"Mme Fillon, rendez-nous ces 1.500.000 euros" : une pétition rassemble déja plus de 408.000 signatures

mercredi 8 février 2017
popularité : 1%

Par Aymeric Misandeau

Une pétition demandant à Penelope Fillon de rendre l’argent perçu en tant qu’attachée parlementaire est appuyée par plus de 408.000 signatures en l’espace de quelques jours.

"Mme Fillon : rendez-nous les 1.500.000 euros". En réaction au "Penelope gate", une pétition demandant à Penelope Fillon de rendre l’argent perçu en tant qu’assistante parlementaire a fait le tour du web. En quelques jours, elle a reçu l’appui de plus de 408.000 signataires. Le message envoyé par l’auteur est simple : "C’est une question de morale et d’éthique : si vous n’avez pas effectué réellement ce travail d’attachée parlementaire, nous vous demandons de rembourser ces 500.000 euros à l’Assemblée Nationale et donc à nous, le peuple français".

Une pétition pour "combattre ce système d’entre-soi"

Une référence directe à l’un des deux volets du scandale Penelope Fillon. D’après Le Canard Enchaîné, la femme du candidat de la droite aurait perçu 500.000 euros brut en tant qu’assistante parlementaire. Autre volet de l’affaire que n’évoque pas la pétition, Penelope aurait aussi perçu 100.000 euros bruts de la Revue des deux Mondes pour un salariat de plus d’un an dont les seules traces sont deux notes. À l’origine de ce texte, on trouve un habitué des pétitions, Christophe Grébert. Cet élu centriste de Puteaux avait déjà lancé en 2009 une pétition contre la nomination de Jean Sarkozy à l’EHPAD. Interrogé par Challenges, l’auteur explique avoir fait cette pétition "pour combattre ce système d’entre soi. Ces politiques qui peuvent tout faire sans contrat rendre". Il juge notamment la justice "très faible pour combattre les phénomènes de corruption car très mal équipée pour combattre ces pratiques", en citant les Balkany en exemple.

Une demande "de citoyen à citoyen" adressée à Penelope Fillon

"J’espère juste que le message soit entendu par Penelope Fillon. Tout le monde parle d’elle et personne ne l’a entendue. Elle est directement visée, c’est son mari qui parle à sa place. Je pense qu’on l’empêche de parler. Qu’elle comprenne que ce n’est pas un message agressif mais une demande de citoyen à citoyen", explique aussi Christophe Grébert, qui "fait confiance à sa morale car c’est une catholique pratiquante".

Christophe Grébert réfute "être un juge" et se place "au niveau de la morale et de l’éthique". Il se défend aussi de tout populisme. "Ce n’est pas populiste. Je fais de la politique bénévolement. Je n’ai rien à gagner dans cette histoire, je ne participe pas aux futures élections. Je ne soutiens personne à la Présidentielle", réplique l’élu centriste.

lejdd.fr


Commentaires

Logo de Jean Leroy
"Mme Fillon, rendez-nous ces 500.000 euros" : une pétition rassemble déja plus de 397.300 signatures
lundi 13 février 2017 à 12h37 - par  Jean Leroy

C’est trop facile. Elle rend l’argent, on passe l’éponge. Non, il faut aller plus loin. Étant un citoyen normal, je demande des compte.
Il ne faut pas s’arréter là.

Logo de bidul38
"Mme Fillon, rendez-nous ces 500.000 euros" : une pétition rassemble déja plus de 261.890 signatures
samedi 4 février 2017 à 08h46 - par  bidul38

Je ne signe pas cette pétition car je pense que se serait trop facile. Il me semble que si quelqu’un de lambda vol de l’argent,
il est pris et même s’il rend cet argent il sera condamné.
Alors si elle rend cette somme l’éthique sera peut être sauve mais la morale non car si c’est prouvé (pour l’instant elle bénéficie de la présomption d’innocence)
elle n’aura pas de condamnation.

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Informer

lundi 8 février 2016

Le Liban boycotte le salon du Livre

jeudi 28 février 2008

Le ministre libanais de la Culture annonce que son pays boycottera le Salon du livre de Paris, en raison de la participation d’Israël, invité d’honneur de cet événement prévu du 14 au 19 mars.

Une dépêche de l’Agence France Presse indiquait mercredi :

"Le ministère de la Culture va s’abstenir de participer (au Salon du livre) cette année, pour protester contre la décision des organisateurs de nommer Israël comme invité d’honneur à l’occasion du 60e anniversaire de (la) création" de l’Etat hébreu, a annoncé le ministre Tarek Mitri dans un communiqué.

europalestine.com