Nuit Debout et Finkielkraut… le peuple et les élites !

lundi 25 avril 2016
popularité : 1%

Par Frédéric Lemaire et Julien Salingue

Indignation générale : Alain Finkielkraut se serait fait « expulser », selon ses propres termes, de la place de la République où se tenait une assemblée générale du mouvement Nuit Debout. Et l’académicien d’expliquer qu’« on a voulu purifier la place de la République de sa présence ».

Dans la foulée, les médias dominants se sont empressés de reprendre à leur compte la version des faits présentée par Alain Finkielkraut. Pourtant d’autres témoignages, ainsi que des vidéos filmées sur place, montrent que les événements ne se sont pas exactement passés ainsi. Peu importe : la machine médiatique s’est déjà emballée, et auto-entretient un torrent de commentaires indignés et de débats faussés… Énième expression des solidarités de caste à l’œuvre dans l’éditocratie, dont nombre de représentants ne semblent s’intéresser aux mobilisations sociales que lorsqu’il est question de délégitimer ces dernières.

Quel entrain ! On aurait aimé que, par exemple, les violences policières commises au cours des dernières semaines soient elles aussi l’objet d’une telle attention ! Mais malgré nos recherches, nous n’avons guère trouvé de « sondages » demandant au public s’il était « choqué par les violences policières », ni de tweets indignés d’éditorialistes « choqués », et encore moins de questions posées aux responsables politiques quant à leur opinion, non sur les « violences » des manifestants, mais sur celles commises par les forces de police. De toute évidence, il y a « violence » et « violence », et l’éditocratie est beaucoup plus prompte à s’indigner, à protester et à médire lorsqu’un philosophe médiatique ou une chemise sont pris pour cibles par des mouvements de contestation sociale que lorsque les classes populaires ou les militants sont victimes de la violence, qu’elle soit patronale ou d’État. Les solidarités de caste sont décidément omniprésentes au sein d’une éditocratie qui n’hésite pas à condamner ou à moquer les solidarités de classe en raillant, par exemple, celles et ceux qui se mobilisent contre la Loi El Khomri alors qu’ils ne seraient « pas concernés ».

Ce bref tour d’horizon des réactions à l’« expulsion » d’Alain Finkielkraut montre le caractère disproportionné et biaisé du traitement médiatique dont elle a fait l’objet. Il n’est probablement pas, dans tous les cas du moins, le résultat d’une volonté délibérée de nuire à Nuit Debout. Mais toujours est-il que, pour certains responsables politiques et éditorialistes, cet emballement est du pain bénit : l’occasion de dénoncer le prétendu « sectarisme » des participants des rassemblements Nuit Debout, dont le succès agace autant qu’il interroge. Cet emballement est d’autant plus visible qu’il met en valeur la sous-information chronique sur le mouvement (et en particulier ses déclinaisons hors de Paris), son existence et ses revendications, et d’une « surinformation » sur les moindres incidents « en marge du mouvement », comme les médias le disent eux-mêmes. Certains s’inquiètent de la liberté d’expression d’Alain Finkielkraut, se posant soudain en gardiens d’un pluralisme dont ils n’ont cure le reste de l’année, quand ils ne s’en prennent pas directement à celles et ceux qui osent s’exprimer dans les médias alors que la parole ne leur est jamais donnée.

Qu’ils se rassurent : depuis les sombres événements de samedi soir, Finkielkraut a eu l’occasion de plaider sa cause dès le lendemain dans l’émission d’Elisabeth Levy « L’esprit de l’escalier », en partenariat avec Radio RCJ et Causeur, et il est intervenu lundi, au micro de la matinale de France Culture. Et ce n’est probablement qu’un début…

Frédéric Lemaire et Julien Salingue

Post-Scriptum : Parait que Finkieelkraut ne peut pas s’exprimer, sauf sur Europe 1, RTL, France Inter, TF1, France 2 et 3, Le Monde, Libération, Le Nouvel Obs… enfin bref, sur tout ce que ce pays compte de journaux, télé et radio appartenant à cette petite élite solidaire de notre philosophe !

2ccr.unblog.fr


Commentaires

Logo de PHILIPPE
Nuit Debout et Finkielkraut… le peuple et les élites !
vendredi 29 avril 2016 à 18h43 - par  PHILIPPE

Finkel s’est assez exprimé dans sa vie, il ferait bien à présent de la fermer
ce pauvre martyr. On l’a assez vu et entendu.

Site web : Au dodo

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois