Invitée à Hénin-Beaumont, elle se prétend victime de l’attentat de Nice, mais qui est Sophie Fessard ?

samedi 8 juillet 2017
popularité : 1%

Par Denia Delarive

Introduite et présentée au Conseil municipal d’Hénin-Beaumont par l’adjoint et député FN Bruno Bilde comme victime de l’attentat de Nice (mais pas que…), Sophie Fessard, originaire de Rouen, vient d’arriver en ville. Sa présence fait déjà du bruit. Et soulève bien des questions. Explications.

« Je suis une rescapée de l’attentat de Nice. J’ai perdu ma famille, mes amis. Avant j’étais normale, aujourd’hui je suis paralysée des membres inférieurs. » C’est par ces mots que la Rouennaise s’est présentée, vendredi dernier, devant les élus et le public du Conseil municipal d’Hénin-Beaumont. Quel rapport avec la cité du bassin minier ? Ce jour-là, on y parlait de l’armement des policiers municipaux. Sophie Fessard surenchérit : « Si les policiers municipaux avaient été armés à Nice, le terroriste ne m’aurait pas roulé dessus. C’est indigne et irrespectueux pour nous, les victimes, de demander le désarmement », lance-t-elle droit dans les yeux à l’opposition, qui réfute violemment ces allégations. S’ensuit un pugilat verbal. Élus, public, tout le monde s’en mêle. Certains crient à l’instrumentalisation…

Zones d’ombre

Face à un tel esclandre, il était donc légitime d’éclaircir les zones d’ombre d’un personnage sorti de nulle part. Enfin presque… Car Sophie Fessard laisse des traces un peu partout où elle passe. « Elle s’était déjà présentée en victime de l’attaque du Bataclan. Encore auparavant, elle se disait handicapée à cause de mauvais soins. Elle se présentait déjà en fauteuil roulant avant les attentats de Paris et de Nice. J’ai en ma possession des documents médicaux qu’elle a clairement falsifiés », explique une source anonyme de Rouen.

Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver des informations. Enfant de la DDASS, elle explique dans son livre publié en 2014, avoir été privée de la chaleur d’une famille. Mais comment peut-on perdre sa famille dans un attentat, si l’on écrit deux ans auparavant ne pas en avoir eu ? Comment poster et liker des commentaires sur Twitter, un peu plus de 24 heures après le drame, alors que « gravement blessée », elle est censée être à l’hôpital ? Contactée par nos soins, la police judiciaire de Rouen confirme qu’elle n’apparaît pas dans le registre national des victimes. Troublant…

Sophie Fessard n’est pas venue au rendez-vous qu’elle nous avait pourtant accordé.

Triple identité et multiples affaires judiciaires

Sophie Fessard utilise aussi les noms de famille Lescamure et Martin (Source PJ de Rouen). Elle est également impliquée dans une affaire de diffamation et d’atteinte à la vie privée, sous le nom de Sophie Martin (Source PJ de Rouen).

(Illustration : Apparemment en lien avec certains élus FN, on peut voir ses photos sur Google+ en compagnie, notamment, de Marine Le Pen ou encore de l’avocat Gilbert Collard.)

lavoixdunord.fr


Commentaires

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info