L’attitude morveuse des dirigeants occidentaux face au "Travel Ban" anti-musulmans de Donald Trump

mardi 31 janvier 2017
popularité : 1%

Par Pierrick Tillet

Si l’opinion publique s’est émue à juste titre de l’interdiction d’entrée aux États-Unis (Travel Ban) faite par Donald Trump aux voyageurs de sept pays à majorité musulmane (Irak, Iran, Libye, Somalie, Syrie, Soudan, Yémen), on ne peut pas en dire autant des réactions un brin effacées et hypocrites des dirigeants occidentaux.

Angela Merkel et François Hollande ont certes fustigé pour le principe la décision du nouveau président américain de ne plus recevoir les réfugiés fuyant les conflits du Moyen-Orient… mais en oubliant qu’eux-mêmes avaient fini par sous-traiter cet accueil indésirable à la Turquie d’Erdogan et à leur vassal grec. Theresa May préfère, quant à elle, garder les yeux rivés sur le guidon étriqué de ses négociations commerciales post-Brexit en cours avec les États-Unis, plutôt que de se hasarder sur ce sujet brûlant. N’est pas Churchill qui veut, écrit le journaliste Robert Fisk pour qui il manque à Theresa May ce qui faisait la qualité du “Vieux lion” à cigare : la magnanimité. Pour Robert Fisk, un seul dirigeant du clan occidental a eu une attitude appropriée : le Canadien Justin Trudeau qui s’est déclaré prêt à accueillir « tous ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre ». Encore faudrait-il vérifier qu’une telle proposition ne relève pas de la simple posture médiatique dont Justin Trudeau est coutumier.

Une fois de plus, le réalisme morveux prévaut vite sur les indignations morales et les dirigeants occidentaux rentrent très vite dans le rang.

(Illustration : Rassemblement anti-Travel Ban à Dulles (Virginie) le samedi 28 janvier 2017)

yetiblog.org


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois