats sans en tenir compte. De là, il y a une seconde leçon que nous devrions apprendre : plus de modestie et moins d’attitude condescendante nous aideraient à comprendre non seulement pourquoi nous ne réussissons pas à « passer le flambeau » à la génération qui vient après nous - et qui est obligée de rallumer la flamme elle-même - mais aussi ce qu’est un militant dans ce monde du 21è siècle, et auparavant, quels défis sont posés au mouvement social que tous, nous voulons renforcer et voir réussir.

N’était-ce pas l’objectif des différents forums sociaux – du Forum social mondial aux forums à thèmes, forums régionaux et locaux – qui sont parvenus à monter des plateformes pour des débats horizontaux et des stratégies, des plateformes multidisciplinaires, mais aussi pluri-générationnelles ? La réussite des forums sociaux a été rendue possible seulement grâce à une révolution culturelle d’une sorte la plus profonde, d’une génération plus ancienne, et à cette volonté des génération d’apprendre une nouvelle praxis de démocratie, à la fois d’actions et de débats. Sans cette révolution, il est plus que certain que la jeunesse de Seattle et Gênes ne serait pas parvenue à la création, par nous tous, d’un anti-Davos et un anti-Porto Allegre.

Ici, en Israël, la révolution culturelle est toujours devant nous. Et jusqu’à ce qu’elle soit là, nous devons apprendre la modestie et la capacité à écouter, aller manifester à Bil’in et à Kfar Shalem, au check-point d’A-Ram et à Abu Dis, derrière les Anarchistes qui s’écrient « Derrière nous » et qui ouvrent la voie vers un nouveau combat contre l’occupation et vers une véritable coopération entre les peuples de la terre.

Michel Warschawski

Traduction : JPP

Article imprimé à partir du site de la Campagne Civile Internationale
pour la Protection du Peuple Palestinien


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois