Mais non, ça ne pétera jamais…

mardi 21 mars 2017
popularité : 1%

Par Jean-Luc Porquet

Et en France ? Six ans après Fukushima, comment se porte la sûreté nucléaire dans le pays le plus nucléarisé du monde ? Officiellement, tout va pour le mieux : les 58 réacteurs, tous proches de la retraite après quarante ans d’exploitation, en moyenne, sont en train d’être retapés dans le cadre d’un grand « carénage » qui vise à renforcer leur sécurité en tirant les leçons de Fukushima.

À Gravelines, par exemple, un énorme chantier est en cours, qui consiste à construire six bâtiments bunkérisés et antisismiques de 25 mètres de hauteur, où seront installés, dans des chapes de centaines de tonnes d’acier et de béton, six moteurs diesels dits d’ « ultime secours », permettant de refroidir le cœur du réacteur et d’empêcher la fusion au cas où… Ce grand carénage devrait coûter 51 milliards d’après EDF, le double d’après la Cour des comptes : dans le nucléaire, on joue avec les milliards comme avec des petits pois.

Donc, tout va bien ? Non. On l’a déjà raconté en long et en large dans Le Canard, mais rappelons-le : voilà trois ans, dans l’EPR de Flamanville en cours de construction (la fameuse centrale de troisième génération censée être le nec plus ultra du nucléaire), l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) découvre que le couvercle et le fond de la cuve du réacteur fabriqués par la forge du Creusot (désormais propriété d’Areva) souffrent d’une sérieuse malfaçon : l’acier dont ils sont faits contient deux fois trop de carbone, ce qui le fragilise énormément. Or, cette cuve, c’est le cœur du réacteur, là où a lieu la réaction en chaîne…

Alarmée par cette inquiétante découverte, l’ASN décide de vérifier d’autres pièces fabriquées par la forge du Creusot dans les centrales existantes. Bingo ! Courant 2016, elle découvre dans pas moins de 18 réacteurs la présence de 46 fonds de générateurs de vapeur (autre partie cruciale du réacteur) qui souffrent de ce même défaut. Si la sûreté était réellement prioritaire, il faudrait stopper net les réacteurs concernés. Mais la finance et l’économie commandent : ce serait une catastrophe financière pour EDF et pour la France. Et, en plus, c’est l’hiver !

« On entre alors dans une zone grise, note le physicien nucléaire Bernard Laponche. EDF a continué à faire tourner des réacteurs contenant des pièces ultrasensibles dont elle sait qu’elles ne sont pas aux normes. L’ASN lui a demandé de piloter son parc plus prudemment, de ne pas monter ou baisser trop vite en température. » Sur sa lancée, l’ASN poursuit ses contrôles à l’usine du Creusot. Se met à éplucher les certificats qui accompagnent chaque pièce forgée sur place. Stupeur, certains certificats portent une curieuse marque : deux traits au crayon.
L’affaire des « dossier barrés » commence. Il s’avère que ces certificats-là (pas moins de 80) ont été falsifiés. Qu’ils correspondent à des pièces défectueuses.

Par exemple, une pièce cruciale du générateur de vapeur de Fessenheim 2, lequel est pourtant flambant neuf (il a été changé en 2012). D’où son arrêt d’urgence dès juin 2016. Plus de 10 000 certificats sont en train d’être passés au crible. Ça va prendre des années. En attendant les résultats, tout va bien, non ? (À suivre…)

Le Canard Enchaîné N° 5029 du 15 mars 2017


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Nouvelle convocation José Bové au tribunal d’instance

samedi 8 décembre 2007

Reçu du "Collectif des faucheurs Volontaires Rhône-Loire"

José se retrouve à nouveau devant la JAP lundi 10 décembre au matin, il faut à nouveau tous être présents pour soutenir la fin de toutes les condamnations contre les militants anti-OGM.

RAPPEL :

Lundi 12 novembre, José Bové est ressorti libre du bureau de la juge d’application des peines du tribunal de Millau. La magistrate et le porte-parole des Faucheurs volontaires ont discuté de la façon dont celui-ci pourrait accomplir la peine que lui a infligée la cour d’appel de Toulouse le 15 novembre 2005 : quatre mois de prison ferme, en tant que récidiviste, pour avoir participé au fauchage d’un champ de maïs transgénique le 25 juillet 2004 à Menville (Haute-Garonne).

En droit, la juge pouvait placer M. Bové sous bracelet électronique, mesure que le leader paysan avait par avance rejetée. Ce refus aurait pu justifier sa mise en détention immédiate. Selon son avocat, Me François Roux, José Bové a indiqué qu’il acceptait un aménagement de sa peine, qui pourrait prendre la forme de "jours amendes". La juge l’a convoqué le 10 décembre, pour un débat contradictoire avec le procureur.

cactus pubis

samedi 24 novembre 2007

Au poil !

Un cactus sur lequel poussent des poils pubiens ?

Voilà qui ne manque pas de piquant. Cette œuvre conçue par Laura Cinti est l’une des pièces phares du Festival international des sciences d’Edimbourg, en Ecosse. Pour réaliser The Cactus Project, l’artiste “transgénique” dit avoir introduit du matériel génétique humain dans le génome d’une cactée.

En 2000, l’artiste brésilien Eduardo Kac avait déjà exposé un lapin transgénique vert fluorescent, doté d’un gène de méduse. Si le directeur du Scottish Arts Council – l’ancien évêque d’Edimbourg – a quelques réserves en ce qui concerne la manipulation d’animaux, l’œuvre de Laura Cinti ne lui pose pas de problème éthique. “Faire pousser des poils pubiens sur un cactus ne fait de mal à personne”, estime-t-il.

courrierinternational