Président Jupiter

samedi 3 juin 2017
popularité : 2%

Par André Comte-Sponville

Notre jeune président, qui eut tant de chance et d’audace, dans sa marche vers le pouvoir, fait pour l’instant preuve, dans sa façon de l’exercer, d’une singulière maturité. Finies les impétuosités de l’hyperprésidence ou la banalisation d’un président « normal ». Emmanuel Macron, dès la campagne électorale, annonçait qu’il voulait être un président « jupitérien ».

C’était mettre l’accent sur l’essentiel, qui n’est pas la mythologie mais l’autorité. Un pouvoir jupitérien ce n’est pas un pouvoir absolu (celui de Jupiter ne l’était guère, et aucun ne saurait l’être, dans une démocratie) ; c’est un pouvoir qui se veut au-dessus de la mêlée, qui sait prendre du recul, voir loin, enfin assumer l’espèce de distance ou de verticalité que toute autorité suppose. Les maîtres le comprennent vite, dans leurs classes, et même les parents dans nos familles, doivent parfois le redécouvrir. Ni le savoir ni l’amour ne tiennent lieu de pouvoir, ni ne suffisent à l’exercer.

Qu’est-ce que l’autorité ? Le mot a deux sens différents : il désigne à la fois un pouvoir légitime ou reconnu, donc le droit de commander (c’est le sens juridique ou institutionnel), et le talent qui sert à l’exercer, donc l’art de se faire obéir (c’est le sens psychologique ou pragmatique). Nicolas Sarkozy et François Hollande, durant leurs mandats respectifs, disposaient évidemment de l’autorité, au premier sens du mot, que leur élection leur conférait. Mais ils manquaient d’autorité au second sens : l’un, trop agité parce qu’il tomba vite dans une espèce d’autoritarisme brouillon qui finit par l’affaiblir, l’autre, trop débonnaire parce qu’il ne réussit jamais à s’imposer à son propre camp, tôt fracturé par les frondeurs.

Emmanuel Macron, de ces deux quinquennats manqués, semble tirer la leçon. Lui ne s’occupera pas de tout (il a des ministres pour ça), ni ne se laissera imposer son agenda par l’anecdote ou la pression médiatique. Souhaitons qu’il réussisse. Notre pays, depuis des décennies, souffre moins d’excès de pouvoir que d’une carence d’autorité. Les Français ne s’y sont pas trompés : ce président qu’on disait élu par défaut, voilà qu’ils le regardent, pour une majorité d’entre eux, avec les yeux de Chimène ! La communication, la jeunesse et le charme n’y sont pas pour rien, mais au service d’autre chose, qui est une certaine idée de la France (dans l’Europe, non contre elle) et une certaine conception, à la fois lucide et exigeante, de la démocratie.

Celle-ci n’est ni le règne du bien (moralisme, angélisme) ni la soumission aux emportements de la foule (démagogie, populisme). Elle s’adresse à la raison plus qu’aux passions, et à la volonté plus encore qu’à la raison. Gouverner ce n’est pas seulement prévoir, encore moins rêver ; c’est vouloir et agir. Cela ne va pas sans une gestion rigoureuse du temps. Emmanuel Macron, comme Mitterrand avant lui, se veut « le maître des horloges ». Mais l’époque, qui n’est pas la même, rend la chose plus difficile. Comment « laisser du temps au temps » à l’heure des réseaux sociaux, des tweets et des chaînes d’info en continu ? Cela suppose qu’on sache assumer l’espèce d’accélération organisée que l’urgence requiert, sans renoncer à la sage lenteur que toute réflexion exige.

« Ne va pas trop vite : nous sommes pressés ! » Ce conseil d’un médecin urgentiste à son jeune interne doit être médité aussi par nos gouvernants. Nul n’est le maître du temps, qui passe de toute façon. Mais un homme d’État se doit de maîtriser sa propre impatience, donc de résister à celle des médias et de ses électeurs.

Challenges N° 524 du 1er juin 2017


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info