Vous aussi, découvrez si votre téléphone portable Androïd vous espionne…en permanence

jeudi 2 mars 2017
popularité : 1%


J’ai eu du mal à croire à ce qui est expliqué dans la vidéo. Du coup, j’ai fait le test moi-même et effectivement, selon les options qui sont activées sur le téléphone, Google peut écouter et enregistrer sur ses serveurs vos conversations. Pour cela, il suffit d’activer la fonction de reconnaissance vocale « OK Google » du système d’exploitation Android présent sur de nombreux smartphones.

Il semblerait bien que ceux qui ont activé cette fonctionnalité ont leurs conversations constamment enregistrés sur les serveurs de Google. Et quand je dis « les conversations », on parle ici de toutes les conversations et pas uniquement celles que vous avez décidé ou vos conversations téléphoniques. Nos téléphones portables sont vraiment les micro espions idéaux. Et le pire c’est que les gens sont tellement habitués à se faire constamment espionner qu’ils n’y voient plus le moindre inconvénient. Dans cette émission "C à Noter" d’ActuEntreprise, Jérôme Bondu, expert en intelligence économique, présente une méthode très simple pour vérifier si votre smartphone enregistre vos conversations. Après avoir fait une requête vocale avec « OK Google » il va retrouver en ligne l’enregistrement que Google a conservé… et là surprise !

- Après avoir vu la vidéo, vous pourrez tester vous-même sur le site myactivity.google.com
- Et consulter les explications détaillées inter-ligere.fr

Heureusement, pour ceux qui veulent allier possibilité d’utiliser des technologies modernes et respect de la vie privée, il est la plupart du temps possible de désactiver les options qui fâchent. Encore faut-il savoir quoi chercher et prendre le temps de le faire. Concernant plus spécifiquement la désactivation de la fonction qui permet l’enregistrement de votre voix sur les serveurs de Google, vous pouvez le faire en allant dans la zone « paramètres » de l’application Google puis « voix » et « Détecter OK Google ». Désactivez ensuite la fonction « Depuis l’appli Google » et « Depuis n’importe quel écran ». Bien entendu, si vous appuyez sur la fonction micro manuellement pour utiliser la reconnaissance vocale, votre voix continuera néanmoins à être enregistrée sur les serveurs de Google.

Pour ceux qui tiennent réellement à leur vie privée, il est donc vivement recommandé de ne pas utiliser cette fonctionnalité particulièrement intrusive du système d’exploitation de Google.

Source : fakes-news.com
reseauinternational.net


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Nouvelle convocation José Bové au tribunal d’instance

samedi 8 décembre 2007

Reçu du "Collectif des faucheurs Volontaires Rhône-Loire"

José se retrouve à nouveau devant la JAP lundi 10 décembre au matin, il faut à nouveau tous être présents pour soutenir la fin de toutes les condamnations contre les militants anti-OGM.

RAPPEL :

Lundi 12 novembre, José Bové est ressorti libre du bureau de la juge d’application des peines du tribunal de Millau. La magistrate et le porte-parole des Faucheurs volontaires ont discuté de la façon dont celui-ci pourrait accomplir la peine que lui a infligée la cour d’appel de Toulouse le 15 novembre 2005 : quatre mois de prison ferme, en tant que récidiviste, pour avoir participé au fauchage d’un champ de maïs transgénique le 25 juillet 2004 à Menville (Haute-Garonne).

En droit, la juge pouvait placer M. Bové sous bracelet électronique, mesure que le leader paysan avait par avance rejetée. Ce refus aurait pu justifier sa mise en détention immédiate. Selon son avocat, Me François Roux, José Bové a indiqué qu’il acceptait un aménagement de sa peine, qui pourrait prendre la forme de "jours amendes". La juge l’a convoqué le 10 décembre, pour un débat contradictoire avec le procureur.

cactus pubis

samedi 24 novembre 2007

Au poil !

Un cactus sur lequel poussent des poils pubiens ?

Voilà qui ne manque pas de piquant. Cette œuvre conçue par Laura Cinti est l’une des pièces phares du Festival international des sciences d’Edimbourg, en Ecosse. Pour réaliser The Cactus Project, l’artiste “transgénique” dit avoir introduit du matériel génétique humain dans le génome d’une cactée.

En 2000, l’artiste brésilien Eduardo Kac avait déjà exposé un lapin transgénique vert fluorescent, doté d’un gène de méduse. Si le directeur du Scottish Arts Council – l’ancien évêque d’Edimbourg – a quelques réserves en ce qui concerne la manipulation d’animaux, l’œuvre de Laura Cinti ne lui pose pas de problème éthique. “Faire pousser des poils pubiens sur un cactus ne fait de mal à personne”, estime-t-il.

courrierinternational