Une arnaque un peu téléphonée

dimanche 3 juillet 2016
popularité : 2%

Par Dominique Simonnot

C’est un chouette « service » gentiment fourni par Orange, Bouygues ou SFR. Il permet d’acheter des films ou des vidéos sur Internet, le prix de l’abonnement s’ajoutant à la facture téléphonique et étant débité en même temps. Problème, le service, nommé « Internet+ », est assez espiègle : il est capable de s’activer tout seul. Du coup, la plupart du temps, le client l’achète sans le savoir. Un clic par-ci sur un vidéo, un autre par-là, et tac ! Abonné pour l’éternité contre 19,96 euros par mois ou 5,95 la semaine, selon les sites.

Innocent, insouciant ou confiant, l’abonné involontaire ne s’en rend compte qu’au bout de quelques semaines, voire de quelques mois, lorsque lui vient l’idée saugrenue d’examiner sa facture à la loupe. Il y détecte alors des débits incompréhensibles, sous le vocable « autres ». Très explicite ! Il lui suffit d’un coup de fil étonné au service client de son opérateur pour s’entendre dire : « Vous êtes abonné à un site de vidéo à la demande ! » Cette audacieuse arnaque fait l’objet, sur les forums en ligne, de centaines de protestations indignées. Après des appels répétés au service client, vient le « geste commercial » : un « remboursement » de quelques dizaines d’euros. (Qu’il faut strictement surveiller sur sa facture, parce qu’il n’arrive pas toujours dans les délais annoncés…) Destiné à calmer les mécontents, ce « geste » est aussi la preuve que rien n’est réglo et que l’opérateur le sait parfaitement, même s’il prétend avoir mis en place toutes les mesures de sécurité possibles.

Heureusement, l’Association française du multimédia mobile, dont le rôle est de « mettre à jour les chartes déontologiques des contrats opérateurs/éditeurs », assure veiller au grain. Sauvés ? Pas tout à fait : contrairement à ce que laisse croire l’apparente neutralité de son nom, l’association n’est rien d’autre qu’une émanation des trois grands opérateurs (chez Free, moins indélicat, Internet+ n’est activé que sur demande expresse). Avec pareil déontologue, le bizness peut continuer tranquillement ! Les condamnations pour arnaque téléphonique sont très rares en France. Surprise : 300 000 euros d’amende pour chacune des deux sociétés impliquées dans une escroquerie au numéro surtaxé. C’est la peine maximale qui a été requise, le 15 juin, par la représentante du ministère public d’Agen.

Daniel Telliez, un honorable commerçant de Marmande (Lot-et-Garonne), était poursuivi par la Répression des Fraudes. L’utilisation d’un seul numéro surtaxé, entre mai et octobre 2013, lui aurait rapporté 629 624 euros net, ont expliqué les plaignants. « Générer des revenus « colossaux n’est pas interdit », a rétorqué Gérard Gouzes, l’avocat de l’accusé, cité par « Sud-Ouest ». Jugement le 13 juillet.

Quelle tonalité ?

Le Canard Enchaîné N° 4992 du 29 juin 2016


Commentaires

Logo de Georges Marquet
Une arnaque un peu téléphonée
samedi 23 juillet 2016 à 15h46 - par  Georges Marquet

Le fameux Daniel Telliez dont il est fait référence dans l’article a été lourdement condamné par le GI d’Agen. Voir l’article du journal SudOuest https://francetren.com/news/Escroqueries-t%C3%A9l%C3%A9phoniques-%C3%A0-Casteljaloux-:-1,05-million-d%E2%80%99euros-d%E2%80%99amendes/ . Il a été aussi dénoncé pour avoir établi un compte offshore aux Iles Vierges Britanniques. Il a financé six magasins à Casteljaloux et Marmande avec la recette de ses arnaques.

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018