Démentir Ellul

vendredi 29 juillet 2016
popularité : 1%

Par Jean-Luc Porquet

À l’époque (1988), ses lecteurs ont dû penser qu’il était fou : « Il y aura un terrorisme tiers-mondiste qui ne peut que s’accentuer et qui est imparable dans la mesure où les "combattants" font d’avance le sacrifice de leur vie. Quand tout, dans notre monde, sera devenu dangereux, nous finirons par être à genoux sans avoir pu combattre ». [1] À la suite de quel raisonnement l’essayiste Jacques Ellul avait-il réussi à anticiper ce qui nous arrive aujourd’hui ?

Il se disait frappé par le fait que « les pays développés, avec 30 % de la population mondiale, aient 95 % de la richesse », que cette misère ne cesse de croître, « malgré les proclamations », que le fossé technique s’agrandisse « à une vitesse incroyable » entre eux et nous. « À vues humaines, jamais le tiers-monde ne rattrapera les pays avancés ». De quoi engendrer « inévitablement des sentiments violents de frustration ». Notant l’« échec de notre politique d’assistance », Ellul affirmait : « Personne n’ose aller jusqu’au bout des politiques extrêmes que cette situation impliquerait ». Lesquelles ? Il parlait de vraie « générosité », de « solidarité » et du « refus implicite de l’Occident de mettre fin à ses gaspillages ».

Et de noter que, si « on pouvait être tranquille tant que le tiers-monde n’avait pas d’idéologie mobilisatrice », désormais il en avait une : l’islam, lequel allait mener « une véritable guerre contre les pays développés ». Prophétie : « L’Occident va se trouver, sur le plan mondial, d’ici vingt-cinq ans, dans l’exacte situation actuelle de la minorité blanche d’Afrique du Sud face à la majorité noire. » ces propos d’Ellul en 1988, il faut, bien entendu, les considérer avec d’infinies précautions. Il fait de l’islam un bloc, comme s’il n’existait pas plusieurs islams, ni plusieurs manières de le vivre. Comme s’il se réduisait à l’islamisme, amalgame dont on sait à quel point il fausse les perspectives.

Démentons vigoureusement Ellul : tous les musulmans ne sont pas prêts au djihad, ne sont pas des ennemis de la laïcité, ne sont pas des « combattants » prêts au « sacrifice de leur vie », bien au contraire ! les exemples ne manquent pas, ces jours-ci, de musulmans disant publiquement leur dégoût et leur condamnation du massacre de Nice. Démentons aussi Ellul à propos de ce qu’il ne pouvait deviner alors : l’Afrique du Sud, grâce (entre autres) à Mandela et à sa non-violence, a réussi à la fois à bannir l’apartheid et à échapper à ce pire que tout le monde lui prédisait : la guerre civile, dont certains agitent aujourd’hui la menace. Prenons-en de la graine.

Mais s’il faut démentir Ellul, il faut aussi l’écouter. Et s’il était dans le vrai, quand il voyait dans le fait que nous laissons le tiers-monde croupir dans la misère une des raisons pour lesquelles les fous sanglants de l’islamisme réussissent à lever des armées de paumés suicidaires ? On n’entend ces jours-ci parler que de sécurité. Elle ne sera vraiment assurée que le jour où les ressentiments et les frustrations n’auront plus de quoi s’alimenter. Rappelons que la France, 5ème pays le plus riche du monde, promet depuis des lustres de consacrer 0,7 % de son produit national brut à l’aide au développement des pays pauvres. Et que nous n’en sommes toujours qu’à 0,36 %...

Le Canard Enchaîné N° 4996 du 27 juillet 2016


[1Le bluff technologique, Hachette


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois